Publié le 26 juillet 2017

ENVIRONNEMENT

Changement climatique : cartographie d’un désastre annoncé en Asie-Pacifique

La Banque asiatique de développement tire la sonnette d’alarme. Dans un rapport détaillé de 130 pages, elle dévoile l’ampleur des dégâts liés à un réchauffement climatique supérieur à 2°C d’ici la fin du siècle. La région Asie-Pacifique connaîtrait ainsi des effets "désastreux", notamment pour la sécurité alimentaire, pouvant mener à d’importantes migrations, voire à l’émergence de conflits.

En 2008 les inondations font plus de 16 000 morts en Birmanie notamment par manque d un bon programme d adaptation. KHIN MAUNG WIN AFP
Les inondations avaient fait plus de 16 000 morts en Birmanie en 2008.
Maung Win / AFP

C’est au tour de la Banque asiatique de développement (BAD) d’alerter sur l’ampleur des conséquences liées au changement climatique. Dans une étude (1) publiée  avec l’Institut de recherches de Potsdam sur l’impact du climat, elle estime que dans le cadre d’un scénario Business as usual , où rien n’est fait pour enrayer la hausse de la température globale (conduisant à un réchauffement de 4°C), l’impact pour la région Asie-Pacifique serait désastreux.

"Les possibilités d'adaptation seront drastiquement réduites, écrivent les auteurs du rapport. Les vagues de chaleur prolongées, l’élévation du niveau de la mer et l’augmentation des précipitations, entre autres, viendront perturber les services écosystémiques et entraîneront des effets graves sur les moyens de subsistance de la population, affectant leur santé et exacerbant les migrations et le risque de conflits". Même avec un réchauffement limité à 2°C voire 1,5°C, objectif de l’Accord de Paris, une partie de la région serait encore lourdement fragilisée.  

+6°C en été

Ainsi, si le rythme actuel se poursuit, le thermomètre pourrait grimper de 6°C dans certaines régions, voire de 8°C dans des pays comme le Tadjikistan, l’Afghanistan, le Pakistan et le nord-ouest de la Chine. Pour chaque degré de réchauffement, le niveau de la mer pourrait quant à lui s’élever de 2,3 mètres, rendant des zones entièrement inhabitables et entraînant des migrations importantes.

Par ailleurs, alors que les risques d'inondation augmenteront en raison des fortes précipitations, une partie de la région sera confrontée à une pénurie d'eau due non seulement aux changements climatiques, mais aussi à la demande croissante, rapportent les auteurs. Se posera alors un défi de taille : la sécurité alimentaire des populations. D’une part, la baisse de la productivité des sols et, d’autre part, le blanchiment des récifs coralliens auront ainsi de graves conséquences sur leurs moyens de subsistance.

Émergence de conflits

Or, la famine, le manque de ressources naturelles et énergétiques et la pauvreté sont "des facteurs importants dans l’émergence de conflits", soulignent les experts. Les auteurs alertent également sur les risques de perturbations dans les chaînes d'approvisionnement mettant en péril le réseau commercial mondialisé.

Enfin, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a récemment estimé que 26 000 décès d’enfants de moins de 5 ans liés à la dénutrition seraient attribuables aux changements climatiques dans les années 2030 dans la région Asie-Pacifique. Selon la même évaluation, les décès liés à la chaleur parmi les personnes âgées devraient augmenter d'environ 50 000 cas en raison des changements climatiques d'ici 2050.  

Concepcion Alvarez @conce1

(1) Rapport de la Banque asiatique de développement 


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

IMG ours renne @Izabela Kulaszewicz

Réchauffement climatique : les images inédites d'un ours chassant un renne

C'est une scène inhabituelle. Pour la première fois, un ours polaire a été filmé en train de chasser et se nourrir d'un renne dans l'archipel du Svalbard, au nord de la Norvège. Un phénomène qui semble se multiplier à mesure que la banquise, terrain de chasse des ours, disparaît.

Cow Pixabay vaches

Le méthane devient (enfin) un sujet majeur de la lutte contre le changement climatique

Si la réduction du CO2 dans l'atmosphère occupe le devant de la scène, la lutte contre les émissions de méthane s'est progressivement imposée comme une mesure indispensable et prometteuse pour atteindre les objectifs de lutte contre le réchauffement climatique. Si la problématique émerge depuis...

Raffinerie Exxon Slagen Norvege 01

Les émissions mondiales du secteur pétrole et gaz sont largement sous-estimées, selon la coalition Climate Trace

Le secteur du pétrole et gaz aurait émis près d’un milliard de tonnes de CO2 de plus que celles reportées officiellement, selon un rapport de Climate Trace. Cette coalition d’ONG, d’entreprises de la tech et d’universités a développé une base de données sur les émissions des grands secteurs...

Neutralite carbone compensation credits carbone istock

COP26 : Le Pacte de Glasgow fixe enfin des règles pour les marchés carbone

À la COP26, les États sont enfin parvenus à un accord sur l'article 6 de l'Accord de Paris, régissant les marchés carbone. Ces derniers, en plein essor, n'étaient plus régulés depuis deux ans. Le texte négocié à Glasgow a permis d'exclure le risque de double-comptage, encore défendu ardemment par...