Publié le 09 décembre 2015

Cop21 les negociations

ENVIRONNEMENT

COP21 : accord en vue, mais avec quelle ambition?

Un nouveau projet d’accord a été publié mercredi 9 décembre. S’il est plus court et compte moins d’options et de crochets, les pierres d’achoppement restent cependant les mêmes : le transfert financier des pays industriels vers les pays en développement, la différentiation - c’est-à-dire la répartition des efforts dans la lutte contre le réchauffement climatique entre pays du Nord et pays du Sud - et le niveau d’ambition. Décryptage.

Laurent Fabius COP21 séance plénière Dominique Faget AFP
Laurent Fabius, le président de la COP21 en séance plénière.
Dominique Faget / AFP

C’est un texte "nettoyé" que les négociateurs ont remis mercredi à Laurent Fabius, en sa qualité de président de la COP21. Plus court et plus concis (de 43 pages, il passe à 29), il en devient plus lisible. "C’est un progrès", se félicite le chef de la diplomatie française. Avant d’apporter un bémol : "mais il reste du travail à faire. Sur quelques points politiques, la discussion est ouverte". 

La concision du texte fait en effet apparaître de manière plus claire les avancées. Et les points de contentieux. Pour Laurent Fabius, ils sont au nombre de trois : le financement, la différenciation et le niveau d’ambition. Des sujets d’autant plus sensibles qu’ils sont transversaux. C’est-à-dire qu’ils touchent à l’ensemble du texte. Et en sont la colonne vertébrale.

Mais le temps presse. Il faut aboutir d’ici vendredi à un accord juridiquement contraignant, universel et équitable. Pour cela, pas de mystère, les délégations devront travailler toute la nuit et demain, jusqu'à produire une nouvelle version du texte, prévue pour être publiée demain après midi pour un vote du texte définitif vendredi à 18 heures.

 

 

Une "bonne base de travail"

 

En attendant, les délégations qui n'ont eu que quelques heures pour se faire une idée du nouveau texte ont rendu leur verdict dans le Comité de Paris, l'instance destinée à établir des compromis informels entre toutes les délégations et dont les séances sont publiques.

Verdict : la nouvelle mouture du projet d’accord est une "bonne base de travail". Et ce quelles que soient les délégations. Des groupes aux intérêts aussi divergents que le groupe de l’ombrelle (pays membres de l’OCDE) ou celui des petits États insulaires (AOSIS) ont assuré leur volonté de continuer les discussions sur ce texte. De fait, des compromis ont pu être atteints. Par exemple sur le renforcement des capacités structurelles et technologiques des pays les moins avancés, l’adaptation, la transparence, le développement et le transfert de technologie, les forêts et les moyens de coopération.

Surtout, les différentes interventions semblent indiquer une convergence vers le seuil des 1,5°C et non plus sous les 2°C comme le consensus pré-COP l'établissait. "C’était difficilement imaginable il y a seulement quelques mois", se réjouit Monica Araya, fondatrice du think tank Nivela et de l’observatoire citoyen Costa Rica Limpia, experte auprès du Climate Vulnerable Forum. Et le mécanisme de révision des contributions, toujours à la hausse, et tous les 5 ans, est acté (sous la condition, pour les pays en développement, du soutien des pays développés). Seulement la date de la première révision est toujours sujette à débat.

 

Un objectif à 1,5°C, mais sans feuille de route 

 

Mais le diable se cache dans les détails : ce qui manque selon les ONG et les délégations des pays les plus vulnérables, ce sont les moyens de mettre en œuvre ces ambitions. "L'inscription des 1,5°C ne sert pas à grand chose si l'on ne dit pas comment nous allons y parvenir", souligne Jean-François Julliard, le directeur de Greenpeace. Même constat pour l'Inde : "il n'y a pas de feuille de route claire".

A titre d'exemple, on peut citer la partie sur l'atténuation, qui laisse encore une grande marge de manœuvre sur la cible de réduction des émissions (soit une baisse de 40 à 70%, soit une baisse de 70 à 95%. Ces deux options pouvant être envisagées à un horizon 2050 ou ... 2100). Quant à la question du financement, elle reflète encore "une vision du monde divisée en deux entre pays développés et pays en développement." 

"Le problème n'est pas résolu du tout. Il n'y a pas de hausse de l'ambition financière après 2020", souligne Michael Jacobs, le conseiller spécial de la New Climate Economy et ancien bras droit de Gordon Brown, l'ancien Premier ministre britannique. Et les financements pré 2020 ne sont pas à la hauteur selon la Fondation Nicolas Hulot.

Un point fait aussi tiquer deux pays, l'Arabie Saoudite et le Venezuela, : le prix du carbone, dont il mention dans la décision de la COP. Un symbole de la difficulté de ces pays, fortement dépendants des hydrocarbures, à opérer le bouleversement nécessaire de leur économie si l'ambition des 1,5°C était maintenue. Et appliquée.

Claire Stam et Béatrice Héraud
© 2018 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

COP21 : des négociations étrangement ... calmes

A 48 heures de la fin (prévue) de la COP21, la conférence onusienne sur le climat se démarque par le calme de ses négociations. Les revendications sont bien présentes et les discussions âpres...

COP21 : La Pologne, frein climatique de l’Union européenne

Depuis le début de la COP21, l’Union européenne est sous le feu des critiques : manque de leadership, positions floues et timorées, interventions minimalistes lors des séances plénières... Une...

COP21 : un accord à 100 milliards de dollars ?

100 milliards de dollars. C'est la promesse du Nord faite au Sud pour financer la transition énergétique. Mais c'est aussi l'un des principaux points de crispation entre les deux groupes de pays. Et à quelques jours de la fin des négociations, le problème reste entier. Les pays en...

COP21 : émergence d'une nouvelle géopolitique du climat

Au Bourget, la deuxième phase des négociations s'est ouverte ce lundi. Les discussions sont désormais politiques, et non plus techniques comme c’était le cas la première semaine. Une nouvelle instance de négociations destinée à faciliter et accélérer la recherche de compromis a été mise en...

COP21 : pour la présidence française, c'est l'heure de vérité

Les négociations sur le climat qui se déroulent au Bourget et dont la deuxième phase - ministérielle- commence aujourd'hui, sont placées sous la responsabilité de la présidence française. Il revient à Laurent Fabius, le président de la COP21, et à son équipe d’orchestrer les travaux des...

Projet d'accord de Paris : "dans la forme comme dans le fond, tout reste à faire", selon Arnaud Gossement

Après une semaine de négociations, un projet de l'accord de Paris a été adopté. Il constitue une base de travail pour les ministres qui vont reprendre la main pour produire le document final attendu mercredi soir par la présidence française. Ceux-ci auront encore fort à faire car le texte...

COP21 : le projet d’accord sur le climat adopté, les ministres prennent le relais

Avec l’adoption par les négociateurs de la version finale du projet d’accord international sur le climat, une étape clé des négociations a été franchie : de brouillon informel, le document est passé au statut de texte officiel des négociations. Il servira de base de travail aux ministres,...

COP21: après 5 jours de négociations, le compte n'y est toujours pas

Alors que les discussions se sont tendues ces derniers jours et que les négociateurs n’ont plus que quelques heures pour remettre leur texte à Laurent Fabius, le...

COP21 : les petites délégations n'ont pas les moyens de suivre les négociations

Alors que les négociations sont entrées dans le vif du sujet, les représentants des pays en développement ont à plusieurs reprises exprimé leurs difficultés à suivre les nombreuses réunions thématiques. Ce sont les "spin-off groups", ou sous-groupes dans le jargon onusien. Leurs...

COP21 : des négociations en poupées russes

Après les annonces des chefs d’Etat et de gouvernement, les négociations ont réellement commencé. Les quelque 10 000 délégués sont maintenant à pied d’œuvre pour remettre au président de la COP21, Laurent...

COP21 : un accord à Paris, un "droit à l’existence" pour les petits Etats insulaires

Les représentants politiques du groupe des petits Etats insulaires (qui compte 39 pays dont les îles Fidji et Tuvalu) tapent du poing sur la table. Dans une intervention commune mardi 1er décembre au Bourget, ils sont venus rappeler que le réchauffement climatique est déjà une réalité pour...

COP21 : La Chine, l’Inde et les pays en développement réclament une véritable "justice climatique"

Dans son discours inaugurant la 21ème Conférence onusienne du climat, le président de la République, François Hollande, appelle à un accord ambitieux placé sous le signe de la justice climatique. Un appel entendu. La Chine, l’Inde, les pays émergents et en développement s’unissent pour...

COP21 : coup d’envoi de la mobilisation des acteurs du monde financier

Ils ne veulent plus se tenir à l’écart. Au contraire, les acteurs financiers jouent un rôle de plus en plus important dans la lutte contre le réchauffement climatique. Pour preuve, le nombre d’événements prévus autour de la finance tout au long de la <link...

Laurent Fabius ouvre la COP21 en pressant les délégués de trouver un compromis au plus vite

C'est parti. C'est ce dimanche, en fin d'après-midi, que se sont ouvertes les négociations climatiques. Avancé de quelques heures par rapport au programme initial, ce top départ précoce doit fournir aux quelques 10 000 délégués présents au Bourget le maximum de temps pour trouver des...

COP21 : un marathon de deux semaines pour trouver un accord sur le climat

La Conférence climat de Paris, dont on parle depuis des mois, va s’ouvrir un peu en avance à 17 heures aujourd’hui. Pendant deux semaines, plus de 10 000 délégués du monde entier vont négocier d’arrache-pied...

COP21 : Vingt ans de négociations climatiques. Et maintenant ?

La conférence climatique de Paris, qui s’ouvre dans une semaine, est la 21e du genre. Elle est particulièrement importante car les Etats vont devoir trouver un accord destiné à limiter...

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

CampFire Californie Nasa

Face à l’incendie le plus meurtrier de Californie, Donald Trump minimise (toujours) l’impact du changement climatique

Les sécheresses chroniques en Californie ont donné lieu, depuis dix jours, à un incendie catastrophique en Californie, le plus meurtrier de l’histoire de l’État. Pour le Président américain qui s’est rendu sur place, la cause n’en est pas le changement climatique mais une mauvaise gestion de la...

Bitcoin lestekSolzi

[Science] Le bitcoin pourrait, à lui seul, augmenter la température de 2°C en 16 ans

On savait que le bitcoin est un gouffre énergétique mais pas que sa généralisation pouvait avoir un tel impact sur le réchauffement climatique. Selon une étude publiée dans la revue Nature, s'il est massivement utilisé, il pourrait faire grimper en seulement 16 ans la température mondiale de 2°C,...

Agrocarburants plus polluants que diesel et essence

Carburants : Les agrocarburants polluent plus que l’essence et le diesel

Les gilets jaunes défileront le 17 novembre pour dénoncer la hausse du prix des carburants. En attendant, de plus en plus de Français se tournent vers les agrocarburants, souvent moins chers et présentés comme des alternatives vertes au diesel et à l'essence. Or, selon plusieurs études, ils seraient...

Les englouties rechauffement climatique

Réchauffement climatique : ces îles, réserves de la biodiversité, ont été rayées de la carte du jour au lendemain

"Oh mon Dieu elle a disparu". Voilà la réaction d'un climatologue s'apercevant de la disparition d'une île hawaïenne sur laquelle il allait effectuer des recherches. L'île était inhabitée mais constituait un refuge pour des espèces en danger. Et elle n'est pas un cas isolé. Avec le réchauffement...