Publié le 30 août 2018

ENVIRONNEMENT

Transition écologique : dix ONG demandent à Emmanuel Macron de changer de cap

La démission de Nicolas Hulot est une invitation à changer de cap, alertent dix ONG écologistes parmi lesquelles la Fondation pour la nature et l'Homme, Agir pour l'environnement, France nature environnement, Générations futures, les Amis de la Terre ou le Réseau sortir du nucléaire dans une tribune publiée aujourd’hui. Le directeur du WWF France, Pascal Canfin, appelle lui à un "Big Bang" institutionnel. 

Dix ONG environnementales appellent Emmanuel Macron à changer de cap pour la transition écologique
pixabay

Ce n’est plus une "option mais une urgence". Face aux menaces climatiques, militaires et l'effondrement des écosystèmes, il faut "changer de cap", maintenant, alertent plusieurs ONG environnementales à la suite de la démission de Nicolas Hulot du ministère de la Transition écologique et à l’approche de la nomination de son successeur.

La démission de Nicolas Hulot "est une invitation à changer de cap tout en osant rompre avec la facilité des Trente glorieuses et 'cinquante' gaspilleuses" et "invite à un sursaut", écrivent Les Amis de la terre, Générations Futures, France Nature Environnement et les sept autres associations environnementales signataires d’une tribune publiée ce jeudi sur France Info (1).

La transition écologique n'est pas une promenade de santé ni un supplément d'âme

Le président de la République "aurait tort de mésestimer le symbole que représente cette démission surprise" qui est "le symptôme d'une immense incompréhension", conseillent-elles en observant que "la transition écologique n'est ni une promenade de santé ni un supplément d'âme pour politiciens sans imagination".

Dans cette logique, celle du "en même temps", prônée par Emmanuel Macron ne tient pas. "Nul doute [qu’il] devra faire sien l'aphorisme de Pierre Mendès-France 'gouverner c'est choisir'", insistent les signataires. Selon elles, "la volonté d'Emmanuel Macron de ménager la chèvre écologique et le chou productiviste n'a pas contribué à créer la condition d'une politique écologique lisible et cohérente".

Pas d'homme providentiel, une nécessaire mobilisation citoyenne

"En matière écologique, nous ne pouvons plus soutenir l'agriculture biologique et 'en même temps' le glyphosate, la sobriété énergétique et 'en même temps' le nucléaire, une redynamisation des centre-villes et 'en même temps' (le mégacomplexe) Europacity et l'artificialisation des terres agricoles, la nécessaire préservation de la biodiversité et 'en même temps' la baisse du prix du permis de chasse, la mise en œuvre de la COP21 et 'en même temps' la multiplication des projets autoroutiers, les fermes-usines et 'en même temps' une agriculture paysanne, le libéralisme et 'en même temps' l'écologie", énumèrent-elles.

Pour faire ces choix clairs, les ONG insistent sur le changement d’organisation nécessaire au sein même de la structure gouvernementale. "Le départ précipité de Nicolas Hulot est l’occasion de requestionner la place du ministre de l’Ecologie dans le dispositif institutionnel", écrivent-elles. Tout en insistant aussi sur la nécessité "de créer et entretenir une mobilisation citoyenne et populaire".

La nécessité d'un "Big Bang" institutionnel 

Si le WWF France n'a pas signé cet appel, son directeur général, Pascal Canfin, dont le nom fait partie des personnalités pressenties pour remplacer Nicolas Hulot, s'est exprimé dans le même sens sur France Inter ce matin. Appelant à "la responsabilité historique d'Emmanuel Macron", il a appelé à un "big bang" institutionnel comme l'ont été la construction européenne et la décentralisation. 

La rédaction avec AFP

 

(1)   La tribune accessible ici a été signée par la Fondation pour la nature et l'Homme, Agir pour l'environnement, France nature environnement, Générations futures, les Amis de la Terre, Réseau sortir du nucléaire, Action des citoyens pour le désarmement nucléaire, Association pour la protection des animaux sauvages, Virage énergies et Société nationale de protection de la nature.


© 2023 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Triple crise des inegalites climatiques 2

Un graph’ pour comprendre la triple crise des inégalités climatiques en un clin d’œil

Le nouveau rapport du Laboratoire des inégalités mondiales, publié le 31 janvier, met en lumière la triple crise des inégalités climatiques : inégalités dans les émissions de CO2, inégalités des pertes liées aux impacts du réchauffement et inégalités dans les capacités financières à y faire face....

Immeuble Signal Soulac sur mer Gironde Philippe Lopez AFP

Signal, le premier immeuble victime de l'érosion côtière à cause de la montée des eaux

Le chantier de démolition de l’immeuble Signal, à Soulac-sur-mer, vient d’être lancé. Le bâtiment en bord de mer avait été évacué en 2014 alors que le rivage se rapprochait dangereusement du pas de sa porte. Après des années de batailles judiciaires, les copropriétaires avaient obtenu un...

Credits carbone marche carbone CO2 arbres istock

Après les enquêtes du Guardian et de Cash Investigation, voilà pourquoi il ne faut pas (encore) tuer les crédits carbone

De nouvelles enquêtes publiées ces derniers jours ont démontré une nouvelle fois le manque de fiabilité des crédits carbone, utilisés notamment par les grandes entreprises pour compenser leurs émissions de CO2 au lieu de les réduire. Un débat qui n'est pas nouveau et qui jette l'opprobre sur ce...

Scientifiques en rebellion devant dassault Lyuba XR France

Scientifiques en rébellion : "j’aurais plus peur pour mon avenir si j’étais un cadre de TotalEnergies qu’un scientifique engagé"

Il y a quelques semaines, Rose Abramoff, une scientifique américaine, était licenciée après avoir arboré une banderole appelant les scientifiques à l’action, lors d’un congrès. Un choc pour ses collègues du monde entier, dont Jérôme Santolini, biochimiste, directeur de recherche au CEA et l’un des...