Publié le 04 avril 2018

ENVIRONNEMENT

La grève à la SNCF va faire exploser les émissions de CO2

La grève perlée à la SNCF qui a débuté mardi 3 avril ne va pas faire que des mécontents sur les quais des gares. Alors que chaque jour, près de 5 millions de voyageurs empruntent le train en France, nombreux sont ceux qui vont se reporter sur la voiture ou le car pour se déplacer. Avec à la clé, un bilan environnemental catastrophique.

Les 5 millions de voyageurs qui empruntent le train quotidiennement vont devoir se reporter sur la voiture ou le car.
PASCAL PAVANI / AFP

Depuis mardi matin, la grève à la SNCF est dans toutes les conversations. Pendant trois mois, il va falloir trouver des alternatives pour se déplacer. Or chaque jour, ce sont près de 5 millions de voyageurs qui prennent le train, dont 80 % rien qu’en Ile-de-France. De nombreux usagers vont devoir se reporter sur la voiture ou le car, entraînant de fait une explosion des émissions de CO2 et des particules fines.

Les cars font le plein

Pour la première matinée de grève, on comptait déjà plus 400 kilomètres de bouchons cumulés à 8h dans la région francilienne. Une situation "exceptionnelle", selon Sytadin, le service des autorités publiques. De même, près de Lyon, les axes normalement très fréquentés par les usagers TER laissés à quai ont été saturés. Aujourd'hui, le scénario devrait se répéter.

Les cars Macron font eux aussi le plein. Isilines, filiale du groupe Transdev, qui exploite habituellement une centaine d'autocars au quotidien, va doubler ou tripler son offre pour répondre aux demandes. "Les réservations ont triplé par rapport à la normale, sur l’ensemble des lignes, tant pour les courtes distances que pour les Paris-Lyon ou Paris-Marseille", explique son directeur général, Hugo Roncal. "Sur ces deux jours de grève, nous avons plusieurs dizaines de milliers de passagers en plus, c'est un niveau comparable à celui d'un 23 décembre ou une veille de 14 juillet", précise-t-il.

Même constat chez FlixBus France, leadeur du secteur avec Ouibus. "Le mois d’avril s’annonce très fort pour Flixbus, d’autant que s’ajoutent les vacances scolaires au phénomène des grèves", se félicite Yvan Lefranc-Morin, son directeur général." Tous les trajets Paris-Lyon étaient complets pour mardi, le premier jour de grève. Et les réservations pour les 8 et 9 avril, les deux prochains jours de mobilisation, sont déjà en hausse de 30 %.

Covoiturage gratuit mais limité

Autre alternative au train, le covoiturage qui a l’avantage de limiter les émissions de CO2 puisque le trajet est partagé. Pour inciter les usagers à se tourner vers cette option, le patron de la SNCF lui-même, Guillaume Pépy, a annoncé la gratuité de son service de covoiturage IDVRoom pendant les grèves. De quoi, au passage, fâcher les syndicats qui se sentent torpillés !  

Comme lui, Valérie Pécresse, la présidente de l'Ile-de-France, a mis en avant la gratuité du covoiturage dans la région pendant les grèves et lancé un appel aux conducteurs. "Tous ceux qui prennent leur voiture les jours de grève, s’il vous plaît, solidarité civique, inscrivez-vous sur des plates-formes (…), prenez des passagers avec vous". Sur les autoroutes, même message martelé aux conducteurs sur les panneaux d'information : "Grèves = covoiturage."

De quoi provoquer une ruée sur les différentes plateformes existantes. BlaBlaCar qui a ajouté un petit logo rouge "grève" sur la page d’accueil de son site Internet, annonçait lundi 2 avril que son niveau de réservations en avril avait doublé par rapport à un mois normal. Mais il n’est pas toujours facile de faire coïncider son trajet avec ceux proposés sur les sites. Et quand c’est le cas, les réservations sont souvent déjà complètes.

Les cheminots défendent l’environnement

Reste aussi le bon vieux stop, avec le lancement fin mars d’Autostop-Citoyen par la Ville de Paris, Waze, Facebook et la SNCF. Pour les conducteurs volontaires, il suffit d’imprimer un macaron et de le mettre bien en vue sur son pare-brise pour signaler qu’on est prêt à prendre des auto-stoppeurs.

Tout autant de solutions pour limiter l’usage de la voiture individuelle. Pour un trajet domicile-travail quotidien de 10 km aller-retour, celle-ci émet 554 kilos de CO2. Le car, lui émet 126 kilos de CO2 quand le TER en émet 63 et le RER seulement 8 kilos... 

Concepcion Alvarez, @conce1


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Macron G7 biarritz Elysee

Paix, économie et écologie : Le monde est à un point de bascule, assure Emmanuel Macron en amont du G7

Initialement axé sur la lutte contre les inégalités, le G7, organisé le 24 et 25 août à Biarritz en France, s’ouvre à tous les enjeux mondiaux, dont celui de l’environnement qui avait été jusque-là mis de côté. Mais les incendies en Amazonie ont remis ce sujet sur le devant de la scène. Dans une...

Nasa amazonie Bresile incendie Nasa

La "crise internationale" des feux en Amazonie s’invite au G7

Si le G7 qui se déroule les 24 et 25 août en France a pour thème principal la lutte contre les inégalités, la question climatique et environnementale va y prendre sa place en force en raison des incendies qui ravagent depuis près de trois semaines la forêt amazonienne. C’est du moins le souhait...

Glacier islande Okjokull plaque JeremieRichard AFP

[Vidéo] L’Islande commémore la disparition de son premier glacier à cause du réchauffement climatique

C'était un des 400 glaciers d'Islande. Okjökull a perdu presque toute sa glace en une trentaine d'années en raison du réchauffement climatique. Les scientifiques lui ont rendu hommage via une plaque commémorative adressée aux générations futures. Leur but est d'éveiller les consciences et d'alerter...

Extinction rebellion climat

Extinction Rebellion : quand des millionnaires financent la désobéissance civile pour le climat

Les militants d'Extinction Rebellion ont reçu un soutien de poids. Plusieurs investisseurs et philanthropes américains viennent de créer un fonds pour soutenir la désobéissance civile sur le climat. Un don de près de 550 000 euros a été effectué. Si aux États-Unis et au Royaume-Uni le mouvement se...