Publié le 18 août 2020

ENVIRONNEMENT

Apple veut atteindre la neutralité carbone d'ici dix ans

Le géant américain Apple a annoncé fin juillet vouloir atteindre la neutralité carbone tout au long de sa chaîne d'approvisionnement d'ici 2030. Le défi sera difficile tant les sous-traitants pèsent lourd dans l'impact carbone des entreprises de la tech. Le but est de réduire de 75 % les émissions d'ici 10 ans et d'en compenser 25 %. Parallèlement neuf multinationales (Starbucks, Unilever, Nike...), emmenées par Microsoft, ont créé une coalition pour partager leurs informations et connaissances sur la lutte contre le réchauffement climatique. 

Apple neutralite carbone 1
La première étape pour Apple a été de parvenir à la neutralité carbone en matière d’émissions rejetées par ses propres activités à travers le monde.
@Apple

À force d’être épinglé pour leur rôle dans la crise climatique, les géants du web s’engagent. C’est ainsi qu’Apple a annoncé vouloir atteindre la neutralité carbone pour sa chaîne d’approvisionnement et ses produits d’ici 2030. "En agissant pour le climat, nous posons les bases d’une nouvelle ère marquée par l’innovation, la création d’emplois et la croissance économique durable. Avec notre engagement pour la neutralité carbone, nous espérons amorcer un changement profond dans l’industrie", a déclaré Tim Cook, PDG du géant américain. 

Le poids des géants de la Tech dans le réchauffement climatique est en effet surtout lié aux émissions de gaz à effet de serre des sous-traitants qui effectuent la fabrication de leurs produits. La première étape pour Apple a été de parvenir à la neutralité carbone en matière d’émissions rejetées par ses propres activités à travers le monde. Ainsi, depuis 2018, tous les sites d’Apple dans le monde sont alimentés à partir d’énergies renouvelables. La nouvelle ambition de la marque à la pomme concerne l’ensemble de la fabrication des appareils Apple. 

Une baisse de 75 % des émissions 

Pour y parvenir, le groupe explique dans son rapport d’évolution environnementale publié fin juillet, qu’il compte réduire ses émissions de 75 % d’ici dix ans et parallèlement mettre au point "des solutions innovantes d’élimination du dioxyde de carbone pour les 25 % d’émissions restantes". Il s’agit en réalité de compenser ses émissions à travers notamment des plantations aux États-Unis, en Chine ou encore au Kenya.

C’est un "grand pas dans la bonne direction", a tweeté Élisabeth Jardim, qui travaille à Greenpeace US. Mais dans le New York Times, elle nuance : "Il est essentiel de voir les plans détaillés sur la manière dont l’entreprise poursuivra une décarbonisation en profondeur plutôt que de s’appuyer sur des initiatives de compensation (…)". Le principe de compensation carbone est en effet critiqué pour de multiples raisons. "Cela incite davantage au statu quo qu’au changement de système", expliquait à Novethic en juin dernier Augustin Fragière, docteur en sciences de l’environnement.

Partage de connaissances entre multinationales

Apple n’est pas le seul à se lancer dans cette démarche. En janvier dernier, Microsoft avait créé la surprise en se fixant comme objectif de devenir négatif en carbone d’ici 2030 et d’éliminer, d’ici 30 ans, tout ce qu’il a émis dans l’atmosphère depuis sa création en 1975. Cynthia Cummis, directrice de l’atténuation du changement climatique au World Ressources Institute (WRI), estimait n’avoir "jamais vu cela auparavant". Pour y parvenir, Microsoft a annoncé investir un milliard de dollars dans un "fonds d’innovation pour le climat".

Neuf autres multinationales emmenées par Microsoft se sont de leur côté engagées dans une coalition dont le but affiché est de "permettre à toutes les entreprises d'atteindre un bilan carbone neutre" d'ici 2050. Baptisée "Transform to Net Zero", cette initiative regroupe pour l'instant le transporteur danois AP Moller-Maersk, la chaîne américaine de cafés Starbucks, les groupes agro-alimentaires français Danone et anglo-néerlandais Unilever, le constructeur automobile allemand Mercedes-Benz, le groupe brésilien de cosmétiques Natura & Co, l'équipementier sportif américain Nike ainsi que le groupe de consulting en informatique indien Wipro.

Ces organisations originaires de divers pays et secteurs d'activité veulent partager leurs informations et expériences sur les meilleures façons de limiter les émissions de carbone et aider ainsi à restreindre l'augmentation de la température moyenne sur Terre à 1,5 °C, détaille un communiqué.

Marina Fabre, @fabre_marina avec AFP


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Xi jinping onu 2020 Brian Smith Sputnik via AFP

Nucléaire, solaire, éolien... : Comment la Chine veut atteindre la neutralité carbone en 2060

L'annonce a fait l'effet d'une bombe et remis l'Accord de Paris sur les rails. En septembre, lors de l'Assemblée générale des Nations, le président chinois Xi Jinping s'engageait à atteindre la neutralité carbone en 2060. Selon plusieurs experts, cette mesure est réaliste bien qu'elle implique des...

GAFAM CLIMAT

[Élection US] Aux premières loges de la crise climatique dans la Silicon Valley, les GAFAM misent désormais sur le climat

Ravagée par les incendies depuis plusieurs années déjà, en Californie, la Silicon Valley, siège des géants du numérique, commence à prendre la mesure du changement climatique. Face à l’inertie présidentielle et poussés par les ONG et leurs salariés, les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon,...

Julien Vidal Visuel podcast SITE

Podcast #LesEngagés : rencontre avec Julien Vidal, ambassadeur du changement

Aujourd'hui, le podcast #LesEngagés part à la rencontre de Julien Vidal, l'auteur du best-seller "Ça commence par moi". Le trentenaire a changé de voie et décidé d'entamer sa propre transition écologique qu'il partage via différents médias. Il n'hésite pas à multiplier les projets pour sauver la...

La timide feuille de route du gouvernement pour réduire l'empreinte environnementale du numérique

Ces derniers mois, les rapports dénonçant l'empreinte écologique du numérique se sont multipliés, sur fond de polémique autour de la 5G et du renouvellement des téléphones. Le gouvernement a rétorqué avec une feuille de route qui s'attaque à la durée de vie des terminaux, à la consommation des...