Publié le 24 mai 2016

ENVIRONNEMENT

Négociations climatiques : comment les pays en développement font de leur vulnérabilité un atout

À Bonn, les première négociations sur le climat post COP21 battent leur plein. Les pays émergents, les plus menacés par le réchauffement global, tentent de peser de tout leur poids. En rédigeant leurs contributions climatiques nationales, ces pays ont montré qu’ils sont prêts à adopter un mode de développement faisant la part belle aux énergies renouvelables. En d’autres termes, ils se disent prêts à faire l’impasse sur les énergies fossiles pour entrer directement dans l’ère du solaire et de l’éolien. Les acteurs économiques parlent alors d’un scénario de "leapfrog". Décryptage d’un concept qui fait tâche d’huile dans les négociations climatiques.

Le ministre des Affaires étrangères marocain, Salaheddine Mezouar, plante un arbre lors de la cérémonie d'ouverture de la Conférence sur le changement climatique, qui se tient à Bonn, en Allemagne, du 16 au 26 mai.
Patrik Stollarz / AFP

Le monde à l’envers. Le saut de grenouille ou comment un déficit d’infrastructure devient un atout économique. "La transformation des économies est plus facile pour les pays émergents", analyse Wael Hmaidan, directeur international du réseau Climate Action Network (CAN), qui regroupe 950 ONG dans le monde. "Les pays développés doivent remplacer leurs infrastructures existantes alors que les pays émergents sont en train de construire leurs économies. Tout ce qu’ils ont à faire, c’est de réorienter leur politique d’investissement dans une économie bas-carbone."

De fait, sur le continent africain, une personne sur deux n’a pas accès à l’électricité. Un grave déficit... mais aussi une opportunité.

De quoi s’agit-il exactement ? Le terme de "leapfrog", ou saut de grenouille en anglais, désigne le fait d’atteindre par les pays émergents des objectifs avancés de développement économique, en sautant les étapes intermédiaires empruntées par les pays développés. Grâce aux nouvelles technologies. Illustration : l’expansion impressionnante de la téléphonie mobile sur le continent africain. Exit la case téléphone fixe avec ses câbles.

Transposé à l’économie du climat, cela signifie pour les pays en développement, et le continent africain tout particulièrement, exploiter tout le potentiel offert par les énergies renouvelables.

 

La fin d’un paradigme

 

C’est la fin d’un paradigme. Jusqu’à l’adoption de l’Accord de Paris, les négociations climatiques buttaient sur une vision économique qui associait développement et énergies fossiles. Or, dans le texte de l’Accord de Paris, le projet de décision – le passage qui précède l’accord proprement dit – acte "la nécessité de promouvoir l’accès universel à l’énergie durable dans les pays en développement, en particulier en Afrique, en renforçant le déploiement d’énergies renouvelables". Un énoncé que vient relayer l’article 4.6 du texte de Paris, qui pose les bases d’un développement économique bas-carbone dans les pays en développement.

Les investisseurs ont été prompts à recevoir le signal envoyé par les négociateurs. Dans une étude du cabinet d’affaires londonien Linklaters, on souligne que l’Accord de Paris devrait accélérer le développement économique du continent africain grâce au cadre fixé autour des énergies vertes. "À mesure que les énergies renouvelables deviennent de plus en plus compétitives, certains signaux envoyés par les économies de la zone sub-saharienne montrent que les énergies renouvelables pourraient enjamber ('leapfrog', ndlr) les énergies fossiles et assurer le développement économique du continent africain", analyse Melanie Shanker, avocate associée qui dirige Linklaters à Londres.

 

Faible volonté politique

 

Il reste toutefois des défis à relever. "Les principaux barrages au déploiement des énergies renouvelables restent les subventions aux énergies fossiles et une faible volonté politique pour promouvoir les nouvelles énergies", constate Wael Hmaidan qui appelle à la nécessaire sécurisation des cadres d’investissement pour les nouvelles énergies dans les pays émergents. A cet égard, il estime que les instances financières internationales ont un rôle à jouer : "Elles peuvent aider à créer un environnement d’investissement à faible risque permettant l’expansion des nouvelles énergies. Elles sont capables d’envoyer les bons signaux aux investisseurs".

Les conditions semblent donc réunies pour poser les bases d’un cercle de développement vertueux. Le saut de grenouille pourrait bien se transformer en bond de géant.

Claire Stam
© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Climat : dix jours de négociations à Bonn, pour quoi faire ?

Après l'Accord de Paris, conclu en décembre, les négociateurs se retrouvent du 16 au 26 mai pour la première session officielle de négociation post-COP21, dans la tranquille ville de Bonn, en Allemagne. Au menu des discussions, la mise en application de l’accord. Quels sont les enjeux, les...

Climat : des contributions nationales encore loin d’atteindre les 2°C

Quelques jours après la signature de l’Accord de Paris à New York par 177 pays, la Convention Cadre des Nations-Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC) vient de publier une nouvelle synthèse des contributions des États pour lutter contre le réchauffement global. Désormais, ce sont...

Accord de Paris : La carte des pays qui ont signé ou qui ont ratifié

175 pays étaient réunis vendredi à New York pour la signature de l’Accord de Paris. Une première étape – symbolique – vers la mise en œuvre du texte qui pose comme principal objectif un réchauffement global en-deçà des deux degrés. Parmi eux, une quinzaine de pays ont déposé le soir-même...

Climat : réunis à Paris, les négociateurs veulent mettre en œuvre l’Accord de Paris

Les chefs de délégation d’une cinquantaine de pays se retrouvent aujourd’hui et demain dans le cadre d’une session informelle de négociations sur le climat. Une session organisée par Paris et co-présidée par le Maroc, pays hôte de la prochaine COP. Ce rendez-vous doit poser les premiers...

Climat : la "transition juste", défi économique et social

La "transition juste", concept porté par les syndicats, est bel et bien mentionnée dans l’Accord de Paris sur le climat. Mais comment cette nécessité de conjuguer transition énergétique et accompagnement des travailleurs concernés (notamment dans le secteur des énergies fossiles) se...

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Climat affaire du siecle THOMAS SAMSON AFP

L’Affaire du siècle : un symbole est-il capable d’enrayer le réchauffement climatique ?

En seulement trois années, les quatre ONG à l’origine de l’Affaire du siècle ont réussi à exercer une "pression climatique" sur l'État, jusqu’à le faire condamner, le 14 octobre, à réparer le non-respect de ses engagements. Un symbole fort et une sucess-story rare. Mais cette condamnation va-t-elle...

Affaire du siecle victoire 2

Affaire du siècle : La France est condamnée, pour la première fois, à réparer son manque d’action climatique

C'est une décision inédite que vient de rendre le tribunal administratif de Paris, dans le cadre de l'Affaire du siècle, soutenue par une pétition signée par plus de 2 millions de citoyens. Les juges ont condamné l'Etat à réparer le préjudice écologique causé par le non-respect de ses engagements...

Biocarburant iStock

Les carburants durables : le pari de l’aviation pour atteindre la neutralité carbone en 2050

Sans eux, le transport aérien ne parviendra pas à atteindre la neutralité carbone d’ici la moitié du siècle. Les carburants aériens durables sont au cœur de la nouvelle feuille de route présentée par l'Association internationale du transport aérien. S’ils peuvent en effet contribuer à réduire...

Conseil droits de l homme onu elma okic

L'ONU adopte deux résolutions majeures pour le climat

À moins d'un mois de la COP26, le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU reconnaît, pour la première fois, le droit à un environnement "propre, sain et durable" comme un droit fondamental. Il crée également un poste de rapporteur sur les droits de l'Homme face aux conséquences du changement...