Publié le 06 mars 2015

ENVIRONNEMENT

Émissions de CO2 : les entreprises chinoises prennent conscience de leur impact

Les entreprises chinoises se sentent de plus en plus concernées par la lutte contre le changement climatique et le rôle qu’elles y jouent. C’est ce que l’on peut déduire de la dernière étude du CDP, qui vient de publier les réponses à son questionnaire sur les émissions de CO2 pour la Chine. Une prise de conscience en rupture avec les années de croissance folle, qui ont vu le pays devenir le premier émetteur de dioxyde de carbone.

Policier chinois perdu dans le brouillard à Pékin en 2014
Greenpeace / Natalie Behrin-Chisholm

C’est une petite brèche dans la culture chinoise du secret. Une réussite que l'on doit au CDP (ex-Carbon Disclosure Project). En quelques années d’existence seulement dans l’Empire du milieu, cette ONG a réussi à compiler les émissions de CO2 de 45 entreprises chinoises sur 100, sélectionnées dans la bourse de Shanghai.

C’est encore trop peu, mais c’est déjà une gageure dans un pays où la discrétion est considérée comme la mère de la prospérité. En 2008, seules 5 entreprises s’étaient risquées à répondre au questionnaire qui permet à l’ONG de publier le "CDP China 100 Climate Change Report".

Pour cette dernière édition portant sur l’année 2014, les participants provenaient autant de secteurs de pointe, comme la téléphonie avec le fabricant de smartphone Lenovo ou l’opérateur China Mobile, que de secteurs traditionnellement plus polluants, comme l’automobile (Greatwall, BYD) ou les hydrocarbures.

ʺConvaincre Sinopec (China Petroleum and Chemical Corporation) de nous répondre n’a pas été facile du tout", reconnaît Li Rusong, le directeur de CDP en Chine. "Mais nous essayons d’expliquer que ce n’est pas seulement un outil de communication. Cela a des bénéfices concrets pour eux, pas seulement pour l’environnement", précise-t-il.

 

L’apparition de marchés carbone change la donne

 

Au-delà de ce taux de réponse en hausse, on constate un véritable changement de mentalités en matière d'environnement en Chine, notamment du côté des autorités. En mars de l’année dernière, le premier ministre Li Keqiang annonçait que la Chine ʺdéclarait la guerre à la pollutionʺ. Anticiper d’éventuels changements règlementaires est d’ailleurs l’une des principales motivations à engager ces évaluations complexes, pour 93% des participants à l’étude de CDP.

En ligne de mire, la généralisation des permis d’émission de carbone, sur le modèle du système issu du protocole de Kyoto. Au moment de sa signature en 2002, la Chine, alors considérée comme un pays en développement, n’était pas soumise à des objectifs chiffrés d’émissions de CO2.

Mais depuis deux ans, sept villes et provinces ont mis en place des programmes pilotes de marchés carbone dans plusieurs métropoles. Sur les 45 participants à l’étude de CDP, 13 sont engagés dans un de ces programmes.

ʺLe pouvoir politique fait bouger les lignes", commente Huw Slater, responsable recherche et projets de l’ONG China carbon forum, qui cherche à fédérer les initiatives en matière de réduction des émissions de CO2. "Il y a effectivement ces systèmes de crédits carbone, mais aussi le renforcement des sanctions contre les pollueurs, et toute une série de mesures sectoriellesʺ, ajoute-t-il.

 

Manque de transparence

 

Des entreprises ont aussi pris contact de leur propre initiative avec CDP, motivées par l’attention grandissante de la classe moyenne chinoise au développement durable. Mais c’est souvent à la demande de leurs clients qu’elles le font. C’est ce qu’indiquent 45% des participants à l’étude de CDP. ʺWalmart, par exemple, demande à ses fournisseurs de participer à notre étudeʺ, note Li Rusong.

La chaîne de supermarchés américaine a d’ailleurs tiré des bénéfices concrets de sa participation à CDP : ʺIls supposaient que le transport de marchandises en camion était leur premier poste de dépense d’énergie. En réalisant une évaluation pour répondre à notre questionnaire, ils se sont aperçus que les réfrigérateurs consommaient davantageʺ, raconte le directeur de CDP Chine.

Reste que les entreprises chinoises sont encore loin de la transparence. Mis à part quelques acteurs très impliqués, comme Lenovo, la plupart des participants à l’étude ont refusé que leurs données soient mises à disposition du public.

De même pour les marchés de crédits carbone : ʺSinopec et d’autres gros émetteurs de CO2 sont obligés de dévoiler leurs émissions aux gouvernements locaux, mais pas au grand publicʺ, regrette Huw Slater. "Je pense que Pékin doit être plus engagé en ce sens : une transition économique vers un développement plus durable est en cours, mais la transparence doit en faire partie. Cela ne peut que rendre cette transition plus facileʺ.

Simon Leplâtre
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

En Chine, la justice fait payer les pollueurs

Un tribunal provincial a condamné un groupe d’entreprises à une amende de 22,5 millions d’euros. Cette décision judiciaire sans précédent illustre l’attention grandissante des autorités pour les problèmes environnementaux. Et montre l’indépendance croissante des tribunaux vis-à-vis des...

Accord Chine-Etats-Unis sur le climat : quels engagements réels derrière cette annonce ?

Un accord que les deux pays ont qualifié d’"historique" a été signé mardi 11 novembre. La Chine et les Etats-Unis, les deux premiers émetteurs mondiaux de gaz à effet de serre, se sont fixé de nouveaux objectifs en matière de lutte contre le changement climatique. Ces engagements chiffrés...

Chine : les conditions de sécurité pointées du doigt dans l’explosion d’une usine

71 ouvriers tués et 200 autres blessés. C'est le très lourd bilan de l'explosion qui s'est produite, samedi 2 août, dans une usine de métaux de Kushan, une ville située à proximité de Shangaï. L’entreprise à qui appartient l'unité de production fournit plusieurs constructeurs automobiles,...

La Chine fait barrage aux émissions de particules fines

La Chine a choisi : l’hydraulique sera la solution pour réduire ses émissions record de CO2 et de particules fines. La construction du plus grand barrage du monde est prévue sur le fleuve Yarlung Tsangpo, appelé Brahmapoutre quand il passe la frontière indienne. Aux dépens de...

OGM : Pékin fait trembler l’agrobusiness américain

La Chine a renvoyé plusieurs centaines de milliers de tonnes de maïs américains après y avoir détecté un Organisme Génétiquement Modifié (OGM) non-autorisé. Veille sanitaire ou arme commerciale ? Une chose est sûre, le contrôle des OGM s’invite dans la régulation du commerce agricole...

Climat : un accord sur les énergies renouvelables entre les États-Unis et l’Inde

Le président américain Barack Obama, en visite officielle en Inde, et le Premier ministre indien Narendra Modi, viennent d’annoncer un accord bilatéral afin de lutter contre le réchauffement climatique. Moins contraignant que celui signé par les Etats-Unis avec la Chine, l’accord ne...

Alix Mazounie, de Réseau Action Climat : "On s’achemine vers un accord climatique insuffisant"

Après les négociations de Genève sur le climat, qui se sont tenues du 9 au 13 février 2015, on chemine doucement vers un accord global. Une bonne nouvelle pour Alix Mazounie, membre et conseillère du Réseau Action Climat (RAC), chargée des politiques internationales. Pourtant, ces progrès...

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Blocage Lafarge Pantin XR

Pollution du BTP : les militants écolos bloquent Lafarge après avoir ciblé BlackRock

Après avoir pris pour cible BlackRock la semaine dernière, les activistes écologistes ont bloqué le 17 février les sites des cimentiers Lafarge et Cemex pour dénoncer l'impact sur l'environnement et la biodiversité du BTP. À l'initiative du mouvement de désobéissance civile Extinction Rebellion,...

Protocole de kyoto NB ina

[À l’origine] Le protocole de Kyoto, 1er accord international sur le climat, n’a que quinze ans

Si la reconnaissance des problèmes liées au changement climatique date des années 80, le premier accord international sur le climat, le Protocole de Kyoto, n'est entré en vigueur qu'en 2005, sans la plupart des plus gros pollueurs comme les États-Unis, le Canada, la Chine ou l'Inde. 15 ans plus...

Elisabeth borne conseil des ministres elysee

Adaptation, biodiversité, exemplarité de l'État : ce qu’il faut retenir du 4e Conseil de défense écologique

Au menu du quatrième Conseil de défense écologique, qui se tenait ce mercredi 12 février, le gouvernement a promis des mesures d’adaptation au changement climatique censées protéger 17 millions de Français. Il confirme la protection d’un tiers du territoire dans le cadre de la conférence onusienne...

Pacte vert européen : vers une taxe carbone aux frontières plus juste pour les ménages modestes

Parmi les nombreuses mesures du Pacte vert européen, il y a la mise en place d'un mécanisme carbone aux frontières : comprendre une taxe carbone ou une extension du marché carbone européen aux produits importés. Selon une étude de l'OFCE et de l'Ademe, celle-ci pèserait moins sur les ménages les...