Publié le 31 mars 2015

ENVIRONNEMENT

Climat : avant la COP 21, les États-Unis dévoilent une contribution ambitieuse

L'objectif affiché ce mardi 31 mars par la Maison-Blanche est de parvenir à une réduction de 28% des émissions de gaz à effet de serre d'ici 2025 pour les États-Unis. Il s'agit de la fourchette haute de l'engagement pris il y a quelques mois déjà par Washington dans l'accord bilatéral conclu avec la Chine. Une manière pour Barack Obama de prévenir ses adversaires républicains, désormais majoritaires au Congrès, qu'en dépit de l'opposition il n'a pas l'intention de revoir à la baisse ses ambitions.

Barack Obama prononçant un discours lors du sommet climatique de New-York, organisé en septembre 2014 par les Nations-Unies.
Thimothy A.Clary / AFP

L'administration Obama a attendu le tout dernier moment pour rendre publique sa copie. C'est un simple conseiller qui l'a dévoilée sur son blog. Les États-Unis ont ainsi présenté mardi 31 mars, à la date limite informelle fixée dans le calendrier des négociations, leur contribution à la lutte contre le changement climatique en vue de la conférence de Paris.

Mais même sans tambours ni trompettes, cette proposition américaine ne manque pas d'ambition : elle a des allures de pied-de-nez adressé par Barack Obama à ses adversaires républicains : peu importe leur opposition au Congrès, les États-Unis sont bien décidés à montrer l'exemple en matière de lutte contre le changement climatique.

 

Objectif : - 28 % de gaz à effet de serre d'ici 10 ans

 

L'objectif principal des États-Unis est de tout faire pour parvenir à une réduction de 28% de leurs émissions de gaz à effet de serre. Barack Obama vise donc la fourchette haute de l'engagement qu'il avait pris en novembre dernier à Pékin.

Aux côtés de son homologue chinois, le président américain avait alors annoncé une baisse des émissions de gaz à effet de serre entre 26 et 28% d'ici à 2025 par rapport aux émissions de 2005, qui correspond à l'année la plus émettrice pour les Etats-Unis.

 

Obama veut s'attaquer aux centrales à charbon

 

Pour atteindre ses objectifs généraux, la Maison-Blanche liste une série de mesures sans surprise, la plupart étant déjà mises en oeuvre.

À commencer par les normes imposées depuis trois ans aux constructeurs automobiles pour réduire la consommation de carburant des voitures et camions, ou encore une meilleure prise en compte de l'efficacité énergétique des bâtiments au moment de leur construction.

Mais les États-Unis proposent aussi de faire des efforts supplémentaires. Ils citent notamment la limitation des émissions de méthane et d'hydrofluorocarbures (HFC), deux puissants gaz à effet de serre. Le texte rendu mardi relance surtout l'idée d'une réduction drastique de la pollution liée aux centrales à charbon ( -30% d'ici 2030), qui représentent la première source d'émissions de gaz à effet de serre aux États-Unis.

Reste que ce projet, baptisé "Clean Power Plan", est explosif. Les républicains, désormais majoritaires au Congrès, n'hésitent pas à le qualifier de " tueur d'emplois " et de " guerre ouverte contre l'industrie du charbon ".

 

Les États-Unis veulent donner l'exemple

 

Avec cette contribution, l'administration entend faire plus que peser dans les négociations, elle veut montrer l'exemple aux autres parties.

"Nous nous engageons à agir contre le changement climatique et le monde est en train de nous emboîter le pas " : voilà comment Brian Deese, conseiller de Barack Obama, a intitulé le post de blog qui liste les engagements américains .

Un rôle de  "premier de la classe" salué par l'une des plus puissantes organisations écologistes aux États-Unis, le Natural Resources Defense Council : "Cet important engagement (américain) envoie un message très fort au reste du monde : ensemble, nous pouvons combattre le changement climatique ".

 

La bataille avec les républicains s'annonce acharnée

 

Du côté de la Maison-Blanche, on insiste aussi sur le fait que le cap fixé est "atteignable avec les lois déjà existantes ". Ce qu'il faut comprendre en creux ? Pas besoin d'en passer par un traité à ratifier en bonne et due forme.

Le Congrès à majorité républicaine n'aura ainsi qu'une capacité de nuisance limitée s'il entend contre-carrer les plans de Barack Obama. Sans surprise, le chef de la majorité républicaine, Mitch McConnell, a d'ailleurs mis en garde les autres négociateurs autour de la table de la COP 21, sur des promesses impossibles à tenir.

Pour connaître les réactions des autres républicains, il faudra attendre un peu. Barack Obama a choisi de dévoiler la contribution des États-Unis alors que les élus au Congrès venaient juste de commencer leurs vacances de printemps...

Fannie Rascle, correspondante à Washington.
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Aux États-Unis, la bataille autour des énergies solaires fait rage

En cinq ans, le nombre d'emplois lié au solaire a bondi de 86% aux États-Unis. Ce secteur pèse désormais deux fois plus lourd que celui du charbon. Même Apple et Google ont choisi d'y investir massivement. Ce qui ne convient pas du tout aux énergéticiens historiques, qui n'hésitent plus à...

Pétrole : Obama dit non au projet d'oléoduc Keystone XL. Mais...

Le président américain a décidé mardi 24 février de mettre son veto à la loi autorisant ce pipeline géant, censé transporter le pétrole des sables bitumineux depuis le Canada jusqu'au golfe du Mexique. C'est un revers pour les Républicains au Congrès américain qui avaient voté ce texte....

Climat : un accord sur les énergies renouvelables entre les États-Unis et l’Inde

Le président américain Barack Obama, en visite officielle en Inde, et le Premier ministre indien Narendra Modi, viennent d’annoncer un accord bilatéral afin de lutter contre le réchauffement climatique. Moins contraignant que celui signé par les Etats-Unis avec la Chine, l’accord ne...

James Inhofe : ce climato-sceptique va façonner la politique environnementale des Etats-Unis

James Inhofe est depuis le début de l’année le nouveau président du puissant Comité sur l’environnement au Sénat américain. Un poste-clé pour cet élu Républicain de l’Oklahoma qui, depuis des années, multiplie les sorties tonitruantes : le changement climatique ? Le "plus grand des...

Sommet Paris Climat 2015 : une rivalité diplomatique naissante entre la France et les Etats-Unis

A un an de la Conférence Climat organisée à Paris, la diplomatie française s’active en coulisses pour commencer à bâtir un accord. François Hollande en a fait une affaire personnelle. Mais les alliés de la France, au premier rang desquels se trouvent Barack Obama, sont aussi des...

Accord Chine-Etats-Unis sur le climat : quels engagements réels derrière cette annonce ?

Un accord que les deux pays ont qualifié d’"historique" a été signé mardi 11 novembre. La Chine et les Etats-Unis, les deux premiers émetteurs mondiaux de gaz à effet de serre, se sont fixé de nouveaux objectifs en matière de lutte contre le changement climatique. Ces engagements chiffrés...

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Densite urbaine covid contre rechauffement climatique

Entre durabilité et lutte contre les épidémies, les grandes villes vont-elles devoir choisir ?

La densité urbaine des mégalopoles a été pointée du doigt partout à travers le monde pour son rôle dans la propagation du virus. Si Paris veut entamer une "cure d'hygiène" en pensant à agrandir les trottoirs, ces aménagements semblent insuffisants pour rassurer des habitants en mal de nature. Un...

Alok sharma Foreign and commonwealth office

La COP26 est reportée d’un an à novembre 2021 pour mieux relever l’ambition, promettent les États organisateurs

La COP26 sur le climat a officiellement été reportée d'un an. Elle se tiendra du 1er au 12 novembre 2021 à Glagow, en Écosse. Alors que certains y voient un constat d'échec, les États organisateurs et plusieurs experts assurent que c'est le temps nécessaire pour relever l'ambition climatique. Le...

Essec

ESSEC, Sciences Po, Polytechnique : les grandes écoles prennent le tournant de la transition

L'école de commerce Essec vient de dévoiler son plan de transformation durable. Tous les cours intégreront désormais les dimensions environnementales et sociétales. Une démarche ambitieuse alors que les grandes écoles à l’instar de Sciences Po et Polytechnique intègrent de plus en plus ses enjeux...

Ursula von der leyen CE 270520

Plan de relance européen : la Commission veut construire une "Union de la durabilité pour les générations futures"

Très attendu, le plan de relance européen a été présenté mercredi 27 mai par la Commission européenne. Il propose un nouvel instrument de relance de 750 milliards d'euros, dont 500 milliards de subventions, qui seraient mutualisées entre tous les États membres. L'objectif est d'aider les pays les...