Publié le 25 février 2020

ENVIRONNEMENT

Urgence climatique : le premier "éco-syndicat" va faire son entrée dans les entreprises françaises

L'association Printemps écologique vient de lancer le premier "éco-syndicat" dans les entreprises françaises. Alors que le nombre de personnes syndiquées est de plus en plus faible en France et que l'urgence climatique mobilise les citoyens, ce syndicat veut allier justice sociale et transition écologique. Pour cela, il va pénétrer dans onze entreprises dont cinq sociétés du CAC 40 dans les prochains jours et espère atteindre 100 sociétés d'ici la fin de l'année. 

Co syndicat entreprise
L'objectif est de créer 100 éco-syndicats d'ici la fin de l'année.
CC0

La CGT main dans la main avec Oxfam et Greenpeace pour défendre l'environnement. Ces alliances, autrefois impensables, tendent aujourd'hui à se multiplier. Face à l'urgence climatique, les syndicats traditionnels sont de plus en plus nombreux à intégrer les enjeux environnementaux dans leurs revendications, même si ce n'est pas leur coeur de leur lutte. Un nouveau syndicat, porté par l'association Printemps écologique, compte bien, quant à lui, faire de la transition écologique le sujet prioritaire des négociations collectives. 

"Les nouvelles générations ne veulent plus seulement qu’on parle de leurs conditions de travail mais aussi de l’urgence climatique, des nouveaux modes de travail, des conséquences de leur travail sur la planète… ", explique Maxime Blondeau. Cet enseignant, spécialiste des mutations du travail, vient de cofonder Printemps écologique. L'association guide les salariés dans la création d'éco-syndicats dans les entreprises.

L’ambition est d’intégrer les enjeux environnementaux au dialogue social. Onze "syndicats verts" sont en cours de lancement dont trois dans des sociétés de moins de 50 salariés, trois dans des entreprises moyennes et cinq dans des sociétés du CAC 40. Le nom de ces dernières sera bientôt révélé. L’objectif est d’en créer 100 d’ici la fin de l’année et d’avoir 20 000 membres, contre 1 000 aujourd'hui.

Concilier transition écologique et justice sociale 

L'association espère notamment attirer les jeunes et pouvoir travailler avec les syndicats traditionnels en créant des alliances. "Il s’agit d’être complémentaire. On autorise même la double adhésion. Mais l’enjeu est de faire venir des salariés qui n’ont pas de culture syndicale", avance Maxime Blondeau. Par ailleurs, plusieurs associations dont Halte à l’obsolescence programmée ou Green IT ont développé des partenariats avec Printemps écologique.

L'association vise la promotion des pratiques écoresponsables à toute échelle, l'adaptation des modes de gouvernance à l'impératif écologique, l'anticipation des mutations de l'emploi pour concilier transition écologique et justice sociale ou encore la neutralité carbone dans chaque établissement. La question du modèle économique de l’entreprise sera un enjeu crucial.

"Le citoyen peut voter pour les représentants de son choix. Le consommateur responsable opte pour des produits de son choix. Mais le salarié peut-il choisir ? Peut-il dénoncer dans son travail des pratiques qui vont à l’encontre des objectifs climatiques et faire valoir en retour des alternatives respectueuses du vivant ? Non, il ne le peut pas", estime Printemps écologique. "Parce que les salariés ne sont pas encore unis pour réclamer ces droits", défend l'association.

Reste que "l’obsession écologique d’un syndicat" pourrait mener à la "division syndicale", prévient dans une tribune publiée dans le Monde Jean-Emmanuel Ray, professeur à l’école de droit à la Sorbonne. Sauf que les futurs éco-syndicats ne devraient pas uniquement prendre en compte les questions environnementales dans leur périmètre. "On veut transformer l’appareil productif en priorisant l'impératif écologique mais sans sacrifier la justice sociale", avance Maxime Blondeau.

Marina Fabre, @fabre_marina


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

IStock @UlyssePixel Conseil d'Etat

Loi climat et résilience : un nouveau coup porté par le rapporteur du Conseil d'État

L'étau se resserre autour du projet de loi Climat. Dans le cadre de l'audience de Grande-Synthe le 11 juin, ville qui a attaqué l'État pour inaction climatique, le rapporteur public appelle le gouvernement à prendre des mesures à la hauteur des objectifs climat de la France, dans un délai de neuf...

Breaking Boundaries The Science of Our Planet

"Notre planète à ses limites", le documentaire à voir sur les basculements irréversibles de notre planète

Disparition des forêts tropicales, acidification des océans, fonte de l'Inlandsis du Groenland... Ces phénomènes sont des points de non-retour, des seuils critiques que l'humanité ne doit pas franchir sans se mettre en danger. Or aujourd'hui, sur les neuf "tipping points", quatre ont déjà été...

Football : L’urgence écologique, sur le banc de touche de l’Euro 2021

Pour la première fois, le championnat d'Europe, qui débute le 11 juin, ne se déroulera pas dans un seul pays hôte mais dans onze villes de onze pays différents. De quoi faire exploser les déplacements des supporters les plus assidus. Un format décrié par les militants écologistes alors que le Green...

IStock @audioundwerbung

Droit de l'environnement : des magistrats créent une association pour combler le manque de formation

Complexe, diffus, tentaculaire... Le droit de l'environnement est connu pour être particulièrement ardu. Et pourtant, c'est l'un des grands absents des bancs de l'université. À l'heure où les procès pour le climat explosent, des magistrats ont lancé le 5 juin l’Association française des magistrats...