Publié le 27 septembre 2019

ENVIRONNEMENT

Adoption de la Loi Énergie-climat : ce qu’il faut retenir

Au cœur de la semaine de mobilisation générale pour le climat, et au lendemain d'un nouveau rapport alarmant du Giec sur le réchauffement des océans, le Parlement vient d'adopter définitivement la loi énergie et climat. Celle-ci prévoit notamment d'atteindre la neutralité carbone à l'horizon 2050.

Ampoule energie pixabay
La loi Énergie climat décrète l'urgence climatique, fixe la neutralité carbone pour 2050 et acte la réduction de la part du nucléaire dans le mix électrique.
@CC0

Son adoption définitive par le Parlement intervient au cours d’une semaine marquée par le discours accusateur de l'adolescente suédoise Greta Thunberg au sommet de l'Onu à New York, et la publication d'un rapport du Giec sur les conséquences dévastatrices du réchauffement climatique pour les océans.

Salué comme un "texte d’avenir et de vérité" par la ministre Elisabeth Borne et le gouvernement, le projet de loi déçoit toutefois à gauche et au sein des ONG, notamment sur la rénovation des passoires thermiques. Par ailleurs, la fin des subventions aux énergies fossiles via les garanties à l’export, défendue par Delphine Batho dans un amendement, a disparu de la version finale. Mais le rapporteur du texte à l'Assemblée, Antoine Cellier, travaille sur un arrêt progressif de ces financements dans le cadre du Projet de loi de Finances 2020.

L’urgence écologique et climatique décrétée

L'urgence écologique et climatique est inscrite à l'article 1er sur les objectifs de la politique énergétique. Avant le 1er juillet 2023, puis tous les cinq ans, une loi fixera les priorités d'action de la politique énergétique nationale pour répondre à l'urgence écologique et climatique. Par ailleurs, le Haut conseil pour le climat, instauré en novembre dernier par le président Emmanuel Macron, sera pérennisé. Composé de 13 scientifiques, économistes et autres experts, ce conseil est chargé d'évaluer les politiques et mesures mises en place en France et d'émettre des recommandations.

La neutralité carbone : objectif 2050

Le texte prévoit d'atteindre la neutralité carbone à l'horizon 2050. Ce principe suppose de ne pas mettre plus de gaz à effet de serre que le pays ne peut en absorber. Pour ce faire, la France va diviser ses émissions de gaz à effet de serre par un facteur supérieur à six par rapport à 1990. Le texte prévoit ainsi une baisse de 40 % de la consommation d'énergies fossiles d'ici 2030, contre 30 % initialement. Les émissions résiduelles seront compensées via les puits de carbone naturels que sont les forêts ou les sols. La France s’est engagée à ne pas utiliser de crédits internationaux de compensation carbone, souvent sources de polémique.

La part du nucléaire en baisse

Le projet de loi entérine le report de 2025 à 2035 de l'objectif de ramener à 50 % la part du nucléaire dans la production d'électricité française. Il représente aujourd’hui plus de 70 % du mix électrique. La feuille de route énergétique de la France prévoit ainsi la fermeture de 14 réacteurs nucléaires sur 58 d'ici 2035.

Exit le charbon en 2022

Les dernières centrales à charbon fermeront en 2022. Il en reste quatre en France, à Cordemais, au Havre, Gardanne et Saint-Avold. Un accompagnement spécifique est prévu pour les salariés des centrales et de leurs sous-traitants. Environ 670 emplois directs et 740 indirects sont concernés.

Une disparition progressive des passoires thermiques

Le sujet a enflammé les débats dans les deux chambres et finalement un dispositif progressif est mis en place. Après une première phase incitative qui visera notamment à "simplifier les dispositifs d'accompagnement" à la rénovation, une phase d'obligation de travaux s'ouvrira entre 2023 et 2027. À partir de 2028, le non-respect de l'obligation sera rendu public notamment dans les annonces immobilières, et d'autres sanctions graduées seront mises en place. La révision du loyer, en cas de travaux, sera conditionnée à l'atteinte d'un certain niveau de performance, et un audit énergétique devra être réalisé pour les logements très énergivores en cas de vente ou location.

L’article 173 étendu à la biodiversité

Les nouvelles dispositions complètent l’article 173 sur le reporting extra-financier des investisseurs. Jusqu’à présent cantonné aux objectifs climatiques, celui-ci devra également prendre en compte "les risques liés à la biodiversité". Le périmètre s'élargit en partie aux banques commerciales, à savoir aux établissements de crédit et aux sociétés de financement pour leurs activités de gestion de portefeuille et de conseil en investissement. Un nouveau décret sera publié dans les prochains mois. 

Concepcion Alvarez avec AFP


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Blocage Lafarge Pantin XR

Pollution du BTP : les militants écolos bloquent Lafarge après avoir ciblé BlackRock

Après avoir pris pour cible BlackRock la semaine dernière, les activistes écologistes ont bloqué le 17 février les sites des cimentiers Lafarge et Cemex pour dénoncer l'impact sur l'environnement et la biodiversité du BTP. À l'initiative du mouvement de désobéissance civile Extinction Rebellion,...

Protocole de kyoto NB ina

[À l’origine] Le protocole de Kyoto, 1er accord international sur le climat, n’a que quinze ans

Si la reconnaissance des problèmes liées au changement climatique date des années 80, le premier accord international sur le climat, le Protocole de Kyoto, n'est entré en vigueur qu'en 2005, sans la plupart des plus gros pollueurs comme les États-Unis, le Canada, la Chine ou l'Inde. 15 ans plus...

Elisabeth borne conseil des ministres elysee

Adaptation, biodiversité, exemplarité de l'État : ce qu’il faut retenir du 4e Conseil de défense écologique

Au menu du quatrième Conseil de défense écologique, qui se tenait ce mercredi 12 février, le gouvernement a promis des mesures d’adaptation au changement climatique censées protéger 17 millions de Français. Il confirme la protection d’un tiers du territoire dans le cadre de la conférence onusienne...

Pacte vert européen : vers une taxe carbone aux frontières plus juste pour les ménages modestes

Parmi les nombreuses mesures du Pacte vert européen, il y a la mise en place d'un mécanisme carbone aux frontières : comprendre une taxe carbone ou une extension du marché carbone européen aux produits importés. Selon une étude de l'OFCE et de l'Ademe, celle-ci pèserait moins sur les ménages les...