Publié le 27 août 2020

ENVIRONNEMENT

"C’est bon pour la planète ? Oui, mais…", cinq idées reçues sur la transition écologique

Protéger la planète s'inscrit peu à peu au coeur de chacune de nos actions de la vie courante : nos achats, nos voyages, nos déplacements... Mais la sobriété en carbone ou la protection de la biodiversité ne sont pas des objectifs simples à atteindre. Et certaines solutions, déployées de bonne foi, ne sont pas toujours si vertueuses. 

Pour réussir la transition écologique, le mot d'ordre reste la sobriété.
iStock

1) Acheter local

C’est contre-intuitif, mais ce n’est pas le transport qui pèse le plus lourd dans l’empreinte carbone de nos aliments, c’est leur production via l'utilisation de fertilisants, de pesticides, de gaz émis par les cultures et les ruminants, de déforestation... Ainsi, il n’y a presque pas de différence entre un kilogramme de bœuf en provenance d’Argentine ou du Limousin. Alors plutôt que de se focaliser sur l’origine, mieux vaut se concentrer sur ce qu’on achète et en particulier sur la partie carnée de notre alimentation.

2) Capter et stocker le CO2

Selon l’Agence Internationale de l'Énergie (AIE), le captage et stockage du CO2 (CCS) permettrait de contribuer à 7 % des réductions d’émissions d’ici 2040 dans un scénario 2°C. L’agence place même le CCS au troisième rang des priorités après l’efficacité énergétique et le développement des énergies renouvelables. Mais cette technologie est encore loin d’être compétitive et mature. Selon un avis de l’Ademe, publié le 21 juillet (1), le potentiel du CCS est "limité". "Le CCS doit être considéré comme la dernière étape dans une stratégie de décarbonation", rappelle l’Ademe.

3) Miser sur le numérique

Le numérique promet de mieux optimiser les déplacements, d’adapter chauffage et éclairage aux besoins, de développer le télétravail et les visioconférences. Mais pour l’heure, ce qui est observé, c’est que 60 % des usages concernent le visionnage de vidéos en streaming. Dans son dernier rapport (2), le Conseil national du numérique recommande ainsi la mise en place d’une Convention citoyenne questionnant la pertinence des usages du numérique au regard de leurs impacts sur l’environnement et à déterminer les meilleurs leviers d’action publique (information, incitation, réglementation) afin d’aller vers plus de sobriété.

4) Compenser ses trajets en avion

Pour compenser les émissions de CO2 d'un trajet aller-retour Paris-Madrid, il m’en coûtera entre 13 et 19 euros, selon les plateformes spécialisées. Je peux ainsi choisir de contribuer à fournir de l’eau potable à des foyers ougandais ou bien à construire une école bioclimatique au Maroc. De quoi se donner bonne conscience. Sauf que ces vacances en Espagne auront quand même relâché entre 0,5 et 0,9 tonne de CO2 dans l’atmosphère, de quoi plomber sérieusement mon empreinte carbone et sortir des clous d'un réchauffement limité à 2°C.

5) Recycler nos déchets

Pour certaines filières, comme l’acier ou le verre, entièrement recyclables, cette solution est incontournable. Mais malheureusement, tous les déchets ne sont pas recyclables ou sont compliqués à recycler. C'est le cas des emballages plastique ou du textile par exemple. En outre, le principe même du recyclage induit que nous pouvons continuer à consommer comme si de rien n’était, évitant ainsi toute remise en question de notre société du tout jetable et de la surproduction. Finalement, il est utile de rappeler que le meilleur déchet reste celui que l’on ne produit pas.

Concepcion Alvarez @conce1

(1) Voir le rapport de l'Ademe

(2) Voir le rapport du Conseil national du numérique


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Éolienne, ruche, biocarburant… La face cachée des solutions censées sauver la planète

La lutte contre le réchauffement climatique et l'effondrement de la biodiversité pressent, mais les solutions pour sauver la planète peuvent avoir des effets cachés sur l'environnement. Certains agrocarburants, censés être plus écologiques, polluent parfois plus que l'essence et le...

Les ruches en villes, un danger pour les abeilles

Mettre des ruches sur les toits des bâtiments n'est pas forcément une bonne idée. Les ruches urbaines participent à l'expansion des abeilles domestiques mais représentent à terme un danger pour les abeilles sauvages, pourtant pilier de la biodiversité grâce à leur rôle de pollinisateurs.

[J'agis pour la planète] J’arrête de prendre l’avion

Il y a quelques mois, Novethic a créé la polémique en relayant une étude du cabinet B&L Evolution (1) qui présentait différentes mesures pour limiter le réchauffement climatique à 1,5°C. Cet été, nous revenons sur quelques-unes de ces propositions pour comprendre comment elles pourraient...

Attendu depuis longtemps, le stockage de CO2 à grande échelle pourrait devenir une réalité bientôt

C'est l'une des technologies plébiscitées par l'Agence internationale de l'énergie pour réduire les émissions de gaz à effet de serre : le captage et stockage de CO2. Pour l'instant, il n'existe qu'une vingtaine de projets à l'échelle industrielle dans le monde. Il en faudrait 100 fois...

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Solutions fondees sur la nature restauration istock

[Science] Restaurer un tiers des zones dégradées, solution la plus efficace pour préserver le climat et la biodiversité

Et si la solution était la restauration ? Grande oubliée des politiques et des financements climat, la restauration des zones dégradées pourrait pourtant s'avérer comme la solution la plus efficace et la moins coûteuse pour à la fois lutter contre le changement climatique et préserver la...

Les raisons d y croire NiseriN

[Les Raisons d’y croire] Malgré le reconfinement, un monde plus responsable est bien en train d'émerger

Le retour du confinement est un coup dur pour tous les Français et les Européens. Au printemps, nous avions cru à un "monde d’après" mais nos espoirs semblent douchés. Relevons la tête ! À la faveur des nombreux appels à changer de modèles, les lignes ont bougé ces derniers mois : La Chine s’engage...

Tokyo Japon CC0

Le Japon, sixième émetteur mondial de CO2, se fixe (enfin) un objectif de neutralité carbone d'ici 2050

Le nouveau Premier ministre japonais Yoshihide Suga a fixé lundi l'échéance de 2050 pour que la troisième économie du monde atteigne la neutralité carbone, renforçant ainsi les engagements du pays en matière de lutte contre le changement climatique. Ce nouvel objectif, aussitôt salué par les Nations...

La ronce

Le sabotage au cœur de l’action de la Ronce, dernier-né des mouvements écolos

Vous avez peut-être remarqué des paquets de sucre débouchonnés dans les rayons de vos magasins ? Il s'agit de la première action coordonnée de La Ronce, un nouveau mouvement écolo apparu en France début octobre. Dénonçant l'inaction des dirigeants, il appelle les citoyens à réaliser des dégradations...