Publié le 20 mai 2020

ENVIRONNEMENT

Avec le Covid-19, le retour en force du plastique et du tout jetable

Le plastique est de nouveau fantastique. Depuis la crise sanitaire, face au risque de contamination, la demande en bouteilles d'eau, produits alimentaires emballés, gants, surblouses ou visières connaît un véritable boom. Une situation qui inquiète les associations qui se battent depuis des années pour une prise de conscience de la pollution plastique. 

Retour du plastique coronavirus afp
Pour se protéger d'une possible contamination, les autorités recommandent le port de masque, visière ou gant, le plus souvent jetable.
Karine Pierre / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP

Alors que la lutte contre la pollution plastique avait beaucoup progressé ces dernières années avec une forte pression citoyenne et une réglementation de plus en plus exigeante, le Covid-19 marque un recul considérable. La consommation du plastique a explosé depuis le confinement. Un sondage réalisé par Elipso, représentant des fabricants d’emballage plastique, indique une hausse de la demande d’emballage de 20 à 30 % pour près d’un quart des répondants. Les bouteilles en plastique et les produits emballés connaissent un regain d’intérêt.

"Les consommateurs se tournent à nouveau vers cette matière : les emballages en plastique en particulier sont extrêmement importants pour sécuriser la chaîne alimentaire", note sur France 24 Alexandre Dangis, directeur général de la Confédération européenne de la plasturgie (EuPC) représentant 50 000 entreprises. S’appuyant sur la crise sanitaire, l’EuPC a ainsi demandé à la Commission européenne de reporter d’une année la directive sur l’interdiction du plastique à usage unique prévue pour 2021  et de "lever toutes les interdictions" déjà mises en place. Une demande refusée .

"Dans les circonstances actuelles où de nombreuses activités économiques essentielles, y compris la gestion des déchets, sont sous pression, il est encore plus important de poursuivre les efforts globaux de réduction des déchets", estime la Commission. Mais la percée du plastique ne concerne pas que l’agroalimentaire, le médical est aussi concerné. Masques, gants, visières… les protections sanitaires marquent le retour du tout jetable. Et avec lui, les déchets qu’ils génèrent. Les rues jonchées de masques et gants postées sur les réseaux sociaux par les éboueurs, agents municipaux et citoyens montre bien l’importance du problème.

"Jetable et propre ne sont pas synonymes"

"Jetable et propre ne sont pas synonymes", prévient dans un communiqué Zero Waste France. "Face à l’enjeu de réduire le risque de contamination, de vieux automatismes se sont instantanément réactivés, sans qu’ils soient toujours fondés. Ce recours massif au jetable dans le cadre du déconfinement se fait par réflexe, et par défaut. Par réflexe, parce qu’il semble plus facile à mettre en œuvre et que l’on part du principe qu’il “rassure” ; et par défaut, faute d’avoir étudié d’autres protocoles, d’autres modalités d’organisation", ajoute l’association.

Le ministère du Travail est donné en parti responsable de ce retour à une société du tout jetable. Selon l’ONG No Plastic in my sea, dans ses recommandations de déconfinement dédiées aux entreprises, le ministère s’appuie presque exclusivement sur le plastique. "S’il paraît nécessaire de sécuriser les matériels utilisés par plusieurs personnes, certaines mesures prévoient de nombreuses protections à usage unique, une plastification de documents papier et évoquent des parois en plastique entre les postes sans rappeler que le risque de persistance du Covid sur le plastique peut être de sept jours", note l’ONG. Ce retour au plastique "loin de préparer le monde d’après, illustre notre difficulté à s’extraire des réflexes et logiques du monde d’avant", estime Zero Waste France. 

Marina Fabre, @fabre_marina


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Déchets

Electroniques, toxiques, plastiques, les déchets s’accumulent de façon vertigineuse sans qu’ils soient traités de façon adaptée. Tri, collecte, recyclage et réduction sont les différentes formes de lutte contre cette pollution envahissante.

Dechets autoroute belgique KilianFICHOU AFP

L’incroyable autoroute de déchets après les inondations meurtrières en Belgique

Une hallucinante autoroute de déchets en Belgique. Sur huit kilomètres d’une bretelle d’autoroute, un amas de plusieurs mètres de déchets sont en attente d’être triés et pris en charge. Ils sont issus des inondations monstres qui ont touché la Belgique en juillet dernier.

Pollution 4855507 1280

Le coût caché du plastique serait dix fois supérieur à ses coûts de production, alerte le WWF

Le plastique coûte bien plus cher à gérer après son utilisation qu'à produire. C'est le constat dressé par le WWF, qui a agrégé dans un rapport publié début septembre les coûts cachés du plastique : ceux du recyclage, du ramassage des déchets, ou encore l'impact de la pollution plastique sur les...

Rouge Photo 1 Les films VELVET Les films du FLEUVE

"Rouge" au cinéma : de la boue à l'alerte

L'usine Arkalu est soupçonnée de rejeter des déchets toxiques dans la nature. Tout juste embauchée comme infirmière, Nour accumule les preuves mais révéler le scandale menacerait les 200 emplois du site, dont ceux de sa famille. Inspiré du scandale environnemental et sanitaire des boues rouges à la...

Colis reutilisable livraison Cdiscount Hipli

Cdiscount passe aux colis réutilisables

Le géant du commerce en ligne CDiscount, qui a expédié en 2020 plus de 23 millions de colis, va proposer à ses clients d'ici la fin de l'année des colis réutilisables développés par la startup Hipli. Un emballage réutilisé 100 fois permet ainsi d'éviter 25 kg de déchets. Une avancée considérable...