Publié le 02 août 2021

ENVIRONNEMENT

COP26 : À moins de cent jours de l'évènement, l’échec inquiétant des négociations climatiques

Alors que les catastrophes naturelles en chaîne rappellent l'urgence de lutter contre le réchauffement climatique, les discussions censées préparer la COP26, grand rendez-vous international sur le climat, capotent. Les États ne parviennent pas à se mettre d'accord, ni sur des objectifs clés, comme la limitation du réchauffement à 1,5 °C, ni sur les stratégies pour y parvenir.

IStock 1044227380
Pendant 15 jours, 195 États vont relire les conclusions des scientifiques du GIEC. Ces conclusions doivent permettre d'élaborer des stratégies de lutte contre le réchauffement climatique.
@Zephyr18 / Istock

C'était une étape importante pré-COP26, mais elle n'a pas abouti. Les ministres de l'environnement et de l'énergie du G20, réunis à Naples le 22 et le 23 juillet ont échoué à s’entendre pour relever les ambitions climatiques, à moins de 100 jours du grand rendez-vous international sur le climat prévu en novembre. Les dissensions étaient tels que les ministres ne sont pas parvenus à s’accorder sur la rédaction d’un communiqué final. 

Selon le ministre italien de la Transition écologique, Roberto Cingolani, qui présidait les réunions, les discussions ont été particulièrement rudes avec la Russie, l'Inde et la Chine qui se sont opposées à deux points : l'abandon progressif de l'énergie issue du charbon d'ici 2025 et l'objectif de limiter la hausse des températures à 1,5 degré par rapport au niveau pré-industriel, plutôt que les 2 degrés maximum prévus par l'Accord de Paris. "Le monde a besoin de tout urgence d’un engagement clair et sans ambiguïté de la part de toutes les nations du G20 en faveur de l’objectif 1,5 degré" a appuyé le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres sur le réseau social Twitter. Les pays du G20 représentent à eux seuls 75 % des émissions de gaz à effet de serre à l'échelle planétaire. 

Les sujets de discorde sont nombreux. Les pays peinent à trouver un terrain d’entente sur les questions de financement, sur la stratégie de suivi des engagements de réduction d'émissions de gaz à effet de serre par pays, sur le calendrier, ou encore sur la problématique épineuse de la mise en œuvre des marchés carbone. L’unité est pourtant cruciale pour faire face au défi. "Nous sommes confrontés à une époque périlleuse pour notre planète et la seule manière pour nous de préserver son avenir est que les pays suivent la même voie", a insisté le président de la COP26 Alok Sharma.

Une urgence à agir

Et le temps presse. Inondations monstrueuses en Belgique, en Allemagne, en Chine, dômes de chaleur au nord-ouest du continent américain, feux de forêts dévastateurs en Californie, en Sibérie… Alors que le monde s’est réchauffé aujourd’hui d’environ 1,2°C, les catastrophes se multiplient déjà et s’intensifient partout dans le monde. "Depuis des années, nous avions prévenu que c'était possible, que tout ça allait arriver", a dénoncé la responsable climat de l'ONU Patricia Espinosa, lors du lancement le 26 juillet de la dernière étape de relecture par les 195 États d'un extrait du rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), rendu public le 9 août. "Nous sommes sur le chemin opposé", a alerté Patricia Espinosa, nous nous dirigeons vers plus de +3°C. Nous devons changer de direction de façon urgente avant qu'il ne soit trop tard".

Dans un rapport publié en 2019, les scientifiques du GIEC estimaient que si d’un point de vue des lois de la physique et de la chimie, la limitation du réchauffement planétaire à 1,5 ºC était encore possible, elle nécessitait "des transitions sans précédent à tous les niveaux de la société".

Pauline Fricot, @PaulineFricot 


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

+50°C en Australie, +43°C en Argentine, +44°C en Uruguay : la planète brûle

Une chaleur étouffante s'abat dans l'hémisphère sud, de la côte ouest de l'Australie jusqu'à l'Argentine, en passant par l'Uruguay où un nouveau record vient d'être battu. Les températures dépassent la barre des 40°C, voire même des 50°C comme ce fut le cas en Australie, menaçant la santé des...

Travail en groupe reflexion transition empreinte carbone collaboration istock dorian2013

Climat : MyCO2 propose de se sevrer des énergies fossiles sur le modèle des Alcooliques Anonymes

Et si la solution pour passer à l'action était de faire ça en groupe. C'est le pari de Carbone 4, qui vient de lancer MyCO2. Le cabinet spécialisé dans la transition écologique propose des conférences interactives assez courtes et gratuites pour permettre à chacun de calculer sa propre empreinte...

Inondations riviere pixabay

Le coût des catastrophes climatiques en France pourrait doubler d'ici 2050

Des sécheresses plus fréquentes, des inondations plus coûteuses et une facture qui pourrait doubler sur les trente prochaines années, si on prend le scénario le plus pessimiste. C'est le panorama que dresse la Fédération française de l'assurance (FFA) pour l'avenir. Le réchauffement climatique est...

Temperature chaleur italie Antonio Masiello GETTY IMAGES EUROPE Getty Images via AFP

Changement climatique : Les sept dernières années ont été les plus chaudes jamais enregistrées, et ce n’est que le début

2021 ne fait pas exception et se place parmi les années les plus chaudes alors que nous battons des records depuis 2015. La température moyenne mondiale par rapport à l'ère pré-industrielle a déjà augmenté de 1,1 à 1,2°C. Les conséquences sont déjà visibles et vont encore s'accentuer. Des chercheurs...