Publié le 28 mai 2015

ENVIRONNEMENT

Financement de la COP 21 : la participation des entreprises suscite la polémique

Pour financer la COP 21 (conférence onusienne sur le climat) qui aura lieu à Paris en décembre, la France a décidé de mettre à contribution les entreprises. 20 mécènes ont officiellement été présentés ce 27 mai. Une dizaine d’autres suivront. Des entreprises "amies du climat", selon le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius. Un avis loin d’être partagé par certaines ONG environnementales.

Affiche annonçant la COP 21 actuellement affichée sur l'un des murs qui borde le Quai d'Orsay à Paris.
Antonin Amado / Novethic

Air France, Axa, BNP Paribas, EDF, Engie, Generali, La Poste, Renault Nissan, Ikea, LVMH, Michelin, la Caisse des dépôts1... et bientôt Saint-Gobain, Google et Publicis. Voici quelques-unes des entreprises -essentiellement françaises - qui figurent au rang des mécènes de la COP 21 (conférence de Paris sur le climat) qui se déroulera à Paris, en décembre.

De grandes entreprises mais aussi des TPE (très petites entreprises) comme l’imprimerie ACI, qui ont contribué pour un montant que chacune souhaite garder secret. Et pour cause : "La contribution est à la discrétion des entreprises. Ce n’est pas un mécénat traditionnel, au sens où il n’y a pas de catégorie or, platine ou autre. Il n’y a pas de plancher, ni surtout de plafond et chacun, quelle que que soit sa taille, peut devenir mécène", assure Pierre Henri Guignard, le secrétaire général chargé de l’organisation de la COP 21.

Les dons se font en cash ou en nature. Ou les deux. Le groupe Caisse des dépôts (dont Novethic est une filiale) va par exemple assurer une partie du financement et de la compensation carbone, tandis que Renault-Nissan fournira un service de navettes grâce à une flotte de 200 voitures électriques. Le groupe familial Derichebourg va quant à lui assurer le nettoyage du site du Bourget, gérer la collecte et le tri des déchets, ainsi que leur valorisation sur le site même, en collaboration avec Suez Environnement. EDF déclare de son côté qu’elle assurera "la fourniture d’une électricité fiable et décarbonée", grâce au nucléaire donc.

 

Alléger la facture pour le contribuable et assurer l’excellence environnementale

 

La Conférence de Paris sur le climat n’est "pas seulement une COP (conférence des parties) pour les gouvernements. C’est aussi une conférence des solutions associant entreprises, collectivités et société civile. Nous avons besoin d’eux pour réussir la COP, d’un point de vue environnemental et climatique mais aussi matériel. Ces partenariats […] nous permettent d’assurer un haut niveau d’exigence environnementale grâce aux solutions que les entreprises proposent. Cela permet aussi d’alléger au maximum la facture pour le contribuable", a ainsi justifié le ministre des Affaires étrangères et futur président de la COP 21, Laurent Fabius, lors de la présentation des mécènes à la presse le 27 mai.

Le coût de la conférence est estimé à 187 millions d’euros. Voté dans la loi de Finance 2015, ce budget prévoit l’aménagement du site, l’accueil des 40 000 participants, la préparation et le fonctionnement des négociations entre les 196 Parties, les transports, la communication, le démantèlement, etc. Objectif fixé par Laurent Fabius : financer 20% de ce montant par le biais des entreprises. Fin mai, les contributions permettent d’en assurer 10%.

Les firmes retenues ont été sélectionnées pour "leur volonté d’être exemplaires et de s’engager à long terme sur le climat" a assuré Pierre-Henri Guignard. Mais il n’y a pas "eu d’interdiction ou de rejet d’entreprises. Nous avons mené un dialogue avec celles qui souhaitaient s’associer, en analysant systématiquement leur performance environnementale, leur conformité avec la loi NRE, leur rapport RSE et leur réputation en matière de développement durable. Nous avons par exemple dialogué de manière privilégiée avec celles qui adhérent aux principes fondateurs du Global Compact", a précisé le secrétaire général chargé de la préparation de la COP21.

 

Des mécènes qui ne font pas l’unanimité

 

Pour autant, le groupe d’entreprises mécènes, qui bénéficiera d’un label COP 21 pendant un an, fait grincer des dents certaines associations qui les considèrent comme non "climato-compatibles". Dans un communiqué commun, Les Amis de la Terre, Attac France, le Corporate Europe Observatory, WECF et 350.org dénoncent "l'incohérence du gouvernement et redoutent que les négociations se retrouvent aux mains des pollueurs".

Pour ces ONG, la liste des sponsors équivaut à une "liste noire". Et d’énumérer : "Parmi la vingtaine d'entreprises qui composent la première liste de 'sponsors', EDF ou Engie, dont les émissions provoquées par leurs centrales à charbon équivalent à elles seules à près de la moitié des émissions de la France. On retrouve aussi Air France, entreprise aéronautique opposée à la réduction des émissions dans le secteur de l'aviation, Renault-Nissan, fabricant d'automobiles extrêmement polluantes, Suez Environnement, connue pour sa participation au lobby pro-gaz de schiste français, ou encore BNP-Paribas, qui en plus d'être la première banque française en termes de soutien au charbon entre 2005 et avril 2014, refuse obstinément de quitter les paradis fiscaux et mettre fin à ses pratiques d'évasion fiscale".

Les ONG craignent notamment une répétition de la COP 19 : en 2013 à Varsovie, l’omniprésence des entreprises, dont beaucoup n’étaient pas forcément en pointe de la lutte contre le changement climatique, avait provoqué l’ire des ONG sur place, qui avaient même fini par quitter le lieu des négociations.

 

[1] Dans l’ordre alphabétique, les 20 mécènes officiellement annoncés le 27 mai sont : ACI, Air France, Axa, BNP Paribas, Caisse centrale de réassurance CCR, Caisse des dépôts groupe, Derichebourg, EDF, Engie, ERDF, Galeries Lafayette, Generali, Ikea, JC Decaux, La Poste, LVMH, Michelin, Renault Nissan, Suez Environnement, Syndicat des eaux d’Île-de-France.

Béatrice Héraud
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Climate Business Summit : un consensus et des promesses à tenir

Le Climate and Business Summit s'est achevé ce jeudi 22 mai sur un consensus : les entreprises sont conscientes du risque climatique, et constituent désormais une véritable force pour lutter contre le réchauffement de la planète. Les dirigeants ont martelé l'importance de voir émerger un...

Aron Cramer (BSR) : "Quel que soit le résultat de la COP21, les entreprises devront agir contre le changement climatique"

Les entreprises prennent le changement climatique au sérieux. Mais elles doivent intensifier leurs efforts, notamment par le biais de collaborations, pour réussir à atteindre l'objectif d'un réchauffement climatique limité à 2°C d'ici la fin du siècle. C'est le message d'Aron Cramer, le...

Climat : les entreprises doivent se fixer des objectifs en ligne avec celui de 2°C à 2050

Pour ne pas dépasser les 2 degrés de réchauffement climatique d'ici 2050, il ne faut pas émettre plus de 1 000 millions de tonnes de carbone, ce qui suppose un changement de cap radical de l’ensemble de l’économie mondiale. Pour faire passer le message, un collectif d’organisations évalue...

Pierre-René Lemas : "Mettre la pression sur les acteurs privés"

Le groupe Caisse des Dépôts (dont Novethic est une filiale) est l’un des co-organisateurs du Climate Finance day, qui aura lieu ce vendredi 22 mai à l’Unesco. En pleine Climate and Business week, Pierre-René Lemas, le directeur général de la CDC, détaille les engagements d’investissements...

Pascal Canfin : "Nous sommes à un point de basculement vers l'économie bas carbone"

À 192 jours de la Conférence de Paris sur le climat, plus d'un millier de leaders économiques et financiers sont réunis dans la capitale française pour parler de la prise en compte du changement climatique dans la sphère business. Décryptage des enjeux avec Pascal Canfin, ancien ministre...

Business and Climate Summit : Hollande demande aux entreprises une feuille de route

Le Business and Climate Summit s’est ouvert à Paris ce mercredi 20 mai en présence de François Hollande. Le président de la République a fortement incité les entreprises à fournir une feuille de route d’ici la COP21 (qui se tiendra du 30 novembre au 11 décembre), avec des objectifs de...

EDF accusé de polluer avec ses centrales à charbon

Après les banques, les Amis de la Terre s’attaquent désormais au gouvernement français à travers son engagement dans EDF. Avec Oxfam, l’ONG publie un rapport accablant sur les dégâts climatiques provoqués par les centrales à charbon que détient l’entreprise dans le monde.

Les Amis de la Terre appellent les banques à ne plus soutenir le charbon

Tarir le financement du charbon. C’est l’objet de l’appel de Paris, lancé le 12 mai par Les Amis de la Terre. L’organisation non gouvernementale appelle les banques à ne plus soutenir la production de la plus polluante des énergies fossiles. Une initiative qui intervient seulement quelques...

Assemblée générale d'Engie (ex-GDF-Suez):les "anti-charbon" pointent les contradictions du groupe

Coup de théâtre à l'Assemblée générale du Groupe Engie (anciennement GDF-SUEZ) : ce 28 avril, des militants de l'ONG Les Amis de la terre, masqués en François Hollande, ont tenté de pénétrer dans le lieu où se tenait cette AG. Ils protestaient contre les projets du groupe basés sur le...

Crédit Agricole met un frein à ses financements dans le charbon

À quelques mois de la COP21, Crédit Agricole fait un geste fort en annonçant son désengagement dans les projets liés à l’extraction de charbon. Si la banque, en revanche, continuera de financer des centrales thermiques, le temps de la transition, elle affirme qu’elle sera plus restrictive...

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Tokyo Japon CC0

Le Japon, sixième émetteur mondial de CO2, se fixe (enfin) un objectif de neutralité carbone d'ici 2050

Le nouveau Premier ministre japonais Yoshihide Suga a fixé lundi l'échéance de 2050 pour que la troisième économie du monde atteigne la neutralité carbone, renforçant ainsi les engagements du pays en matière de lutte contre le changement climatique. Ce nouvel objectif, aussitôt salué par les Nations...

La ronce

Le sabotage au cœur de l’action de la Ronce, dernier-né des mouvements écolos

Vous avez peut-être remarqué des paquets de sucre débouchonnés dans les rayons de vos magasins ? Il s'agit de la première action coordonnée de La Ronce, un nouveau mouvement écolo apparu en France début octobre. Dénonçant l'inaction des dirigeants, il appelle les citoyens à réaliser des dégradations...

Xi jinping onu 2020 Brian Smith Sputnik via AFP

Nucléaire, solaire, éolien... : Comment la Chine veut atteindre la neutralité carbone en 2060

L'annonce a fait l'effet d'une bombe et remis l'Accord de Paris sur les rails. En septembre, lors de l'Assemblée générale des Nations, le président chinois Xi Jinping s'engageait à atteindre la neutralité carbone en 2060. Selon plusieurs experts, cette mesure est réaliste bien qu'elle implique des...

GAFAM CLIMAT

[Élection US] Aux premières loges de la crise climatique dans la Silicon Valley, les GAFAM misent désormais sur le climat

Ravagée par les incendies depuis plusieurs années déjà, en Californie, la Silicon Valley, siège des géants du numérique, commence à prendre la mesure du changement climatique. Face à l’inertie présidentielle et poussés par les ONG et leurs salariés, les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon,...