Publié le 16 décembre 2019

ENVIRONNEMENT

Pour respecter l’Accord de Paris, les pays développés doivent fixer un "pic de viande" à ne pas dépasser d’ici 2030

Après le "peak oil", voici le "peak meat", littéralement le pic de viande. Des scientifiques de plusieurs États appellent les pays développés à définir, dans la prochaine décennie, une production maximum de viande avant sa diminution progressive. Si le secteur de l'élevage continue à ce rythme, dans dix ans, il aura consommé, à lui seul, 49 % du budget de gaz à effet de serre autorisé dans l'Accord de Paris.

Pic de viande boeuf agriculture climat
La production de viande, de lait et d’œufs est passée de 758 millions de tonnes en 1990 à 1 247 millions de tonnes en 2017.
CC0

L’élevage est un des points noirs du réchauffement climatique. Si le secteur continue d’évoluer au rythme actuel, il pourrait représenter près de la moitié du budget d’émission de gaz à effet de serre autorisé dans le cadre de l’Accord de Paris. D’où cet appel lancé par des scientifiques du monde entier en pleine COP25, qui s'est achevée dimanche 15 décembre, demandant aux pays de fixer un "pic de viande" à partir duquel la production animale cessera d’augmenter.

"Alors que les décideurs révisent leurs contributions nationales, nous proposons que, pour obtenir en profondeur la transformation nécessaire dans le secteur agricole, les pays à revenu élevé et les pays à revenu intermédiaire s'engagent à atteindre le pic de leur production nationale de chaque espèce de bétail", commente Helen Harwatt, auteure principale de cette lettre publiée dans le journal Lancet Planetary Health.

Elle invite les pays à remplacer ces produits par des "aliments tels que les haricots, les céréales, les noix, les fruits et les légumes, de manière à réduire leur impact environnemental et maximiser le potentiel d'avantages pour la santé publique." 

80 % des terres agricoles sont utilisées pour le bétail 

Depuis longtemps, l’impact de la viande est pointé du doigt. Aujourd’hui, selon les auteurs de la lettre, les animaux d’élevage représentent 16,5 % des émissions de gaz à effet de serre. La production de viande, de lait et d’œufs est passée de 758 millions de tonnes en 1990 à 1 247 millions de tonnes en 2017. Une production qui exerce une pression accrue sur l’environnement notamment sur l’utilisation des terres. Les scientifiques estiment que 80 % des terres agricoles sont utilisées pour le bétail alors qu’elles ne produisent que 18 % des calories alimentaires.

"La production et la demande (de viande, NDR) devraient augmenter massivement à mesure que notre population va atteindre 10 milliards d’êtres humains", explique Matthew Betts, coauteur de la lettre et professeur à l’Oregon State University. "La réduction de la demande humaine de protéines animales à forte intensité de ressources ralentirait considérablement le taux de perte mondiale de forêts avec d’énormes avantages pour la biodiversité et le stockage du carbone". Pour les scientifiques, l’urgence est telle qu’il faudrait fixer ce pic d’ici 2030 au plus tard.

800 millions de personnes sont encore sous-alimentées,

"La transition devra être gérée de manière équitable pour permettre aux citoyens de changer de régime alimentaire et pour les agriculteurs, les producteurs et les chaînes agroalimentaires de se diversifier", a expliqué au Guardian Pete Smith, membre du Giec et coauteur de la lettre. "Dans les pays pauvres, où plus de 800 millions de personnes sont encore sous-alimentées, les priorités diffèrent évidemment", nuance-t-il. 

Sur ce sujet justement, une étude publiée dans la revue Global Environmental Change le 17 septembre avait défini les régimes alimentaires idéaux en prenant en compte la lutte contre le changement climatique et la malnutrition. Et entre les pays développés et les pays en développement, les recommandations n’étaient pas les mêmes. "Pour ne pas souffrir de malnutrition chronique, les pays en développement devront manger plus et par conséquent augmenter leur empreinte carbone", expliquait à l’AFP Keeve Nachman, principal auteur de l’étude. "Cela suggère que dans de nombreux pays à revenu élevé dans le monde, où nous consommons beaucoup plus de produits d’origine animale que la moyenne mondiale, il est urgent de commencer le plus tôt possible la transition vers des produits plus végétaux". 

Marina Fabre, @fabre_marina


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Californie incendie electricite JOSH EDELSON AFP

Entre les vagues de chaleur et les incendies, le système électrique américain vacille

La Californie, cinquième puissance économique mondiale, dévastée par les incendies et les températures extrêmes, s'habitue à être plongée, par intermittence, dans le noir. Le réseau d'électricien de l'ouest américain a dû mal à résister aux impacts du changement climatique. Les opérateurs sont...

Phytoplankton @FotoshopTofs Pixabay

La géoingénierie pour sauver la planète : fertiliser les océans pour augmenter le captage du CO2

La solution serait simple et peu coûteuse, il s'agirait de transformer l'océan en une gigantesque pompe à CO2 en boostant le développement de microalgues, capteurs de gaz carbonique, grâce à un engrais : le sulfate de fer. Si la méthode semble prometteuse, elle est aujourd'hui interdite à grande...

Convention des entreprises pour le climat 150 dirigeants

Avec ses 150 dirigeants, la Convention des entreprises pour le climat est désormais lancée

Heineken France, Kaporal, Greenweez, Seafoodia... 150 dirigeants d'entreprises du secteur de la construction, de la culture, de l'alimentation ou encore de l'énergie, viennent d'être recrutés pour intégrer la Convention des entreprises pour le climat. L'objectif est que les dirigeants construisent...

Terre soleil atmosphere Nasa

La géoingénierie pour sauver la planète : déployer des ombrelles solaires dans l’espace

Rien n’y fait : le CO2 continue à monter et l’effet de serre s’emballe. En dernier recours, l’humanité pourrait essayer de diminuer la quantité de rayonnement solaire reçu par la Terre. 1 à 2 % en moins suffirait à reprendre le contrôle du mercure. Mais pour cela, ce sont des parasols qu’il faudrait...