Publié le 23 octobre 2019

ENVIRONNEMENT

Les pays riches vont aussi avoir beaucoup de mal à s'adapter au changement climatique

Les pays riches vont aussi souffrir économiquement du réchauffement climatique. D'ici 2100, les États-Unis pourraient perdre 10,5 % de leur PIB, le Canada 13 % ou la Suisse 12 % car, selon les chercheurs, chaque changement climatique (sécheresse, inondations, canicules...) qui dévie des normes d’un pays a des effets néfastes sur l’économie. Reste que les pays développés, moins vulnérables économiquement, peuvent davantage faire face aux impacts du réchauffement climatique que les pays du sud. 

Re chauffement climatique impact e conomie pays riche
Une nouvelle étude montre que le réchauffement climatique va avoir un impact économique considérable sur les pays riches et froids.
CC0

C’est une idée largement répandue : les pays riches vont profiter du réchauffement climatique tandis que les États les plus pauvres vont en pâtir. Pourtant, "L’idée que les pays riches et tempérés soient économiquement immunisés contre le changement climatique et vont même doubler voire tripler leur richesse semble tout simplement invraisemblable", assure Kamiar Mohaddes, économiste et co-auteur d’une étude publiée dans le National Bureau of Economics.

Selon les chercheurs de l’université de Cambridge, tous les pays, qu’ils soient riches ou pauvres, froids ou chauds, vont souffrir économiquement du réchauffement climatique d’ici 2 100 si les efforts nécessaires ne sont pas déployés pour l’endiguer. Avec des températures mondiales à + 4 °C d’ici la fin du siècle les États-Unis devraient perdre 10,5 % de leur PIB, le Canada 13 %, la Suisse 12 %, le Japon, l’Inde, la Nouvelle-Zélande 10 %... 

Dévier des normes

"Le Royaume-Uni a connu son jour le plus chaud jamais enregistré. La voie ferrée a déraillé, les routes ont fondu et des milliers de personnes ont été bloquées parce que c’était hors norme. De tels évènements ont un coût économique et ne feront que devenir plus fréquents et graves sans politiques visant à faire face aux menaces du changement climatique", note l’économiste.

Surtout, les chercheurs estiment que chaque changement que ce soit une vague de froid ou de chaleur, des inondations, des sécheresses, des ouragans... qui dévie des normes d’un pays, riche ou pauvre, a des effets néfastes sur l’économie. Cette thèse diffère particulièrement de celle portée par des chercheurs de l’université de Stanford. Dans une étude publiée en mai 2019 dans la revue Pnas, ils estimaient qu’avec le réchauffement climatique, les pays froids allaient atteindre une température idéale qui leur permettrait de prospérer.

Une thèse contestée 

Ils avaient ainsi calculé que l’écart entre la richesse par habitant d’un pays riche et celle d’un État pauvre était environ 25 % supérieur à ce qu’il aurait été sans le changement climatique. "Les données historiques montrent clairement que les cultures sont plus productives, les personnes sont en meilleure santé et nous sommes plus productifs au travail lorsque les températures ne sont ni trop chaudes, ni trop froides", expliquait Marshall Burke, co-auteur de l’étude. "Cela signifie que dans les pays froids, un peu de réchauffement peut aider". Mais cette affirmation ne sera pas toujours vraie. "Un réchauffement important à l'avenir les éloignera de plus en plus de la température optimale", estime le chercheur. 

Même si les pays riches et froids vont également être touchés par le réchauffement climatique, plusieurs études, comme celle publiée en mai 2018 dans la revue Science Advance ont montré que les régions déjà chaudes comme les zones tropicales, fragiles, auront davantage de difficulté à y faire face. Leur vulnérabilité économique ne leur permet pas d'en compenser les impacts, d'où la nécessité des financements Nord-Sud, les pays développés étant les principaux responsables du réchauffement climatique. 

Marina Fabre, @fabre_marina


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Air france s engage compensation avion

Air France veut compenser 100 % des émissions de CO2 de ses vols intérieurs dès 2020

Air France veut-il limiter les effets du flygskam, ce phénomène de "honte de prendre l’avion" venu de Suède ? La compagnie aérienne a annoncé vouloir compenser tous ses vols domestiques et réduire de 50 % ses émissions de CO2 au passager par kilomètre. Des engagements qui s'inscrivent dans l'air du...

Changement climatique : l’étrange fin du procès du pétrolier Exxon

Ce devait être la version pétrolière des grands procès du tabac. Le procès américain d’Exxon, initié par l’Etat de New York, s’est finalement clôt par un coup de théâtre, le vice-procureur ayant abandonné trois des quatre charges qui pesaient sur le pétrolier. Une stratégie qui peut sembler...

Dominique FAGET AFP

[Bonne nouvelle] Paris est la première ville au monde à mesurer son empreinte carbone en direct

Mesurer son empreinte carbone en direct, c’est ce que propose la startup Origins.earth. La ville de Paris est la première au monde à tester ce dispositif. Des capteurs installés aux quatre coins de la capitale vont permettre de savoir si les mesures prises vont dans le bon sens, et le cas échéant,...

Gilets jaunes champs elysees janvier 2019 Olivier Ortelpa Flickr

Un an après les Gilets jaunes, la taxe carbone est au point mort, mettant la transition énergétique française en péril

Un an après leur première mobilisation, les Gilets jaunes lancent un nouvel appel à manifester sur les Champs-Élysées, samedi 16 novembre, alors que tout rassemblement y est interdit depuis la mi-mars, à la suite du saccage de la célèbre avenue. Grand débat national, convention citoyenne sur le...