Publié le 11 avril 2021

ENVIRONNEMENT

[Bonne nouvelle] La SNCF lance son éco-comparateur pour "voyager sans polluer"

Pour un trajet Marseille-Paris ou un Lyon-Lille, quel est le mode de transport le moins émetteur de CO2 ? La SNCF vient de lancer un éco-comparateur qui permet de classer le train, l'avion, la voiture, le covoiturage ou le bus selon son impact en carbone. Si le train rafle la mise le comparateur permet de mieux comprendre à quel point le transport ferroviaire est écologique. 

Train scnf pixabay
En moyenne, un trajet de TGV émet jusqu’à 50 fois moins de CO2 que la voiture et 80 fois moins que l’avion.
CCO

C’est un petit outil qui pourrait nous aider à faire le bon choix dans nos modes de déplacement. La SNCF propose depuis le mois de mars un outil comparatif qui permet de calculer l’empreinte carbone de nos déplacements selon le mode de transport choisi :  train, avion, car, voiture... En un clic, le voyageur peut ainsi avoir un aperçu du voyage le moins polluant.

Pour un trajet Paris-Nantes, un passager émettra ainsi 0,8 kg de CO2 soit l’équivalent de 20 jours d’utilisation moyenne d’un four électrique, écrit la SNCF contre 75,4 kg de CO2 pour la voiture l’équivalent de quatre ans d’utilisation d’un four électrique. Parmi les cinq modes de transports, c’est donc l’automobile qui est le moins écologique, juste derrière l’avion qui est 84 fois plus polluant que le train. Pour un Lyon-Lille, le train gagne encore, largement devant le bus ou le covoiturage qui émet 41 fois plus de CO2 que le train.

Le TGV 80 fois moins émetteur que l'avion

La SNCF avait lancé une version expérimentale de cet écocomparateur en 2006 en réponse au développement des sites comme Booking ou Tripadvisor. L'enjeu était de montrer au grand public l'intérêt écologique du train. Quinze ans plus tard, le comparateur, plus complet, s'est étendu à d'autres moyens de transports comme le covoiturage. Une soixantaine de trajets, les plus utilisés, sont ainsi référencés par l’écocomparateur. 

On ne va pas vous mentir, en termes de quantité de gaz à effet de serre émis par voyage, le train gagne à tous les coups. Paris- Marseille, Bordeaux, Bruxelles, Amsterdam… Le train est toujours plus écologique que le bus, le covoiturage, l’avion ou la voiture. En moyenne, un trajet de TGV émet jusqu’à 50 fois moins de CO2 que la voiture et 80 fois moins que l’avion. 

"Nous devons davantage faire connaître le bénéfice écologique du train à nos voyageurs ou à de nouveaux clients qui sont de plus en plus nombreux à vouloir prendre en compte l’empreinte environnementale dans leurs choix de déplacements", explique Christophe Fanichet, PDG de SNCF Voyageurs. "Avec cette innovation qui facilite l’accès à la mobilité verte, nous œuvrons concrètement à nos engagements écologiques", note-t-il. 

Temps utile contre temps de trajet

Au-delà du critère environnemental, le comparateur permet également de classer les modes de transport selon deux autres critères : le temps de trajet et le temps utile, c’est-à-dire le temps moyen dont dispose un voyageur pour vaquer à ses occupations comme lire, travailler ou regarder un film. Pour le temps de trajet, sans surprise, c’est l’avion qui rafle la mise. Quant au temps utile, le train se place en première position au détriment de la voiture.

Alors que le secteur des transports est le deuxième émetteur de gaz à effet de serre au niveau mondial, la SNCF entend tirer son épingle du jeu avec ce comparateur. Une aubaine alors que les députés ont donné leur accord, en Commission, à l’article 36 du projet de loi Climat visant à interdire les liaisons aériennes intérieures quand il existe une alternative en train de moins de 2h30. 

Marina Fabre, @fabre_marina


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Incendie feux secheresse THIBAUD MORITZ AFP

Landes, Gironde, Jura, Drôme... En France, les feux monstres nécessitent du renfort européen

Alors que 50 000 hectares de forêts sont déjà partis en fumée en France depuis le début de l'année, les feux monstres continuent de dévorer de nombreux territoires. En Gironde et dans les Landes, où les brasiers sont intenses, les pompiers doivent s'adapter à des conditions climatiques extrêmes....

Alexandre florentin MIE mega canicules paris 50 degres AF

Alexandre Florentin : "Soit on cuit, soit on fuit, soit on agit… j’ai décidé d’agir"

Imaginez Paris en 2026 sous une canicule de 50°C qui dure depuis plusieurs semaines. Cette fiction*, racontée sur Twitter depuis le 30 mai dernier, donne des frissons tant certains faits paraissent bel et bien réels. Il faut dire qu’elle a coïncidé avec deux canicules qui ont frappé coup sur coup la...

Prof discute

Poussés par les étudiants, les profs aussi bifurquent

Conscients de l'urgence environnementale et sociale, certains professeurs de l'enseignement supérieur répondent aux appels des étudiants en actualisant leurs cours avec des connaissances désormais incontournables sur le changement climatique et les responsabilités qui incombent à tous. Comptabilité,...

Crise de l eau istock

Des milliers de litres d'eau volés, des jacuzzis dégradés... la guerre de l'eau est-elle déclarée en France ?

Les tensions autour des ressources en eau s'exacerbent alors que la France subit une sécheresse historique. Après le vol de 400m3 d'eau en Ardèche, des jacuzzis ont été troués à Gérardmer où la ville n'avait plus accès à l'eau potable. Ces conflits s'apparentent-ils à une guerre de l'eau ? Si le...