Publié le 23 septembre 2019

ENVIRONNEMENT

Mobilisation générale : tout ce qu’il faut savoir sur le sommet climat des Nations unies de New York

Après les marches sur le climat du week-end, ce sont désormais les dirigeants politiques et économiques qui se réunissent ce 23 septembre, à l’ONU, autour de la question de la lutte contre le changement climatique. Objectif : faire monter la pression et surtout les engagements pour pouvoir contenir la hausse des températures, le tout dans un contexte géopolitique tendu sur la question climatique.

Antonio Guterres ONU Wikicommons U S Mission Photo by Eric Bridiers
Pour le sommet sur le climat du 23 septembre, le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a demandé aux dirigeants de venir avec des actions concrètes et ambitieuses.
@Eric Bridiers

Un sommet pour éviter de "perdre la course" pour le climat

Quatre ans après l’adoption de l’Accord de Paris sur le climat, "Nous sommes en train de perdre la course", selon Antonio Guterres, le secrétaire général de l'ONU. Car pour avoir une chance de stopper le réchauffement du globe à +1,5°C, le nouveau seuil à atteindre depuis la publication du rapport du GIEC en octobre 2018, il faudrait que le monde soit neutre en carbone en 2050. Nous en sommes loin, même avec les engagements pris à Paris. Antonio Guterres veut cependant rester optimiste : "La recherche scientifique nous dit que ces objectifs restent atteignables"… à condition de faire de nouveaux efforts. C’est d’ailleurs ce qui était prévu par l’Accord de Paris : les pays devaient rehausser leurs ambitions en 2020. Ce que les pays doivent réaffirmer dans une déclaration générale publiée à l'issue du sommet.

 

Envoyer des signaux politiques et économiques forts

Le sommet du 23 n’est pas une nouvelle session de négociation. Il ne s'agit pas de se substituer aux COP qui se tiennent chaque année et dont la prochaine se déroulera au Chili du 2 au 13 décembre. Le but est de mettre un nouveau coup d’accélération à l’action, via "des signaux politiques et commerciaux puissants" adressés aux chefs d’État ainsi qu’aux acteurs économiques et financiers. Pour Laurence Tubiana, dirigeante de la European Climate foundation, il s’agit ni plus ni moins que de "faire de l’Accord de Paris une réalité".

Le message adressé par Antonio Guterres est donc on ne peut plus clair : "Je veux qu’on me dise comment nous allons mettre fin à l’augmentation des émissions d’ici 2020, et réduire les émissions de façon drastique pour atteindre la valeur nette de zéro émission d'ici le milieu du siècle." 60 dirigeants sont attendus à New York, à New York. Certains comme la France et le Royaume Uni ont déjà inscrit la neutralité carbone dans des lois. D'autres ont annoncé des ambitions plus élevées comme l'Inde ou la Chine, pour laquelle on attend des engagements sur les nouvelles routes de la soie. D'autres pourraient le faire plus tard, comme l’Union européenne quand la nouvelle Commission prendra ses fonctions (en novembre).

 

Des efforts à faire indispensables

Le niveau d’efforts nécessaires est la transformation "rapide et profonde" de "notre façon de faire des affaires, de produire de l'électricité, de construire des villes et de nourrir la planète", a insisté Antonio Guterres. Pour cela, les États sont notamment appelés à supprimer progressivement les subventions aux énergies fossiles, à taxer le carbone ou à refuser de financer les centrales à charbon après 2020. Un récent rapport de l'Institut international du développement durable (IIDD) montre que la réaffectation de 10 à 30 % des subventions des énergies fossiles - 5 200 milliards de dollars en 2017 - pourrait financer la transition vers une réduction des émissions carbone. Quant à la taxation des combustibles polluants, elle est "trop faible", pour peser efficacement sur le changement climatique, avertit l'OCDE.

Les entreprises, elles, devraient annoncer de nouveaux engagements et solutions (technologies bas carbone, plantation d’arbres, réduction de consommation énergétique, etc.) pour s’aligner sur une trajectoire 1,5°C. Le 22 septembre, à l'initiative de We Mean Business, du Global Compact et des Science-Based Targets, 87 grandes sociétés ont ainsi annoncé leur engagement. On y trouve Danone, Schhneider Electric, Suez, Saint Gobain, Nestlé, Unilever... 

L’industrie lourde, fortement émettrice - comme l'acier, responsable de 7 % des émissions mondiales de CO2-, est aussi attendue au tournant. Une plateforme sera ouverte pour les entreprises s'engageant à produire sans fossiles. Et une initiative conjointe de la Suède et de l'Inde va être lancée autour de l'industrie bas carbone. De son côté, le gouverneur de la Banque d'Angleterre, Mark Carney, expliquera aux délégués comment éviter une crise financière due au climat, une hypothèse qui est sérieusement envisagée par de nombreux experts.

 

Une géopolitique défavorable

La géopolitique du climat est bien moins favorable qu’en 2015 lors de la signature de l’Accord de Paris. Depuis, nous avons assisté au retrait des États-Unis et à la prise de distance de grands pays comme le Brésil. Au sein de l'Union européenne, qui fait souvent figure de leader climatique, trois pays (Pologne, République tchèque et Hongrie) s'opposent encore à l'objectif de neutralité carbone d'ici 2050.

Enfin, des pays, gros émetteurs, qui ont longtemps freiné les négociations climatiques, sont aujourd’hui beaucoup plus allants comme l’Inde ou la Chine et devraient profiter du sommet pour le montrer. Et la préoccupation du changement climatique monte dans l'opinion mondiale. Un sondage mené dans huit pays par l’ONG britannique "HOPE not hate" place la crise climatique en tête des préoccupations majeures des citoyens devant l’immigration, le terrorisme et l'économie mondiale. 

Béatrice Heraud @beatriceheraud  


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Densite urbaine covid contre rechauffement climatique

Entre durabilité et lutte contre les épidémies, les grandes villes vont-elles devoir choisir ?

La densité urbaine des mégalopoles a été pointée du doigt partout à travers le monde pour son rôle dans la propagation du virus. Si Paris veut entamer une "cure d'hygiène" en pensant à agrandir les trottoirs, ces aménagements semblent insuffisants pour rassurer des habitants en mal de nature. Un...

Alok sharma Foreign and commonwealth office

La COP26 est reportée d’un an à novembre 2021 pour mieux relever l’ambition, promettent les États organisateurs

La COP26 sur le climat a officiellement été reportée d'un an. Elle se tiendra du 1er au 12 novembre 2021 à Glagow, en Écosse. Alors que certains y voient un constat d'échec, les États organisateurs et plusieurs experts assurent que c'est le temps nécessaire pour relever l'ambition climatique. Le...

Essec

ESSEC, Sciences Po, Polytechnique : les grandes écoles prennent le tournant de la transition

L'école de commerce Essec vient de dévoiler son plan de transformation durable. Tous les cours intégreront désormais les dimensions environnementales et sociétales. Une démarche ambitieuse alors que les grandes écoles à l’instar de Sciences Po et Polytechnique intègrent de plus en plus ses enjeux...

Ursula von der leyen CE 270520

Plan de relance européen : la Commission veut construire une "Union de la durabilité pour les générations futures"

Très attendu, le plan de relance européen a été présenté mercredi 27 mai par la Commission européenne. Il propose un nouvel instrument de relance de 750 milliards d'euros, dont 500 milliards de subventions, qui seraient mutualisées entre tous les États membres. L'objectif est d'aider les pays les...