GIEC

Le GIEC, Groupe d'Experts Intergouvernemental sur l'Evolution du Climat, a été créé en 1988, par l’Organisation météorologique mondiale et le Programme pour l’environnement des Nations-Unies. Ses membres sont des pays et non pas des personnes physiques. A l’heure actuelle quasiment tous les pays du monde participent aux travaux. Le GIEC doit évaluer « sans parti pris et de façon méthodique, claire et objective, les informations d’ordre scientifique, technique et socio-économique qui sont nécessaires pour mieux comprendre les fondements scientifiques des risques liés au changement climatique d’origine humaine, cerner plus précisément les conséquences possibles de ce changement et envisager d’éventuelles stratégies d’adaptation et d’atténuation ».

En d’autres termes, le Groupe d'Experts Intergouvernemental sur l'Evolution du Climat étudie les changements climatiques, et plus précisément l’impact de l’Homme, de l’activité humaine, sur le climat. Au cours de ses analyses, le GIEC a affirmé de manière de plus en plus solide que les activités humaines sont responsables du réchauffement planétaire. Le nom anglais du GIEC est IPCC, pour Intergovernmental Panel on Climate Change.

Qu'est-ce que le label isr ?

Pour aller plus loin

Recours contre l'État pour inaction climatique : la procédure judiciaire est désormais engagée

Les quatre ONG qui poursuivent l'État français pour action insuffisante contre le réchauffement climatique ont annoncé lundi 20 mai avoir transmis au juge un "mémoire complémentaire", qui devrait permettre de lancer l'étude complète de leur requête. Cela prendra toutefois plusieurs années...

[Édito Vidéo] Résistances aux antibiotiques, une menace invisible aussi grave que le réchauffement climatique

Les bactéries sont de plus en résistantes aux antibiotiques. En cause, une utilisation abusive non seulement pour la santé humaine et pour l’élevage. Le danger est aussi important et imminent que le réchauffement climatique assurent médecins, prix Nobel et experts de l’ONU. Pourtant, ce...

IPBES : Notre alimentation est la première cause de perte de biodiversité dans le monde, alertent les experts mondiaux

Après une semaine de négociations à Paris, 132 pays ont adopté ce week-end une évaluation sans précédent de l'état de la nature. Elle démontre le besoin urgent de transformer notre système économique et social. Le premier facteur d’effondrement de la biodiversité terrestre est le...