Publié le 02 juillet 2020

ENVIRONNEMENT

Déploiement de la 5G : le gouvernement sommé de ralentir

Des candidats aux municipales, des sénateurs, des associations, des opérateurs, deux ministres, et les 150 membres de la Convention citoyenne pour le climat : tous ont fait part de leur inquiétude quant à un déploiement précipité de la 5G, sans avoir en amont évalué ses impacts sanitaires et environnementaux. Pour tenter de rassurer, le gouvernement vient de lancer une mission d’enquête qui doit rendre ses conclusions à la rentrée, juste avant le lancement des enchères sur les fréquences.

Manifestation anti 5G a Lyon en mai 2019 Touam Herve Agnoux
Plusieurs manifestations anti-5G ont été organisées en France depuis un an et une cinquantaine d’antennes relais ont été dégradées sur le territoire.
@Touam (Hervé Agnoux)

À Nantes, Besançon ou Bordeaux, le déploiement de la 5G a fait partie des sujets phares de la campagne des municipales. Dans la capitale mondiale du vin, le nouveau maire écologiste, Pierre Hurmic, souhaite ainsi consulter la population sur le sujet. La Convention citoyenne pour le climat propose, quant à elle, d’instaurer un moratoire en attendant les résultats d’impacts sur la santé et le climat. "Nous proposons d’évaluer les avantages et les inconvénients de la 5G par rapport à la fibre avant et non après avoir accordé les licences pour son développement mais aussi d’initier et conseiller à l’utilisation de la solution la moins impactante pour l’environnement", écrivent les 150 dans leur rapport final rendu le 21 juin.

En raison de cette défiance, deux opérateurs, Bouygues et SFR, appellent aussi à décaler le calendrier de la 5G, qui doit permettre d'accroître les débits de flux numériques. La gronde est aussi entendue par le gouvernement. Élisabeth Borne, ministre de la Transition écologique, et Olivier Véran, ministre de la Santé, ont écrit au Premier ministre pour lui demander que la 5G ne soit pas déployée avant que l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) ne rende son rapport sur les conséquences sanitaires.

Repousser le lancement des enchères

Or celui-ci n’est pas attendu avant le printemps 2021 alors que le lancement des enchères pour l’attribution des fréquences est prévu en septembre pour une ouverture commerciale d’ici Noël. "On reste sur le calendrier actuel", a assuré Bercy à l'AFP, à l'issue d'une réunion avec des associations venues remettre une pétition signée par 82 000 personnes contre le déploiement de la future génération de réseaux mobiles. Celles-ci ont déposé un recours devant le Conseil d’État en février dernier, mais la décision, retardée par la crise sanitaire, n'est plus attendue "avant l'automne", selon une source proche du dossier.

Les associations, parmi lesquelles Priartem et Agir pour l'environnement, déplorent "une nouvelle forme de surdité démocratique consistant à écouter sans entendre". Seule concession faite par le gouvernement, le lancement d’une mission d’enquête sur les bonnes pratiques à l'international pour accompagner le déploiement de cette technologie. Les conclusions seront rendues début septembre. À ce jour, la 5G est déjà opérationnelle en Chine ou en Corée du Sud et commence à être déployée en Europe (Allemagne, Royaume-Uni, Belgique, Suisse) et aux États-Unis.   

Des effets sur le renouvellement des terminaux

"Il n'y a aucune rationalité à repousser la 5G", conteste Sébastien Soriano, le patron de l’Arcep, l’Autorité de régulation. "Au contraire, son lancement va nous apprendre à 'amadouer' cette technologie, voir comment elle fonctionne, et comment créer les conditions pour qu'elle s'insère dans une vraie exigence environnementale. La 5G va se déployer tout à fait progressivement (quelques centaines ou quelques milliers de sites dans les prochaines années) et on est tout à fait dans le bon tempo pour créer les conditions d'une 5G verte, de réseaux verts, d'un numérique vert", a-t-il dit.  

L'avis n'est pas partagé par la chambre haute. Une récente mission sénatoriale sur l'empreinte carbone du numérique (1) exige elle aussi que la 5G fasse l’objet d’une étude d’impact complète. Outre les effets sur les consommations énergétiques des opérateurs, "atténués par la faible carbonation de l’électricité française", les auteurs s’inquiètent tout particulièrement des effets induits sur la fabrication et sur le renouvellement des terminaux, ainsi que sur les consommations des data centers. Le Président du Sénat a demandé au Haut Conseil pour le climat de procéder à cette évaluation.

Concepcion Alvarez @conce1

(1) Lire le rapport sénatorial sur l'empreinte carbone du numérique


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Xi jinping onu 2020 Brian Smith Sputnik via AFP

Nucléaire, solaire, éolien... : Comment la Chine veut atteindre la neutralité carbone en 2060

L'annonce a fait l'effet d'une bombe et remis l'Accord de Paris sur les rails. En septembre, lors de l'Assemblée générale des Nations, le président chinois Xi Jinping s'engageait à atteindre la neutralité carbone en 2060. Selon plusieurs experts, cette mesure est réaliste bien qu'elle implique des...

GAFAM CLIMAT

[Élection US] Aux premières loges de la crise climatique dans la Silicon Valley, les GAFAM misent désormais sur le climat

Ravagée par les incendies depuis plusieurs années déjà, en Californie, la Silicon Valley, siège des géants du numérique, commence à prendre la mesure du changement climatique. Face à l’inertie présidentielle et poussés par les ONG et leurs salariés, les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon,...

Julien Vidal Visuel podcast SITE

Podcast #LesEngagés : rencontre avec Julien Vidal, ambassadeur du changement

Aujourd'hui, le podcast #LesEngagés part à la rencontre de Julien Vidal, l'auteur du best-seller "Ça commence par moi". Le trentenaire a changé de voie et décidé d'entamer sa propre transition écologique qu'il partage via différents médias. Il n'hésite pas à multiplier les projets pour sauver la...

La timide feuille de route du gouvernement pour réduire l'empreinte environnementale du numérique

Ces derniers mois, les rapports dénonçant l'empreinte écologique du numérique se sont multipliés, sur fond de polémique autour de la 5G et du renouvellement des téléphones. Le gouvernement a rétorqué avec une feuille de route qui s'attaque à la durée de vie des terminaux, à la consommation des...