Publié le 07 février 2019

ENVIRONNEMENT

La première faillite liée au changement climatique : l'électricien américain PG&E

Aux États-Unis, la faillite de Pacific Gas Electric (PGE), un géant de l’énergie, illustre de façon très tangible ce que représente le risque climat. Soupçonnée d’être à l’origine des incendies qui ont dévasté la Californie en novembre dernier, l’entreprise paye au prix fort - et seule - la mauvaise prise en compte des impacts climatiques sur son activité dans une région de plus en plus en proie à la sécheresse.

Incendies californie 2018 Josh Edelson AFP
Un des pylônes situés en plein milieu du 'Camp Fire' serait entré en contact avec une ligne à haute tension, provoquant des étincelles qui auraient enflammé la végétation voisine.
Josh Edelson / AFP

"C’est la première faillite liée au changement climatique, probablement pas la dernière", titrait le Wall Street Journal daté du 18 janvier. Le quotidien américain réagissait à l’annonce quelques jours auparavant de la mise en faillite de Pacific Gas & Electric (PG&E), un géant de l’énergie américain, fournissant la moitié des foyers de la Californie. Il est accusé d’être à l’origine des énormes feux de forêt qui ont frappé l’État en novembre dernier faisant 86 morts et détruisant 14 000 maisons.

Mépris délibéré

Un de ses pylônes serait entré en contact avec une ligne à haute tension, provoquant des étincelles qui auraient enflammé la végétation voisine. Une enquête est en cours, et d’ores et déjà 750 plaintes ont été déposées contre PG&E, coupable tout désigné de cette catastrophe. L’entreprise estime à 30 milliards de dollars la somme des dédommagements réclamés.

"Il est clair que le 'Camp Fire' résulte du mépris délibéré affiché par PG & E pour la sécurité publique", accuse le comté de Butte, qui a porté plainte contre l'opérateur pour défaut d’entretien de la végétation à proximité des lignes électriques. Il faut dire que son passif ne plaide pas en sa faveur. L’entreprise a aussi été mise en cause dans les incendies de 2017 (40 morts) et a été condamnée après une explosion de gaz à San Francisco en 2010 (8 morts) pour mauvais entretien du réseau. 

Plusieurs responsables, un seul coupable

Ce cas d’école, le premier du genre, illustre le danger imminent que le climat fait peser sur les entreprises alors que beaucoup d’entre elles le considèrent encore comme un risque lointain. PG&E paye au prix fort son manque d’anticipation face à l’intensification d’incendies massifs liés au changement climatique ces dernières années. Une entreprise avertie aurait par exemple pu enterrer tout ou partie de ses lignes, déblayer les zones autour des pylônes, placer des capteurs pour détecter tout départ de feu…

Évidemment, PG&E n’est pas le seul responsable. Les sécheresses, le mauvais entretien des massifs, l’étalement urbain jusque dans les zones forestières sont autant d’éléments qui ont fait du 'Camp Fire' un événement extrême aux conséquences désastreuses. Mais, aux yeux de la justice californienne, PG&E sera seul sur le banc des accusés s’il s’avère qu’il a effectivement déclenché l’incendie.

Cette affaire pourrait agir comme un signal d'alarme pour les entreprises et les investisseurs du monde entier afin qu’ils prennent mieux prendre en compte le risque climat. "Quand ces bulles de carbone éclateront, nous verrons d’énormes répercussions sur notre système financier, parce que le changement climatique est un risque tellement généralisé qu’il touche chaque domaine de nos vies", explique Beau O’Sullivan, porte-parole de ShareAction, un organisme britannique qui milite pour des investissements responsables. La question qui est maintenant sur toutes les lèvres : qui sera le prochain ?

Concepcion Alvarez, @conce1


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

EtudiantsPolytechniqueclimat jpg

Climat : pour modifier le scénario business as usual, il faut reprogrammer les cerveaux !

Les journées du 15 au 16 mars ont mobilisé massivement la jeunesse mondiale pour appeler nos dirigeants à agir face à l’urgence climatique. Mais cette demande, aussi pressante soit-elle, ne suffit pas à réorienter les flux financiers vers un monde durable, tant les vents contraires sont puissants....

Arbres forets australie changement climatique puits carbone

[Bonne nouvelle] L’Australie veut planter un milliard d’arbres d’ici 2050 pour réduire son empreinte carbone

Le pays, qui subit très fortement les impacts du changement climatique, vient d’annoncer un vaste plan de reforestation. L'Australie prévoit de planter un milliard d’arbres d’ici 2050 pour atteindre les objectifs de réduction des émissions de CO2 pris dans le cadre de l’Accord de Paris. Une étude...

Canicules sous marines ocean Andrey Kuzmin 01

[Science] Invisible pour l’Homme, les canicules marines dévastent déjà la faune

Alors que l’Humanité se concentre sur les vagues de chaleurs à Terre, les canicules océaniques, plus puissantes et plus fréquentes, passent presque inaperçues. Pourtant, elles ont déjà endommagé les écosystèmes du monde entier et devraient à l'avenir s'avérer encore plus destructrices.

Photo greve climat paris 150319

Grève des jeunes pour le climat : "on préfère sécher plutôt que griller !"

Ils étaient 30 000 à 40 000 jeunes à défiler ce vendredi 15 mars à Paris et près de 150 000 partout en France pour la grève mondiale pour le climat lancée par la jeune Suédoise Greta Thunberg. À travers le monde, 120 pays se sont mobilisés. Les journalistes de Novethic ont suivi le cortège parisien....