Publié le 25 février 2020

ENVIRONNEMENT

Urgence climatique : le premier "éco-syndicat" va faire son entrée dans les entreprises françaises

L'association Printemps écologique vient de lancer le premier "éco-syndicat" dans les entreprises françaises. Alors que le nombre de personnes syndiquées est de plus en plus faible en France et que l'urgence climatique mobilise les citoyens, ce syndicat veut allier justice sociale et transition écologique. Pour cela, il va pénétrer dans onze entreprises dont cinq sociétés du CAC 40 dans les prochains jours et espère atteindre 100 sociétés d'ici la fin de l'année. 

Co syndicat entreprise
L'objectif est de créer 100 éco-syndicats d'ici la fin de l'année.
CC0

La CGT main dans la main avec Oxfam et Greenpeace pour défendre l'environnement. Ces alliances, autrefois impensables, tendent aujourd'hui à se multiplier. Face à l'urgence climatique, les syndicats traditionnels sont de plus en plus nombreux à intégrer les enjeux environnementaux dans leurs revendications, même si ce n'est pas leur coeur de leur lutte. Un nouveau syndicat, porté par l'association Printemps écologique, compte bien, quant à lui, faire de la transition écologique le sujet prioritaire des négociations collectives. 

"Les nouvelles générations ne veulent plus seulement qu’on parle de leurs conditions de travail mais aussi de l’urgence climatique, des nouveaux modes de travail, des conséquences de leur travail sur la planète… ", explique Maxime Blondeau. Cet enseignant, spécialiste des mutations du travail, vient de cofonder Printemps écologique. L'association guide les salariés dans la création d'éco-syndicats dans les entreprises.

L’ambition est d’intégrer les enjeux environnementaux au dialogue social. Onze "syndicats verts" sont en cours de lancement dont trois dans des sociétés de moins de 50 salariés, trois dans des entreprises moyennes et cinq dans des sociétés du CAC 40. Le nom de ces dernières sera bientôt révélé. L’objectif est d’en créer 100 d’ici la fin de l’année et d’avoir 20 000 membres, contre 1 000 aujourd'hui.

Concilier transition écologique et justice sociale 

L'association espère notamment attirer les jeunes et pouvoir travailler avec les syndicats traditionnels en créant des alliances. "Il s’agit d’être complémentaire. On autorise même la double adhésion. Mais l’enjeu est de faire venir des salariés qui n’ont pas de culture syndicale", avance Maxime Blondeau. Par ailleurs, plusieurs associations dont Halte à l’obsolescence programmée ou Green IT ont développé des partenariats avec Printemps écologique.

L'association vise la promotion des pratiques écoresponsables à toute échelle, l'adaptation des modes de gouvernance à l'impératif écologique, l'anticipation des mutations de l'emploi pour concilier transition écologique et justice sociale ou encore la neutralité carbone dans chaque établissement. La question du modèle économique de l’entreprise sera un enjeu crucial.

"Le citoyen peut voter pour les représentants de son choix. Le consommateur responsable opte pour des produits de son choix. Mais le salarié peut-il choisir ? Peut-il dénoncer dans son travail des pratiques qui vont à l’encontre des objectifs climatiques et faire valoir en retour des alternatives respectueuses du vivant ? Non, il ne le peut pas", estime Printemps écologique. "Parce que les salariés ne sont pas encore unis pour réclamer ces droits", défend l'association.

Reste que "l’obsession écologique d’un syndicat" pourrait mener à la "division syndicale", prévient dans une tribune publiée dans le Monde Jean-Emmanuel Ray, professeur à l’école de droit à la Sorbonne. Sauf que les futurs éco-syndicats ne devraient pas uniquement prendre en compte les questions environnementales dans leur périmètre. "On veut transformer l’appareil productif en priorisant l'impératif écologique mais sans sacrifier la justice sociale", avance Maxime Blondeau.

Marina Fabre, @fabre_marina


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Journal du dimanche THOMAS OLIVA AFP

Quand les Boomers prennent le pouvoir médiatique, la lutte contre le changement climatique recule

Le groupe Lagardère vient de nommer deux septuagénaires à la tête de Paris Match et du Journal du Dimanche. Si le groupe médiatique contrôlé par Vincent Bolloré, lutte ainsi contre l'âgisme, discrimination négligée, il hypothèque la capacité de deux médias très populaires à chroniquer les priorités...

There is no planet B pixabay

À dix jours de la COP26, des documents révèlent un intense lobbying anti-climat de la part de certains États

Ces documents destinés au Giec, le groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, demandent à minimiser la nécessité de réduire le recours aux combustibles fossiles ou la consommation de viande. Ils remettent aussi en question le soutien des pays développés aux pays en...

Doctors for extinction rebellion

Avant la COP26, 45 millions de soignants appellent à mettre la santé au cœur de l'action climatique

Alors que le sixième rapport du Lancet Countdown, publié le 21 octobre, met en évidence des risques toujours croissants pour la santé et le climat, 45 millions de professionnels de santé interpellent les dirigeants mondiaux à l'approche de la COP26. Ils mettent en avant les nombreux co-bénéfices...

Monument girondins bordeaux

Montée des eaux : les simulations chocs des villes côtières englouties

Prendre conscience de la réalité derrière les chiffres n'est pas chose aisée. Une étude sur la montée des eaux publiée mi-octobre a été accompagnée de simulations pour se représenter l'impact de la hausse du niveau de la mer sur les villes côtières en fonction du degré de réchauffement. Des villes...