Publié le 23 octobre 2019

ENVIRONNEMENT

Taxer les billets d’avion, une solution controversée pour réduire l’impact du trafic aérien

Le gouvernement a voté l'augmentation de la taxe sur les billets d'avion allant désormais de 1,5 euro en classe économique par billet à 18 euros en classe affaires. S'il entend répondre à la demande des citoyens quant à la pollution du secteur aérien, l'exécutif retombe dans le schéma de la taxe carbone pesant sur les ménages. À moins que les compagnies aériennes ne la prennent à leur charge, ce qui est loin d'être acquis au regard de la crise qu'elles traversent. 

Airbus a380 CC0
La taxe sur les billets d'avion devrait rapporter 180 millions d'euros par an.
CC0

Élisabeth Borne l’avait annoncé en juillet, c’est désormais chose faite. Jeudi 17 octobre, les députés ont adopté une augmentation de la taxe de solidarité sur les billets d’avion (TSBA), appelée taxe Chirac. Elle finançait à l’origine les pays en voie de développement. Elle sera, à partir de 2020, dédiée au financement des "transports propres du quotidien" comme le ferroviaire.

Au total, cette taxe est de 1,50 euro par billet pour un vol intérieur ou intra-européen en classe économique et atteint jusqu’à 18 euros pour un billet hors Union européenne en classe affaires. "La France est le seul pays à distinguer classes économiques et affaires, l’écocontribution étant six fois moins élevée en classe éco", se félicite le ministère de la Transition écologique. Au total, le gouvernement estime que les recettes seront de 180 millions d’euros par an. L'Allemagne a déjà mis en place cette taxe, mais elle a parallèlement baissé la TVA sur le ferroviaire pour créer un appel d'air. 

Une taxe injuste qui pèse sur les citoyens ? 

"Le Gouvernement a souhaité répondre à l’attente de nos concitoyens d’une juste mise à contribution de l’ensemble des modes de transports, et en particulier ceux fortement émetteurs de gaz à effet de serre", défend le ministère. Encore faut-il que les citoyens acceptent que la pollution du secteur aérien pèse sur le prix de leurs billets d’avion. Une annonce qui rappelle quelque peu l’échec de la hausse de la taxe carbone, étincelle de la mobilisation des Gilets jaunes. D’où la réaction du député François Ruffin de la France Insoumise dans l’hémicycle, dénonçant des taxes qui pénalisent toujours "les plus pauvres".

Pour l’instant, Air France a annoncé qu’il prendrait en charge la hausse des tarifs, mais quid des autres compagnies ? D’autant que le secteur aérien accueilli froidement cette nouvelle taxe. "La faillite de deux compagnies aériennes françaises en l’espace d’un mois n’aura pas permis au gouvernement de mettre fin à sa politique d’asphyxie du transport aérien", dénonce le Syndicat des Compagnies aériennes autonomes. "Au lieu de prendre des mesures propres à lui redonner de la compétitivité, le gouvernement affiche maintenant clairement sa volonté de renforcer ses actions en faveur de la disparition du transport aérien", ajoute-t-il. 

Pas assez d'ambition

Du côté des associations, le Réseau action climat évoque un "tout petit pas qui ne suffira pas pour baisser les émissions de gaz à effet de serre, ni supprimer les avantages fiscaux du transport aérien". Bruno Lemaire, ministre de l'Économie, a justement annoncé le mardi 15 octobre vouloir "travailler à une taxation européenne du carburant des avions et des bateaux". Il estime en effet qu’il est "incompréhensible que des objectifs d’émissions carbone aient été fixés pour nos voitures et qu’aucun objectif n’ait été fixé" pour ces transports.

En mai dernier, un rapport de la Commission européenne avait d'ailleurs évalué qu'une taxe de 33 centimes par litre de carburant contribuerait à une baisse de 10 % des émissions de CO2 du secteur aérien. Cela rapporterait 27 milliards d'euros par an de recettes fiscales à la France, mais ferait baisser les résultats du secteur aérien de près de 11 %.

En parallèle, il va falloir de plus en plus prendre en compte les pratiques des citoyens. En Suède par exemple, le trafic aérien a baissé momentanément après que le flygskam, ce sentiment de honte de prendre l’avion par souci écologique, ait émergé. Il a été largement popularisé par Greta Thunberg, cette militante écologiste suédoise qui s’est rendu à Davos en Suisse en train, préférant un voyage de 32 heures plutôt qu'un vol. 

Marina Fabre, @fabre_marina 


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Dominique FAGET AFP

[Bonne nouvelle] Paris est la première ville au monde à mesurer son empreinte carbone en direct

Mesurer son empreinte carbone en direct, c’est ce que propose la startup Origins.earth. La ville de Paris est la première au monde à tester ce dispositif. Des capteurs installés aux quatre coins de la capitale vont permettre de savoir si les mesures prises vont dans le bon sens, et le cas échéant,...

Gilets jaunes champs elysees janvier 2019 Olivier Ortelpa Flickr

Un an après les Gilets jaunes, la taxe carbone est au point mort, mettant la transition énergétique française en péril

Un an après leur première mobilisation, les Gilets jaunes lancent un nouvel appel à manifester sur les Champs-Élysées, samedi 16 novembre, alors que tout rassemblement y est interdit depuis la mi-mars, à la suite du saccage de la célèbre avenue. Grand débat national, convention citoyenne sur le...

Manif etudiants manif climat AmisdelaTerre Twitter

[Édito] Climat et précarité, le cocktail explosif d'une jeune génération en colère

La jeunesse est dans la rue. Elle l’est pour sauver le climat, pointant du doigt l’inaction de leurs aînés en la matière. Et elle l’est pour des raisons sociales, unie sous le slogan "la précarité tue", alors qu’un étudiant s’est immolé après avoir perdu sa bourse. Ces deux combats, qui se...

Californie embouteillage CCO

En Californie, Toyota, General Motors, Fiat-Chrysler soutiennent Donald Trump plutôt que le climat

Trois grands constructeurs automobiles ont pris le parti de l’État fédéral contre la Californie, dans la bataille qui les oppose sur les normes d’émissions de gaz à effet de serre pour les véhicules. Toyota, General Motors et Fiat-Chrysler soutiennent la décision de l’administration de Donald Trump...