Publié le 05 mai 2019

ENVIRONNEMENT

[Bonne Nouvelle] La chambre des Représentants vote un texte pour forcer Donald Trump à rester dans l’Accord de Paris sur le climat

La Chambre des représentants, à majorité démocrate, a approuvé un texte visant à obliger Washington à rester dans l’accord de Paris sur le climat qu’a promis de quitter Donald Trump. Ce geste est surtout symbolique puisque cette loi a très peu de chances de passer le Sénat. Mais il pèsera en vue de l’élection de 2020 pour la Maison Blanche.

En 2017, Donald Trump a annoncé le retrait des États-Unis de l'Accord de Paris.
@A.Clary/AFP

Ce vote "déclare au monde entier que les États-Unis ne sont pas dans le déni face aux études scientifiques accablantes sur le climat", a déclaré dans l’hémicycle la présidente démocrate de la chambre basse, Nancy Pelosi. "Ce texte exige que l’on agisse dès maintenant, en nous faisant rester" au sein de l’accord de Paris, "seul accord international visant à mettre un terme à la crise climatique, et en exigeant un plan d’action à l’administration" de Donald Trump, a-t-elle ajouté.

Mais même l’élue présage que le texte ne passera pas les fourches caudines du Sénat, contrôlé par les républicains. À la chambre basse, le texte a été adopté par 231 voix contre 190. Cela "envoie un signe important à nos alliés sur l’écrasant soutien des Américains à cet accord", veut croire son auteure, l’élue démocrate Kathy Castor.

Le texte adopté jeudi par la Chambre exige de la Maison-Blanche qu’elle présente et actualise chaque année un plan d’action pour que les États-Unis respectent leurs objectifs fixés dans le cadre de l’accord de Paris, notamment une baisse des émissions de gaz à effet de serre de 26 à 28 % sous le niveau enregistré en 2005, d’ici 2025.

Une résistance dans le pays

L’accord est "vital pour développer une économie de l’énergie propre et éviter les pires effets du changement climatique", a-t-elle souligné. L’ancien Président Barack Obama avait signé fin 2015 l’accord de Paris sur le climat. Son successeur, Donald Trump, a décidé le 1er juin 2017 de quitter l’accord, qui vise à contenir le réchauffement mondial sous les +2°C. Sa décision étant due à une forme de climato-scepticisme et à une question de compétitivité avec l’autre grand émetteur de la planète qu’est la Chine. Elle devrait s’appliquer fin 2020, après la prochaine élection présidentielle.

Bien avant le projet de loi de la chambre des Représentants, la résistance s’était organisée dans le pays. La plus importante est l’initiative "We are Still In" (Nous sommes toujours dans l’accord de Paris). Ce regroupement de 125 villes, 9 États, 902 entreprises et 183 universités œuvrent à ce que les États-Unis respectent ses engagements de réduction d’émissions par rapport à 2005, comme promis en amont de la COP21.

À l’étranger, on avait vu le Président Emmanuel Macron monter au créneau dès le lendemain de l’annonce du résident de la maison Blanche. Dès le 2 juin 2017, il lançait son fameux "Make our Plant Great Again" (Rendre notre planète grande à nouveau), véritable défi au slogan de campagne de Donald Trump "Make American Great Again".

Ludovic Dupin avec AFP


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Donald trump mandat election etats unis

La réélection de Donald Trump pourrait retarder de dix ans la réduction des émissions mondiales

Une étude inédite a modélisé l'impact d'une réélection de Donald Trump à la tête de la Maison-Blanche dans la lutte contre le changement climatique. Selon les calculs des experts, il y a un risque que ce second mandat produise un effet d'entraînement sur les autres pays de l'Accord de Paris,...

Densite urbaine covid contre rechauffement climatique

Entre durabilité et lutte contre les épidémies, les grandes villes vont-elles devoir choisir ?

La densité urbaine des mégalopoles a été pointée du doigt partout à travers le monde pour son rôle dans la propagation du virus. Si Paris veut entamer une "cure d'hygiène" en pensant à agrandir les trottoirs, ces aménagements semblent insuffisants pour rassurer des habitants en mal de nature. Un...

Alok sharma Foreign and commonwealth office

La COP26 est reportée d’un an à novembre 2021 pour mieux relever l’ambition, promettent les États organisateurs

La COP26 sur le climat a officiellement été reportée d'un an. Elle se tiendra du 1er au 12 novembre 2021 à Glagow, en Écosse. Alors que certains y voient un constat d'échec, les États organisateurs et plusieurs experts assurent que c'est le temps nécessaire pour relever l'ambition climatique. Le...

Essec

ESSEC, Sciences Po, Polytechnique : les grandes écoles prennent le tournant de la transition

L'école de commerce Essec vient de dévoiler son plan de transformation durable. Tous les cours intégreront désormais les dimensions environnementales et sociétales. Une démarche ambitieuse alors que les grandes écoles à l’instar de Sciences Po et Polytechnique intègrent de plus en plus ses enjeux...