Publié le 25 février 2019

ENVIRONNEMENT

Les effets du changement climatique pourraient provoquer une crise financière similaire à celle de 2008

La crise climatique actuelle pourrait provoquer un effondrement du système financier. Un groupe de chercheurs de l’Institute for public policy research (IPPR) au Royaume-Uni estime que les interconnexions entre risques climatiques, sociaux et économiques ont  jusqu'ici été sous-évaluées. Or, il s'agit, selon eux, du plus grand défi auquel l'humanité est confrontée et elle ne s'y prépare pas suffisamment.

Jusqu'ici, les risques provoqués par le réchauffement climatique auraient été sous-évalués par les chercheurs.
@Nasa

La prochaine crise financière aura pour origine le réchauffement climatique. C’est ce que plusieurs chercheurs attestent dans une étude publiée le 12 février par l’Institute for public policy research (IPPR), un think tank britannique. Ils ont compilé des dizaines et des dizaines d’études universitaires, de rapports gouvernements et de bilans d’ONG.

Ils estiment que, jusqu’ici, les évènements provoqués par le réchauffement climatique ont été étudiés de manière isolée. "Les climatologues examinent les perturbations des systèmes météorologiques, les biologistes se concentrent sur la perte des écosystèmes, les économistes calculent les dommages potentiels causés par l’intensification des tempêtes et des sécheresses", écrit le journal britannique The Guardian qui chronique l’étude.

Un effet domino

Or, ces évènements interagissent les uns avec les autres et ont des conséquences multiples sur la société et l’économie. Jusqu’ici "sous-évalué" un "nouveau domaine de risque très complexe et déstabilisé est en train de voir le jour", soulignent les chercheurs pour qui, les nouveaux records de température, la perte de biodiversité, la multiplication des feux de forêts ou des inondations amplifient les problèmes sociaux et économiques existants.

"Dans le pire des scénarios, une dégradation de l’environnement pourrait entraîner une défaillance catastrophique des systèmes humains, provoquant un effondrement précipité dans lequel les chocs économiques, sociaux et politiques se répercuteraient sur le système global, à peu près de la même manière qu’au lendemain de la crise financière mondiale de 2007-2008", écrivent-ils.

Le pire défi de l’humanité

C’est l’effet domino. La viabilité des institutions financières pourrait notamment être mise à mal par une avalanche de demandes d'assurances provoquées par les ouragans. Côté migration, Laurie Laybourn-Langton, un des auteurs de l’étude, explique au Guardian que la multiplication des sécheresses et canicules pourrait créer, au Moyen-Orient et en Afrique centrale et septentrionale, dix fois plus de réfugiés dans cette région que les 12 millions de personnes qui ont quitté le pays pendant le printemps arabe.

"En raison de leur grande complexité, leur ampleur et la nature systémique des problèmes, répondre à cet âge de l’effondrement environnemental sera peut-être le plus grand défi auquel les humains ont été confrontés dans leur histoire", alerte l’IPPR. 

Pour répondre à ces enjeux, les chercheurs exhortent les décideurs politiques à s’attaquer en priorité à ces risques. Selon eux, deux transformations socio-économiques globales sont nécessaires : augmenter la résilience des infrastructures, marchés, processus politiques… aux impacts du réchauffement climatique et transformer l’activité humaine pour qu’elle réponde aux limites écologiquement durables "tout en luttant contre les inégalités"

Marina Fabre, @fabre_marina


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Californie embouteillage CCO

En Californie, Toyota, General Motors, Fiat-Chrysler soutiennent Donald Trump plutôt que le climat

Trois grands constructeurs automobiles ont pris le parti de l’État fédéral contre la Californie, dans la bataille qui les oppose sur les normes d’émissions de gaz à effet de serre pour les véhicules. Toyota, General Motors et Fiat-Chrysler soutiennent la décision de l’administration de Donald Trump...

Capture 01

[Génération climat] Les étudiants du Réveil écologique publient un guide anti-greenwashing pour choisir leur futur employeur

Les étudiants passent à la vitesse supérieure. Après un manifeste signé par plus de 31 000 étudiants, le collectif Pour un réveil écologique publie un guide anti-greenwashing pour aider les étudiants à choisir leur futur employeur. Des outils qui augmentent un peu plus la pression exercée sur les...

Madrid las cibeles CCO

Cinq questions pour tout comprendre à la COP 25 qui se tiendra finalement en Espagne

La 25e conférence sur le climat des Nations-Unies, la COP25, aura finalement lieu à Madrid, en Espagne. Elle se tiendra aux dates prévues initialement, du 2 au 13 décembre, mais sous présidence chilienne. Confronté à une grave crise sociale, le pays a dû renoncer à accueillir l’événement. Quels sont...

Climate strike new york greenpeace

Les États-Unis se retirent officiellement de l’Accord de Paris, niant l’urgence climatique

Trois ans jour pour jour après l'entrée en vigueur de l'Accord de Paris, les États-Unis ont officialisé leur sortie du traité, conformément aux règles juridiques. Si cette annonce ne change finalement pas grand-chose, Donald Trump ayant largement détricoté les mesures environnementales prises par...