Publié le 20 novembre 2015

ENVIRONNEMENT

Quelles réalités derrière les annonces des banques en faveur du climat ?

A quelques jours de la COP21, la publication des engagements de banques sur le climat se multiplient : jusqu’où vont-elles ? Quelles sont leurs motivations ? Et quelles sont les conséquences environnementales et financières de ces engagements ? Autant de questions occultées par les effets d’annonce qui se résument, globalement, par une sortie du charbon. Passage en revue des principales annonces françaises. Décryptage.

Chine Charbon Qingdao AFP CHINA XTRA

AFP

"BNP Paribas renforce sa gestion du risque carbone et va consacrer 15 milliards d’euros aux énergies renouvelables", "Société Générale s’engage en faveur du climat", "Natixis cesse le financement des industries du charbon dans le monde entier"… Le titre des trois communiqués de presse, publiés ces derniers jours et semaines par trois grandes banques françaises, témoignent de la diversité de leurs approches.

"Engager la banque, globalement, sur une trajectoire de 2°C repose sur un gros travail de fond", explique Laurence Pessez, déléguée à la Responsabilité Sociale et Environnementale du groupe BNP Paribas. "Nous avons calculé le mix énergétique de tout le groupe sur les énergies primaires, ce qui nous permet de savoir que nous avons 23 % de charbon - le mix énergétique mondial est à 40 % - et 23 %  d’énergies renouvelables" détaille-t-elle. "Cela nous a permis de déterminer nos objectifs à horizon 2040. Ils sont de 13 % pour le charbon et 50 % pour les énergies renouvelables. Toutes nos annonces sont alignées sur le scenario 2 degrés de l’AIE [agence internationale de l’énergie, ndlr]".  La Société Générale s’est contentée de son côté d’un scenario non chiffré annonçant la mise en place d’une "politique climat visant à favoriser le financement de la transition énergétique et à réduire l’empreinte carbone de ses activités". Sans plus de précisions.

Pour une banque, la décarbonation de portefeuilles financiers est un exercice d’autant plus complexe qu’elle investit beaucoup d’argent dans des entreprises et des projets partout dans le monde. A l’image des négociateurs de la COP21, les différents pays et leurs acteurs économiques n’ont pas la même vision sur le changement climatique et sur le développement économique. Or, décarboner des financements consiste d’abord à mesurer leur empreinte carbone, c'est-à-dire les émissions qu’ils contribuent à produire, pour ensuite les faire baisser en limitant les investissements dans les entreprises les plus productrices de carbone et en poussant les autres à diminuer au maximum leurs émissions. C’est probablement le levier le plus efficace quand il est intégré à une politique globale qui joue sur tous les leviers de façon crédible (financements verts, exclusion des activités les plus émettrices et engagement actionnarial pour pousser les entreprises à changer de business model) et pas seulement dans des indices boursiers dits "bas carbone".

 

Le cas épineux du charbon

 

Reste le cas particulier du charbon. Les activités liées à l’énergie fossile la plus polluante sont progressivement désertées par le secteur financier. Mais cette exclusion reste à géométrie variable, en fonction des seuils d’exclusion fixés, des activités concernées et des conséquences financières que cela implique. "Quand nous avons fait le travail d’évaluation du bilan coût-avantage des activités liées au charbon au sein de Natixis, j’ai constaté que les équipes étaient prêtes à se concentrer sur le financement des opérations d’énergies renouvelables", explique Pierre Dufaud, en charge de la Responsabilité Environnementale et Sociale pour la filiale du groupe Banque Populaire Caisses d’Épargne.

La banque a annoncé, le 15 octobre, la fin de son financement des industries du charbon. Pour la première fois, elle affiche une politique d’investissement appliquée à un secteur en particulier. Et elle précise : "notre politique couvre à la fois les centrales productrices d’électricité à base de charbon, mais aussi l’extraction minière et les entreprises dont 50 % de l’activité est liée au charbon. Elle s’applique partout de la même façon".

 

D’intenses négociations en interne

 

La définition des périmètres et des seuils fait l’objet d’intenses débats au sein de chacune des institutions financières qui prend des engagements publics. Des débats dont dépendent beaucoup la nature de leur clientèle. Pour Pierre Dufaud, "la vraie politique c’est celle qui sort des entrailles de la banque et qui est validée par ses métiers". Elle n’est donc pas forcément conforme aux vœux des ONG qui en appellent à une sortie pure et simple du charbon, énergie considérée comme la plus climaticide.  

"C’est difficile de dialoguer sur cette base", précise Laurence Pessez dont la banque est particulièrement ciblée par les ONG. "Notre politique sur ce sujet est définie non pas sur ce postulat mais en fonction de la réalité de la demande énergétique de pays comme l’Indonésie, la Chine ou l’Inde et en distinguant les pays de l’OCDE des autres".  

Pour les pays hors OCDE, BNP Paribas ne financera plus les projets charbon si le pays ne s’est pas engagé à limiter ses émissions de gaz à effet de serre dans le cadre de la COP 21 et si les mécanismes de consultation et d’indemnisation des populations locales impactées ne sont pas solides. Enfin la banque exigera que la centrale soit conçue pour émettre le moins de carbone possible et que l’entreprise porteuse du projet soit elle-même engagée dans une stratégie de diversification énergétique.

Dans le secteur financier, les projets liés au charbon sont de plus en plus décriés puisqu’ils cumulent risques financiers, environnementaux et de réputation (ils sont la première cible des ONG). L’extinction de cette ressource énergétique par assèchement de ses financements et dégradation spectaculaire de  son modèle économique est un scénario dont la probabilité s’accélère à l’approche de la COP21.  

Anne-Catherine Husson-Traore
© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

10 millions de dollars par minute : le montant des subventions aux énergies fossiles dans le monde

Le chiffre donne le tournis. Chaque année dans le monde, 5 300 milliards de dollars sont dépensés par les Etats pour soutenir les énergies fossiles, selon les estimations du Fonds monétaire international (FMI). Et pourtant, il s’agit d’une aberration économique. Car supprimer ces...

Pour l’AIE, "le charbon est proche de sa fin"

A quelques semaines seulement de la COP21, la conférence onusienne sur le climat, le rapport était attendu. L’Agence internationale de l’énergie (AIE) vient de publier son panorama annuel de l’énergie dans le...

Les banques françaises financent 7 fois plus les énergies fossiles que les renouvelables selon 2 ONG

Quel impact a eu le dernier grand sommet climatique de Copenhague en 2009 sur les banques ? Aucun, si l’on en croit la dernière étude publiée...

Économie bas-carbone : avec ou sans croissance ?

Décarbonner l’économie d’ici la fin du siècle : c’est l’objectif sur lequel doivent s’accorder les 196 parties lors de la conférence climatique internationale (COP21) qui se tient à Paris du...

Désinvestissement des énergies fossiles : une arme contre le réchauffement climatique

Désinvestir. Le mot revient de plus en plus souvent dans le débat autour du réchauffement climatique. La campagne pour le désinvestissement des combustibles fossiles, relayée depuis plusieurs années par l’organisation non gouvernementale (ONG) 350.org, est en train de porter ses fruits. De...

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Inondations Jakarta Indonesie avril 2019 DasrilRoszandi NurPhoto

À cause du réchauffement climatique, l'Indonésie va déplacer sa capitale

Jakarta s'enfonce. La capitale de l'Indonésie qui subit déjà la surpopulation et les embouteillages, est la cible de catastrophes naturelles renforcées par le réchauffement climatique. D'où la volonté de son président de déplacer la capitale en dehors de l'île de Java. Mais les critiques fusent :...

Planete qui coule destruction

À partir du 10 mai, l'Union européenne aura consommé plus de ressources que la Terre n'en produit

À deux semaines des élections européennes, le WWF et le Global Footprint Network alertent sur le jour du dépassement de la Terre qui tombe cette année le 10 mai pour les pays de l’Union européenne. Cela signifie qu'à compter de cette date, les Européens vont vivre à crédit en consommant plus de...

Stop adani mine de charbon australie grande barriere de corail flickr

Ultime feu vert du gouvernement australien pour le projet de mine de charbon près de la Grande barrière de corail

Les autorités fédérales australiennes ont accordé une ultime autorisation au méga-projet de mine de charbon en Australie, tout près de la Grande barrière du corail qui subit déjà fortement les impacts du changement climatique. Mais le projet, plusieurs fois repoussé, pourrait encore être bloqué par...

Ville pollution CO2 Leolintag

200 maires appellent l'Union Européenne à la neutralité carbone d'ici 2050

Plus de 200 maires européens ont appelé mardi 7 mai l'Union Européenne à adopter un objectif de neutralité carbone pour 2050, dans une lettre ouverte publiée à deux jours d'un sommet européen en Roumanie.