Publié le 13 juillet 2020

ENVIRONNEMENT

Pollution de l’air : Le Conseil d’Etat presse le gouvernement d’agir sous peine de payer 10 millions d'euros par semestre

10 millions d'euros par semestre. C'est la somme que devra payer l'État si, dans six mois, il n'a toujours pas réduit la pollution de l'air dans huit zones de l'Hexagone. La plus haute juridiction administrative française avait déjà ordonné au gouvernement, il y a trois ans, de prendre les mesures nécessaires. Cette somme record, liée à l'urgence de la situation, sera versée à des associations si le gouvernement ne réagit pas mais la nouvelle ministre Barbara Pompili promet d'agir. 

Voitures diesel pollution ssuaphoto istock
Dans six mois, si le gouvernement n'agit pas, il devra payer 54 000 euros de sanctions par jour.
Ssuaphoto Istock

La pression s’accentue un peu plus sur le gouvernement et la nouvelle ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili. Alors que la semaine dernière, le Haut conseil pour le climat avait déjà torpillé la politique climatique de la France, l’estimant insuffisante pour atteindre la neutralité carbone en 2050, c’est cette fois au Conseil d’État d’enfoncer le clou. 

Le 10 juillet, la plus haute juridiction administrative a ordonné au gouvernement de prendre des mesures pour réduire la pollution de l'air dans plusieurs villes et régions, sous peine d'une astreinte de 10 millions d'euros par semestre de retard. Cette astreinte est le montant "le plus élevé" jamais imposé "pour contraindre l'État à exécuter une décision prise par le juge administratif", a précisé dans un communiqué le Conseil d'État. 

"C'est une décision historique (...) pour sanctionner l'inaction du gouvernement français face aux impacts de la pollution de l'air. Sous la contrainte d'une sanction financière représentant 54 000 euros par jour, le nouveau gouvernement devra donc prendre des mesures urgentes et crédibles dans les six prochains mois", a réagi l'avocat des associations et personnes requérantes, Maître Louis Cofflard. 

Un montant historique lié à la "gravité des conséquences"

Pour bien comprendre, il faut remonter au 12 juillet 2017, date à laquelle le Conseil d’État avait déjà enjoint le gouvernement à élaborer et mettre en œuvre des plans pour réduire la pollution de l’air dans 13 zones du territoire, dont Paris, Lyon, Marseille ou encore Grenoble. L’enjeu était que les concentrations de dioxyde d’azote (NO2) et de particules fines (PM10) passent en dessous des valeurs limites fixées par la directive européenne sur la qualité de l’air. 

Trois ans plus tard, saisi par les Amis de la Terre et plus de 77 associations et lanceurs d’alerte, le Conseil d’État constate que "le gouvernement n’a toujours pas pris les mesures demandées pour réduire la pollution de l’air dans 8 zones de France".  Eu égard au délai depuis la précédente décision, à l'importance du respect des règles européennes, "à la gravité des conséquences" en termes de santé publique et à "l'urgence qui en découle", le Conseil d'État a donc prononcé une astreinte de 10 millions d'euros par semestre. Le gouvernement a six mois pour prendre des mesures avant de devoir s'acquitter de cette somme. 

La France fera le nécessaire, promet Barbara Pompili

La ministre la Transition écologique et solidaire, Barbara Pompili, a écrit dans un tweet que la France mettrait "fin à ces dépassements grâce à la création obligatoire d'ici six mois de "zones à faibles émissions" qui interdisent la circulation des véhicules les plus polluants". 

Le cas échéant, le Conseil d'État précise que "pour la première fois" , l'astreinte pourrait être versée aux ONG requérantes mais aussi à des personnes morales publiques "disposant d'une autonomie suffisante à l'égard de l'État" ou privées à but non lucratif, menant des actions dans le domaine de la qualité de l'air.  Lors de l'audience la semaine dernière, le rapporteur public, qui avait demandé cette astreinte, avait notamment évoqué l'Ademe (Agence de la transition écologique).

Marina Fabre, @fabre_marina avec AFP


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Pitron RedaSettar

"Les géants d’Internet entretiennent notre ignorance sur l'enfer de la pollution numérique", alerte Guillaume Pitron

Trois ans après La Guerre des métaux rares, le journaliste Guillaume Pitron s’attaque à un nouveau sujet avec "L’enfer numérique, Voyage au bout d’un like". Il dévoile le coût environnemental d’un secteur dématérialisé. Entre les stratégies des géants qui nous maintiennent dans l’illusion d’un...

MicrosoftTeams image

À quelques semaines de la COP26, la Chine et les États-Unis prennent de forts engagements climatiques

Fini le financement des centrales à charbon à l'étranger. La Chine annonce la fin de leur construction en dehors de ses frontières. Une avancée majeure alors que Pékin soutenait fortement cette énergie dans les pays en développement. Une bonne nouvelle qui intervient au moment où les États-Unis ont...

Emissions CO2 FranckWagner

Le manque d’engagement des pays sur les émissions de CO2 conduit le monde à un réchauffement de 2,7°C, alerte l’ONU

À quelques semaines de la prochaine COP26 sur le climat, l’ONU s’alarme. Les pays, qui devaient prendre de nouveaux engagements en matière d’émissions de CO2, tardent. Si 113 pays ont renforcé leurs ambitions, cela concerne moins de la moitié des émissions mondiales. En l’état, le monde va largement...

Football tottenham CCO

[Bonne nouvelle] Un match de football neutre en carbone, pour la beauté de l’écogeste

La rencontre de football entre Tottenham et Chelsea du 19 septembre doit faire entrer un peu plus les questions environnementales dans le monde du sport. Ce match de première ligue anglaise a l’ambition d’être le premier neutre carbone. Pour cela, les deux clubs invitent les spectateurs à adopter...