Publié le 11 décembre 2020

ENVIRONNEMENT

L'Union européenne relève son ambition avec une baisse des émissions de gaz à effet de serre de 55 % d’ici 2030

Au terme de longues négociations qui ont duré toute la nuit, l'Union européenne a adopté un objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre relevé pour 2030, passant de 40 à 55 %. C'était un impératif à la veille du cinquième anniversaire de l'Accord de Paris et d'un sommet au cours duquel les États les plus ambitieux annonceront leurs nouveaux objectifs climatiques. Après la Chine, le Japon ou encore le Canada, les Européens se devaient eux aussi de montrer l'exemple. 

Conference de presse charles michel ursula von der leyen angela merkel 111220 UE
Conférence de presse de Charles Michel, président du Conseil européen, Ursula von der Leyen, présidentre de la Commission européenne et Angela Merkel, chancelière allemande et à la tête de la présidente tournante de l'UE.
@Conseil européen

Les discussions auront duré toute la nuit, bloquées par la Pologne qui demandait plus de garanties. Mais l’Union européenne y est parvenue. À la veille du cinquième anniversaire de l'Accord de Paris, les États membres se sont finalement accordés sur un objectif climatique plus ambitieux. Ils visent désormais une réduction des émissions de gaz à effet de serre d'"au moins 55%" d'ici 2030 par rapport au niveau de 1990, contre un objectif de 40 % auparavant, afin d'arriver à la neutralité carbone visée pour 2050. "Nous allons pouvoir exprimer devant les Nations Unies demain [à l'occasion d'un sommet international sur l'ambition climatique, ndr] l'unité, la cohérence et la confiance de l'UE dans l'ambition climatique" a déclaré Charles Michel, le président du Conseil européen.

Sur le fond, l’engagement de -55 % pris par l’Union européenne est exprimé en valeur nette. Cela signifie que les puits de carbone naturels, comme les forêts ou les sols, sont inclus dans le calcul des émissions. En réalité, la baisse en valeur absolue est donc plutôt comprise entre 50 et 52 %. Or, sur la base des mesures et des objectifs climatiques existants, l'UE est déjà sur les rails d’une réduction de ses émissions de 46 % en 2030. Pour les ONG, c’est loin d’être suffisant. Elles réclamaient d'aller jusqu'à -65 %.

La déception des ONG

"Malgré de belles paroles, les chefs d’Etat n’ont pas eu le courage de prendre des engagements qui bousculeraient les industries polluantes et entraîneraient une révision complète de notre modèle de production. Ils préfèrent s’accorder sur des objectifs en trompe-l’œil, au détriment des plus vulnérables, qui payent aujourd’hui très cher les démissions qui s’accumulent sur le front climatique”, a réagi Clément Sénéchal, chargé de campagne climat à Greenpeace France.  

Les ONG pointent également du doigt la position de la France et de plusieurs pays d’Europe centrale et de l’Est pour inclure du langage favorable au gaz et potentiellement au nucléaire comme "énergies de transition", ouvrant la voie à leur financement. Pour l’instant, l'UE a convenu lors de trilogues que les énergies fossiles, y compris le gaz, ne pourraient être financés par le Fonds pour une transition juste (17,5 milliards d'euros). En outre, le Fonds européen de développement régional (FEDER) limitera ses investissements dans les fossiles à 1 % du financement total avec des conditions strictes.  

"Etre dans la locomotive"

Le vote de cette nuit reste toutefois très important d’un point de vue diplomatique. Face aux Etats-Unis et à la Chine, "l''UE ne pouvait pas se rater sur le climat après avoir été chef de file pendant douze ans", observe ainsi une source européenne. "L’Union européenne jouait là son leadership, à la veille d’une année 2021 chargée sur les négociations internationales climatiques. Elle se devait d’être dans la locomotive et ne pas se raccrocher simplement aux wagons" explique Lucie Mattera, cheffe des politiques européennes du E3G. 

"Il faut avoir en tête qu’il y a un an, un consensus européen sur l’objectif de -55 % était inimaginable. Cet élan est vraiment nouveau" analyse Neil Makaroff, du Réseau Action Climat France. "Il y a des désaccords sur la rapidité de la transition mais pas de divisions. Sur la question du charbon, beaucoup de pays vont fermer leurs centrales et la Pologne a adopté un accord pour fermer toutes les mines en 2049, c’est une petite révolution à leur échelle. La neutralité climatique en 2050 c’est comme un marathon, certains veulent aller vite dès le départ, d’autres ménagent leurs efforts, mais l’objectif reste le même" complète Thomas Pellerin-Carlin, de l’Institut Jacques Delors.  

Concepcion Alvarez @conce1


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Accord de Paris : "Je me réjouis qu’il y ait une course vers le haut entre les grands émetteurs de CO2", Pascal Canfin

Le Conseil européen qui s’ouvre ce jeudi 10 décembre est particulièrement décisif. Les États membres doivent s’accorder sur un nouvel objectif climatique à l’horizon 2030, en amont du sommet international organisé le 12 décembre pour les cinq ans de l’Accord de Paris. Pascal Canfin,...

La Commission européenne vise une baisse de 55 % des émissions de gaz à effet de serre d'ici 2030

Après l'appel de centaines d'entreprises et d'investisseurs à relever l'ambition climatique européenne, la Présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a défendu ce mercredi 16 septembre un objectif de réduction des émissions d'ici 2030 devant les eurodéputés. C'est bien...

Plan de relance européen : la Commission veut construire une "Union de la durabilité pour les générations futures"

Très attendu, le plan de relance européen a été présenté mercredi 27 mai par la Commission européenne. Il propose un nouvel instrument de relance de 750 milliards d'euros, dont 500 milliards de subventions, qui seraient mutualisées entre tous les États membres. L'objectif est d'aider les...

Au sein de l'Union européenne, les émissions de CO2 ont diminué chez les plus pauvres et augmenté chez les plus riches

Les inégalités en matière d’émissions de CO2 sont frappantes. Selon un nouveau rapport d'Oxfam, publié avec l'Institut de l'Environnement de Stockholm, les émissions annuelles des citoyens européens les plus pauvres ont baissé de 24 %, tandis que celles des 1 % les plus riches ont augmenté...

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Temps sablier objectif neutralite carbone retard france pixabay

Après un répit en 2020 sur les émissions de CO2, les plans de relance sont la dernière chance de sauver le climat

Les experts sont formels : si nous voulons rester sous la barre des 1,5°C, il nous reste moins de dix ans pour agir. Or, le monde n'est pas du tout sur la bonne trajectoire. Et bien que la pandémie de Covid-19 a permis une chute brutale des émissions en 2020, le répit ne devrait être que de courte...

Referendum article 1 constitution CCC conseil d etat avis pixabay

Référendum sur l'article 1er de la Constitution : le Conseil d'Etat estime le projet de loi inutile et dangereux

[Mise à jour le 22/01/21] Alors que le Conseil des ministres a adopté le projet de loi intégrant la protection de l'environnement dans le préambule de la Constitution cette semaine, le Conseil d'Etat vient de rendre un avis au vitriol. L'instance considère que le texte n'apportera rien de nouveau...

Emmanuel macron convention citoyenne pour le climat CHRISTIAN HARTMANN POOL AFP

Le projet de loi issu de la Convention Climat ne suffira pas à atteindre les objectifs climatiques de la France en 2030

Le projet de loi issu de la Convention citoyenne pour le climat devait permettre de placer la France sur une trajectoire de réduction des émissions de gaz à effet de serre de 40 % d'ici 2030. Or, selon l'étude d'impact associée, les mesures retenues par le gouvernement devraient permettre...

Pollution de l air dacca bangladesh Mirza Khalid

Réfugiés climatiques : un sans-papier bangladais autorisé à rester en France pour des raisons environnementales

La France a-t-elle accueilli son "premier réfugié climatique"? Dans une décision inédite, la cour d'appel de Bordeaux a annulé l'obligation de quitter le territoire français d'un Bangladais souffrant de problèmes respiratoires chroniques. Outre l'aspect médical, le tribunal a estimé que les...