Publié le 10 décembre 2019

ENVIRONNEMENT

L’Assemblée vote la fin du plastique à usage unique en 2040... et ça ne plaît pas à tout le monde

Ni l’exécutif, ni les députés ne devaient s’attendre à une telle réaction. L'Assemblée a voté une fin des emballages en plastique à usage unique dès... 2040. Un délai jugé beaucoup trop long par les écologistes et beaucoup de citoyens. La secrétaire d'État Brune Poirson a tenté d'éteindre l'incendie mais les critiques fusent bien au-delà de la question du délai d'interdiction.

Les critiques fusent contre le délai d'interdiction du plastique à usage unique proposé par l'exécutif.
Ludovic Marin / AFP

Lundi 7 décembre au soir, l’Assemblée nationale a voté un objectif de "fin de mise sur le marché des emballages plastique à usage unique d’ici 2040". Porté par des députés LREM, cet amendement au projet de loi antigaspillage, examiné en première lecture, concerne "tous les emballages alimentaires, les flacons, bouteilles, ce qui est partout dans nos placards pour l'usage domestique et industriel", a souligné la marcheuse Laurence Maillart-Méhaignerie.

"C’est un signal très fort et concret que la France envoie ce soir à ses partenaires européens et au reste du monde", a fièrement tweeté la Secrétaire d’État à la Transition écologique Brune Poirson. "C’est un impératif écologique mais aussi une aspiration profonde de nos concitoyens", a renchéri la ministre Élisabeth Borne. Avec ce dispositif - s'il est définitivement adopté par le Parlement - des objectifs successifs de réduction, de réutilisation ou de recyclage des emballages plastique à usage unique seraient fixés tous les cinq ans, jusqu'à mettre fin à leur mise sur le marché en 2040.

"Qu’est-ce-qui vous échappe dans le terme URGENCE climatique ?"

Sauf que dans le paysage politique et associatif, ce délai ne passe pas. "Vous pouvez continuer comme à produire et utiliser du plastique pendant une génération. NB : celle qu’il nous reste pour sauver ce qui peut encore l’être", a tweeté l’eurodéputé écologiste David Corman.

 

"D’ici là, c’est plastique partout, écologie nulle part", a estimé l’économiste Maxime Combes. "Ce n’est pas la loi qui arrêtera le plastique à usage unique mais l’effondrement du climat qui aura eu lieu bien avant", tacle de son côté Fabrique Bonnifet, président du C3D.

Mais c’est le tweet de l’acteur Pierre Niney qui a poussé à répondre la secrétaire d’État. "Qu’est-ce-qui vous échappe dans le terme URGENCE climatique ?", a-t-il demandé, "Qu’est-ce-qui justifie un délai si long ?". Face à ces critiques, Brune Poirson a répondu dans une vidéo, expliquant que la transition devait être "radicale, pas brutale !". Et d’expliquer : "On ne va pas attendre 2039 pour atteindre l’objectif en 2040, le travail a déjà commencé".

Une mesure sans contrainte

Au-delà du délai d’interdiction décriée, c’est aussi sur le fond que cette mesure est contestée. L’avocat spécialiste en droit de l’environnement, Arnaud Gossement, estime que "l’Union européenne est compétence sur le sujet" et que cet amendent "n’engage personne et ne créé aucune obligation de faire, contrainte, etc. (…) Tout ceci est bien dommage car la polémique relative à cet objectif 2040 fait de l’ombre à toutes les autres dispositions intéressantes et importantes de ce projet de loi". 

Obsolescence programmée, interdiction de destruction des invendus, consigne… Le projet de loi économie circulaire, présenté en ce moment à l’Assemblée propose en effet des mesures phares. Il est très attendu par les associations environnementales.  

Marina Fabre, @fabre_marina avec AFP


© 2023 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Economie circulaire

L’économie circulaire consiste à produire des biens et des services tout en limitant la consommation et le gaspillage des matières premières, de l’eau et des sources d’énergie. Elle se base sur l’écoconception des produits, leur réparation et leur recyclage.

Location jouets noel petite marelle unsplash

À Noël, la location de jouets se fait une place au pied du sapin

Impossible de passer les fêtes de fin d’année sans eux. À Noël, les jouets font briller les yeux des petits comme des grands. Pourtant, le secteur est loin d’être durable et génère de nombreux déchets. Pour répondre au défi du gaspillage, de plus en plus d’acteurs se lancent dans la location, à...

Kilian seiler PZLgTUAhxMM unsplash

Obsolescence programmée : Apple visé par une plainte pour entrave à la réparation

"Halte à l'obsolescence programmée" a annoncé le 7 décembre dernier avoir de nouveau déposé plainte contre Apple. La marque à la pomme est accusée de limiter les possibilités de réparation sur ses appareils en restreignant les pièces détachées pouvant être utilisées. Une pratique qui relève de...

Louana lamer

Montagnes de déchets textiles : "La seconde vie sera toujours plus intéressante que de jeter", Louana Lamer, Emmaüs

L’État vient d'annoncer 1 milliard d’euros sur six ans pour favoriser le réemploi et la réparation de vêtements, ainsi que la relocalisation de leur fabrication. Un moyen de verdir une industrie qui produit en masse. L'objectif est ainsi d'atteindre "50 % de vêtements recyclés ou réutilisés en 2027,...

Gregory Richa OPEO economie circulaire

"L’économie circulaire implique un changement de société, une transformation radicale", Grégory Richa, directeur associé d’Opeo

Elle contribue à réduire les émissions de gaz à effet de serre, à apporter une solution à la rupture des chaînes d’approvisionnement, à relocaliser des emplois… L’économie circulaire accélère depuis la crise du Covid, le gouvernement vient même de lancer un bonus réparation pour allonger la vie de...