Publié le 15 juillet 2015

ENVIRONNEMENT

Réchauffement climatique : Exxon savait depuis… 1981 !

La plus grande firme pétrolière au monde, ExxonMobil, connaît les liens entre réchauffement climatique et combustion des énergies fossiles depuis 1981. Ce n’est qu'en 1988 pourtant, soit sept ans plus tard, que la question a émergé dans le débat public. Pour autant, la major américaine n’a pas modifié sa stratégie. C’est ce que l’on apprend dans un rapport de l’UCS (Union of Concerned Scientists) qui dénonce plus globalement les campagnes de désinformation menées par l’industrie des énergies fossiles sur le changement climatique ces trente dernières années. 

Station Exxon photographiée de nuit en Virginie (USA) en 2008.
Karen Belier / AFP

Sept ans d’avance. Dès 1981, ExxonMobil, la plus grande société pétrolière au monde, connaissait les liens entre réchauffement climatique et énergies fossiles. Alors que ce lien n'a été rendu public qu'en 1988 par James Hansen, un scientifique de la Nasa, devant le Congrès américain. Ce n’est qu’en 1988 également qu’a été créé le Giec, le groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat.

L’information a été révélée la semaine dernière par l’UCS (Union of concerned scientists) lors de la publication d’un rapport portant plus largement sur la désinformation organisée de l’industrie des énergies fossiles depuis trente ans sur la question du réchauffement climatique.

 

Exxon recule face à un projet très émetteur en carbone

 

C’est dans un échange de mails (publié dans son intégralité par le Guardian) entre l’Institut d’éthique appliquée de l’université de l’Ohio et un ancien expert d’ExxonMobil, Lenny Bernstein, que l’on apprend que la firme pétrolière a renoncé à investir dans un énorme champ de gaz du sud-est de l’Asie en raison de son potentiel de réchauffement climatique.

"La firme a commencé à s’intéresser au changement climatique lorsqu’elle a entrepris de développer le champ de gaz de Natuna, au large de l’Indonésie", écrit Lenny Bernstein. "C’est une énorme réserve de gaz naturel, mais elle est composée à 70 % de CO2. (…) Cela en aurait fait la plus large source de CO2 au monde et aurait compté pour 1 % des émissions globales de l’époque", poursuit l’expert la qualifiant de "bombe à carbone".

Exxon fait alors partie des premières majors pétrolières à avoir conscience de l’impact de l’extraction des énergies fossiles sur le climat. Mais elle gardera l’information secrète. Pire, selon l’ONG Greenpeace, la firme a financé des organisations climato-sceptiques. Elle aurait ainsi dépensé dans ce but plus de 22 millions de dollars depuis 1998.

Richard Keil, le porte-parole d’Exxon, a indiqué au Guardian que l’entreprise considérait désormais le réchauffement climatique comme un risque "mais qu’en 1981, le sujet était extrêmement prématuré et divisait l’opinion. Personne n’aurait pu dire en 1981 ou en 1984 si c’était réel ou non. Personne ne pouvait donner une réponse tranchée". Par ailleurs, il assure qu’Exxon n’a jamais financé des recherches de climato-sceptiques.

 

Une campagne de désinformation menée par les firmes pétrolières

 

Dans son rapport, l’UCS a compilé 85 notes internes, répertoriées sur 330 pages. Elles révèlent que les industries pétrolières ont "intentionnellement diffusé des informations tronquées sur le climat pendant des décennies, qu’elles savaient que leur activité était dangereuse pour l’Homme et pour la planète mais qu’elles l’ont toujours nié, poursuivant leur campagne de désinformation".

L'une de ces notes, datant de 1995, rédigée par un chercheur de Mobil Corporation et distribuée à de nombreuses grandes entreprises spécialisées dans les énergies fossiles, met en évidence que la combustion de ces énergies est à l'origine du changement climatique et que la science à ce sujet "est solide et ne peut être niée". En vain. La moitié des émissions industrielles de CO2 ont été produites depuis 1988.

"Beaucoup d'entreprises pétrolières n’ont pas été honnêtes sur les dommages qu’elles ont causés par l'extraction et la vente d’énergie produite à partir de ressources fossiles, qui mettent en danger notre climat", explique Ken Kimmel, le président de l’UCS. "Au lieu de prendre leurs responsabilités, elles ont directement ou indirectement contribué à semer le doute sur les causes du changement climatique et ont combattu les politiques visant à réduire les émissions."

 

La cible : les citoyens "moyens"

 

Ainsi, on peut lire dans le rapport qu’en 1998, BP, Chevron, Conoco, Exxon, Mobil, Phillips et Shell étaient membres de l'API (American Petroleum Institute), le plus fort lobbying sur le gaz et le pétrole aux États-Unis, alors qu'il élaborait un plan visant à soutenir secrètement les chercheurs "indépendants" qui contesteraient publiquement la science établie sur le climat. Une note de l’API affirme que "la victoire serait atteinte lorsque les citoyens moyens reconnaîtront qu’il y a des incertitudes sur le réchauffement climatique."

Les chercheurs de l’UCS appellent les compagnies à cesser leur campagne de désinformation : "Ces entreprises ne sont pas seulement en train d’essayer de bloquer les nouvelles politiques de réduction des émissions, elles essaient de les faire reculer", réagit Nancy Cole, co-auteure du rapport et directrice de campagne Climat et énergie au sein de l’UCS. "Le changement climatique est déjà en cours et de nombreuses communautés luttent pour protéger leurs résidents et se préparer aux évolutions à venir. La désinformation doit tout simplement s’arrêter. Il est temps pour les grandes entreprises pétrolières de devenir une partie de la solution."

Signe que les temps changent pour les compagnies pétrolières, les actionnaires de Shell et de BP ont réussi à faire intégrer le risque climatique dans la stratégie des deux firmes. De l’autre côté de l’Atlantique en revanche, Exxon et Chevron font de la résistance. Elles ont refusé d’avoir un expert climatique indépendant dans leur conseil d’administration.

Concepcion Alvarez
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Energies fossiles : 6 compagnies pétrolières interpellent l’ONU sur la tarification du carbone

Six compagnies pétrolières et gazières européennes (Total, Statoil, Shell, Eni, BP et BG) ont publié le 1er juin une lettre ouverte dans le Financial Times. Elles demandent aux États et à la CCNUCC (organisme des Nations Unies chargé du climat) de mettre en place des mécanismes de...

Risque climatique : la stratégie a minima de Total

Total a refermé, ce vendredi 29 mai, la marche des assemblées générales des majors du pétrole et du gaz. Contrairement à ceux de BP, Shell, Exxon et Chevron, les actionnaires de la société française n’ont pas eu à se prononcer sur une résolution concernant la prise en compte du risque...

Exxon et Chevron refusent d’avoir un expert climat dans leur conseil d’administration

Aron Cramer (BSR) : "Quel que soit le résultat de la COP21, les entreprises devront agir contre le changement climatique"

Les entreprises prennent le changement climatique au sérieux. Mais elles doivent intensifier leurs efforts, notamment par le biais de collaborations, pour réussir à atteindre l'objectif d'un réchauffement climatique limité à 2°C d'ici la fin du siècle. C'est le message d'Aron Cramer, le...

Les actionnaires de Shell lui demandent de s’orienter vers une stratégie bas carbone

Et de deux ! Les actionnaires de Shell ont voté aujourd’hui à 98,9 % en faveur de la résolution lui demandant d'effectuer une transition vers une économie bas carbone. L’AG (assemblée générale) de BP avait, quelques semaines auparavant, connu les mêmes débats et les mêmes scores. Les...

Climat : le prix du carbone au cœur de la climate week

La question du prix du carbone sera au cœur des discussions que vont avoir cette semaine les acteurs économiques du Business & Climate Summit, puis du Climate Finance Day. Sur la table depuis plus de dix ans, la monétarisation de la tonne de CO2 au niveau mondial et national, voire au sein...

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Impacts socio economiques du changement climatique inondation

Davos 2020 : Les impacts socio-économiques du changement climatique pourraient être multipliés par 20 d’ici 2050

Il va falloir redoubler d'effort. Selon un nouveau rapport du cabinet McKinsey, les impacts socio-économiques liés au changement climatique vont se multiplier et s'intensifier partout dans le monde mettant à mal la productivité des travailleurs, les systèmes alimentaires mondiaux, les...

Donald Trump Ursula von der Leyen Davos 2020 Jimwatson AFP

Davos 2020 : Donald Trump traite Greta Thunberg de "prophète de malheur"

Les premières heures de Davos ont laissé la place aux prestigieux invités dont la militante écologiste Greta Thunberg et le Président américain Donald Trump. La première a dénoncé les décideurs mondiaux pour leur inaction, ou pire, leurs faux engagements. Le second a appelé à écarter les porteurs de...

CO2 pollution budget carbone pixabay

Feuille de route climat : la France abaisse ses ambitions sur les émissions de CO2

Le gouvernement vient de publier sa Stratégie nationale bas-carbone (SNBC) et sa Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), toutes deux révisées à l’aune de l’objectif de neutralité carbone en 2050 fixé par la France. Ces documents, qui jouent le rôle de boussole climatique, sont mis en...

5G mobile numerique environnement Pixabay

Le déploiement de la 5G pour nos téléphones portables pourrait être un véritable désastre écologique

La 5G est en train de devenir une réalité. Les enchères pour les fréquences doivent démarrer dans quelques mois en France, tandis qu'elle est déjà opérationnelle en Chine ou en Corée du Sud. L’enjeu pour les opérateurs est de proposer des services améliorés, mais plusieurs experts pointent du doigt...