Publié le 19 août 2022

ENVIRONNEMENT

Augmenter le prix de l'eau pour les loisirs, une solution à la crise de l'eau ?

Et si on augmentait le prix de l'eau ? C'est l'idée de Nicolas Roche, professeur spécialisé sur les problématiques de l’eau. Si les usages vitaux -hygiène, alimentation...- resteraient gratuits, l'enjeu est d'inclure une valeur environnementale à l'eau utilisée pour les loisirs comme l'arrosage des pelouses. Toute la semaine, Novethic se plonge dans la crise de l'eau et ses solutions. Eaux usées, méga bassines, toilettes sèches... ces pratiques sont-elles vraiment vertueuses ?                                        

AFP eau jardin
Dans certains cas, il revient moins cher de consommer de l’eau potable pour le jardin que pour la maison...
GUILLAUME SOUVANT / AFP

Le prix de l’eau payée dans de nombreux pays ne reflète en rien son coût réel. En France, "la ressource est gratuite, à la différence de l'essence par exemple où la matière première, le pétrole, a un coût", souligne Nicolas Roche, Professeur spécialisé sur les problématiques de l’eau à l’université d’Aix en Provence. "On ne paie que les services associés à l’eau : le traitement de l'eau potable la distribution, l’évacuation et le traitement des eaux usées …environ 40% de la facture est liée à l’eau potable et 60% pour les eaux usées", explique le chercheur au Cerege, laboratoire de recherche en géosciences.

La ressource est en effet largement subventionnée pour pouvoir rester abondante dans tous les foyers. "La tarification de l'eau n'a généralement aucun rapport avec la rareté de l'eau ou les réalités sur le terrain", ajoute Alexis Morgan, responsable de la gestion mondiale de l'eau pour le World Wildlife Fund. Mais ce modèle devient obsolète dans un monde où la ressource se fait de plus en plus rare, où même l’eau de pluie devient impropre à la consommation partout dans le monde. En effet, selon une étude de l’Université de Stockholm, l’eau de pluie est polluée et donc non potable peu importe où l’on se trouve sur la planète.

Un prix en fonction des usages et de la disponibilité de l'eau

"La question de la pertinence de ce modèle se pose, particulièrement en situation de tension sur la ressource", souligne ainsi Nicolas Roche.  En effet, alors que la France vit une période de sécheresse historique, des centaines de communes sont confrontées à des situations de pénurie. Pour inciter les Français à réduire leur consommation, les autorités ont appelé à cesser certaines activités comme laver les voitures, arroser les pelouses, remplir les piscines... Mais ces recommandations ont été peu suivies.

Ainsi, pour mieux préserver la ressource, "il faut trouver un modèle économique et inclure une valeur environnementale de l’eau. L’enjeu est de fixer un prix de la ressource en fonction de sa disponibilité et de ses usages. Bien sûr, les usages vitaux comme, l’hygiène ou l’alimentation doivent rester gratuits. Mais il devient envisageable de rendre payant la ressource pour les usages de confort ou récréatifs, comme l’arrosage des pelouses", avance Nicolas Roche. "Par exemple, au-delà d’une certaine quantité d'eau consommée (en moyenne 100 litres d’eau potable par jour par Français) on peut considérer que l’eau est utilisée pour le confort et sa tarification inclut une valeur environnementale de l'eau variable selon la disponibilité de la ressource", ajoute l'expert. Ce changement de paradigme pourrait inciter les usagers à être plus attentifs à la ressource.

Des entreprises fixent un prix interne de l'eau 

Pour les entreprises aussi, il est temps de revoir le modèle. "Quand l’eau est une matière première, elle devrait être payante. Par exemple la production d’un litre de bière nécessite 20 litres d’eau or ce produit est ensuite commercialisé, il est donc envisageable de donner un prix à cette matière première", détaille ainsi Nicolas Roche. Des entreprises ont déjà anticipé ces changements et se fixent des prix internes de l'eau plus élevés que ce qu'elles paient, comme Nestlé, Colgate-Palmolive ou encore Anheuser-Busch selon Greenbiz. Ce système est comparé au prix interne du carbone, adopté par certains groupes pour tenir compte du "coût" des émissions de carbone. Ces stratégies visent à mieux gérer la ressource, encourager les entreprises à atteindre leurs objectifs et évaluer les investissements à venir dans ce domaine.

"Il faut revoir le modèle économique de l’eau. Le but est de rendre le cycle d'usages de l'eau plus sobre, plus efficace et de réutiliser au mieux les eaux usées traitées avant de les rejeter. Il est essentiel de s'appuyer sur ces trois piliers simultanément", affirme ainsi Nicolas Roche.

Mathilde Golla @Mathgolla


© 2023 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Eau

Sécheresse, pollution, inondations, les ressources en eau se dégradent. Or l’eau est indispensable à de nombreuses activités industrielles, plus particulièrement dans le secteur de l’énergie. Les projets de grands barrages sont souvent contestés.

Crise climatique bretagne ile perrin remonte

Montée des eaux : et si la Bretagne devenait une île ?

Avec la montée des eaux liée à la fonte des glaces et au changement climatique, la Bretagne pourrait-elle devenir une île ? C'est en tout cas ce qu'a imaginé le géographe Perrin Remonté dans une carte fictive. Des hydravions, des lignes de ferrys, Rennes sous l’eau… L'objectif est de créer un...

Eaux bouteille istock

Perrier, Volvic, Hépar… les eaux en bouteille contraintes de réduire la voilure face à la sécheresse

2023, année de toutes les restrictions. Confrontées à une sécheresse intensifiée par la crise climatique, les eaux en bouteille sont contraintes de réduire leurs productions. Wattwiller en Alsace, Hépar dans les Vosges ou encore Volvic en Auvergne… l'avenir du secteur se trouble.

Piscines secheresse bechu RAYMOND ROIG AFP

Interdiction des piscines hors-sol : pourquoi cette mesure anti-sécheresse est critiquée

Dans les Pyrénées-Orientales, département très touché par la sécheresse, le ministre de la Transition écologique, Christophe Béchu, a annoncé l'interdiction de la vente des piscines hors-sol. Une mesure critiquée pour son manque de justice sociale alors que les piscines enterrées sont autorisées.

Coca cola bouteilles plastique premiers dechets plastique ramasses Pxhere 01

Eau : la ville de Grigny ne veut plus que Coca-Cola pompe dans sa nappe phréatique

L’or bleu français est menacé et certaines municipalités commencent à en tenir compte. La ville de Grigny a demandé à l’usine Coca-Cola, installée sur la commune, d’arrêter de puiser dans la nappe phréatique l’eau nécessaire à la production de ses boissons. Ce bras de fer autour de la ressource en...