Publié le 30 juillet 2021

ENVIRONNEMENT

Nouvel activisme climatique : les scientifiques sortent de leur réserve et poussent à l'action

Face à l'urgence climatique, les scientifiques sortent de la réserve prônée dans la discipline pour s'investir dans le débat public. Certains misent sur les réseaux sociaux et la sensibilisation, alors que d'autres n'hésitent pas à appeler à la désobéissance civile face à l'inaction des gouvernements. Toute la semaine, Novethic explore les nouvelles formes d'activisme climatique qui prennent de l'ampleur en France. 

IStock @Artem Peretiatko
Les scientifiques multiplient les appels et pétitions pour lutter contre le changement climatique.
@Artem Peretiatko / Istock

"On a le sentiment que les journalistes et le monde découvrent cette urgence et se disent 'on ne nous l'avait pas dit'. Et bien si, on vous l'avait dit !" s’exclame l'éminent climatologue Jean Jouzel, membre du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), sur le plateau de LCP début juillet en réaction aux inondations monstrueuses qui ont touché la Belgique et l’Allemagne.

Depuis la fin des années 60, les scientifiques alertent sur le réchauffement climatique induit par les activités anthropiques. Mais alors que les études alarmantes s’amoncellent chaque semaine, les mesures politiques ne sont pas à la hauteur de l’urgence et les émissions de gaz à effet de serre continuent à croître à l'échelle mondiale. Face à ce constat, les scientifiques sont pris entre deux feux.

D’une part l’urgence à agir. De l’autre, la nécessité de se conformer à l’idée ancrée que la science se doit d’être neutre, que les scientifiques gagnent en crédibilité en maintenant ses distances avec le politique. En témoigne le mandat du GIEC, qui stipule que l’instance onusienne de référence en matière d'études sur le climat est chargée d'évaluer "sans parti pris et de manière méthodique et objective" l’information scientifique disponible, rapporte le site du gouvernement français.

De la sensibilisation à l'action directe

Mais face à l’ampleur de l’enjeu, les scientifiques sont de plus en plus nombreux à questionner leur réserve. Certains misent sur la sensibilisation par le biais des médias mais aussi des réseaux sociaux, comme la co-présidente du GIEC Valérie Masson-Delmotte, qui utilise son compte Twitter, suivi par près de 30 000 personnes, pour vulgariser l'information sur le climat et lutter contre les fausses informations. Début juillet, elle lançait un mouvement de signalement au Conseil supérieur de l’audiovisuel, autorité de contrôle des médias, au sujet d'infox diffusées sur la chaîne de télévision CNEWS.

D’autres prennent parti dans le débat public. En janvier 2020, le climatologue Christophe Cassou déplorait sur Twitter la condamnation des militants ayant décroché des portraits d’Emmanuel Macron pour dénoncer sa politique environnementale : "quel aveuglement !", s’exclamait-il, s’étonnant que face à l’urgence, ce geste puisse être considéré comme un délit. Un mois plus tard, face à l’"inertie" des gouvernements successifs, 1 000 scientifiques poussaient à l’action, lançant un appel à la "désobéissance civile", et soutenant explicitement les actions de l’association Extinction Rebellion.

Un devoir et un rôle à jouer

Pour certains, agir est devenu un devoir. Plus d'une centaine de scientifiques ont signalé participer à la grève scolaire du 15 mars 2019 face à l’inaction des gouvernements, estimant dans une tribune que l’engagement est "devenu pour ceux qui possèdent une parcelle de savoir, un impératif moral et politique". Une évidence même, pour l’astrophysicien et militant écologiste Aurélien Barreau  interviewé dans le journal Le Monde : "La vie périclite sur Terre et l’on se demande s’il est bien raisonnable que les scientifiques interviennent dans le débat public. C’est scandaleux de se poser cette question".

Le chercheur en sciences sociales au Cirad et ingénieur agronome de formation Sélim Louafi rejette cette "dichotomie" qui pourrait exister entre science et politique. "L’idée que la connaissance est neutre est une fiction tenace", souligne-il. "On blâme les politiques, mais la science a aussi un rôle à jouer", à condition qu’elle "accepte et assume sa dimension politique" et dépasse son sa dimension actuelle d’alerte et de cautionnement. Avec la possibilité que cet engagement soit porteur : selon un sondage d'Harris Interactive, 91% des Français déclarent faire confiance à la science, et 77% s'en remettent à elle pour protéger l'environnement. 

Pauline Fricot, @PaulineFricot 


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Inondations Jakarta Indonesie avril 2019 DasrilRoszandi NurPhoto 01

À cause du changement climatique, l’Indonésie déménage officiellement sa capitale

Jakarta, engloutie par les eaux en raison du changement climatique et de l'urbanisation galopante, va bientôt perdre son titre de capitale indonésienne. Les députés viennent officiellement d'approuver le projet du Président Joko Widodo de la transférer sur l'île de Bornéo. Il promet que Nusantra, la...

Doomsday Clock 2022

Horloge de l’Apocalypse : il est minuit moins cent secondes avant la fin du monde

Il ne reste plus que cent secondes à l'humanité avant la fin du monde, selon l'Horloge de l'Apocalypse, qui vient d'être réactualisée. Celle-ci a été créée il y a 75 ans pour alerter sur les crises mondiales qui mettent en péril l'humanité. Changement climatique, armes nucléaires, pandémie et...

Justice pixabay cco

Justice climatique : Après la condamnation de Shell aux Pays-Bas, une trentaine de multinationales dans le viseur

BP, RWE, Unilever... 30 gros groupes carbo-intensifs sont visés par l'ONG Milieudefensie. Cette dernière, qui a réussi, pour la première fois au monde, à contraindre une multinationale à rehausser ses ambitions climatiques en passant par la voie judiciaire, compte bien continuer sur sa lancée. Elle...

+50°C en Australie, +43°C en Argentine, +44°C en Uruguay : la planète brûle

Une chaleur étouffante s'abat dans l'hémisphère sud, de la côte ouest de l'Australie jusqu'à l'Argentine, en passant par l'Uruguay où un nouveau record vient d'être battu. Les températures dépassent la barre des 40°C, voire même des 50°C comme ce fut le cas en Australie, menaçant la santé des...