Publié le 18 janvier 2018

ENVIRONNEMENT

2015, 2016, 2017 : Les trois années les plus chaudes jamais enregistrées

Les trois dernières années sont les plus chaudes jamais enregistrées et le rythme du réchauffement planétaire constaté durant cette période est "exceptionnel", a averti jeudi l'ONU. 2016 marque un record avec une température moyenne supérieure de 1,2°C à la période préindustrielle.

17 des 18 années les plus chaudes appartiennent au XXIe siècle.
CC0

"Il est désormais confirmé que les années 2015, 2016 et 2017, qui s'inscrivent clairement dans la tendance au réchauffement sur le long terme causée par l'augmentation des concentrations atmosphériques de gaz à effet de serre, sont les trois années les plus chaudes jamais enregistrées", a annoncé l'Organisation météorologique mondiale (OMM), une agence spécialisée de l'ONU.

Sous l'effet d'un puissant Nino (phénomène connu pour pousser à la hausse la moyenne mondiale des températures qui vient tous les trois à sept ans affecter températures, courants et précipitations), 2016 se trouve en tête de liste avec 1,2°C de plus qu'à l'époque préindustrielle (l'ONU utilisant la période 1880-1900 comme référence pour les conditions prévalant à l'époque préindustrielle), alors que 2017 décroche le record de l'année sans Nino la plus chaude jamais constatée.

"Ces nouvelles données de température soulignent que le monde se réchauffe rapidement", souligne Dave Reay, professeur à l'université d'Edimbourg, réagissant au rapport. D'après les dernières données, l'OMM a constaté que la température moyenne à la surface du globe en 2017 et 2015 dépassait de quelque 1,1 °C celle de l'époque préindustrielle.

"17 des 18 années les plus chaudes appartiennent au XXIe siècle, et le rythme du réchauffement constaté ces trois dernières années est exceptionnel. Ce dernier a été particulièrement marqué dans l'Arctique, ce qui aura des répercussions durables et de grande ampleur sur le niveau de la mer et les régimes météorologiques dans d'autres régions du monde", explique  le secrétaire général de l'OMM, le Finlandais Petteri Taalas.

L'ONU utilise les données émanant notamment de l'Administration américaine pour les océans et l'atmosphère (NOAA), de l'Administration américaine pour l'aéronautique et l'espace (Nasa), du Centre Hadley du Service météorologique britannique, du Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme (CEPMMT) et du Service météorologique japonais.

Un message à Donald Trump

"La température record devrait attirer l'attention des dirigeants mondiaux, y compris du président Trump, sur l'ampleur et l'urgence des risques que les changements climatiques font subir aux populations, riches et pauvres, dans le monde", a estimé Bob Ward, du Grantham Research Institute on Climate Change de Londres.

Donald Trump, sceptique sur la réalité du changement climatique, a retiré les Etats-Unis de l'accord de Paris sur le climat estimant qu'il détruirait des emplois industriels. Avec l'accord de Paris en 2015, la communauté internationale s'est engagée à contenir le réchauffement "bien en deçà" de 2°C.

"Avec la tendance actuelle statistique du réchauffement, on peut déjà prévoir que d'ici 2060, 2070, on pourra atteindre ce seuil", a déclaré aux médias à Genève Omar Baddour, coordinateur scientifique à l'OMM. Et "si le réchauffement continue à être accéléré par davantage d'émissions de gaz à effet de serre, on pourra aussi atteindre ce seuil probablement bien avant cette date", a-t-il averti.

La hausse des températures ne représente qu'une partie du changement climatique, note l'ONU, soulignant que la chaleur de 2017 s'est accompagnée de conditions météorologiques extrêmes un peu partout dans le monde. "C'est l'année la plus coûteuse qu'aient connue les Etats-Unis d'Amérique en termes de catastrophes météorologiques et climatiques, tandis que dans d'autres pays, les cyclones tropicaux, les sécheresses et les inondations ont entraîné un ralentissement voire une régression économique", a fait observer Petteri Taalas.

La Rédaction avec AFP


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Dominique FAGET AFP

[Bonne nouvelle] Paris est la première ville au monde à mesurer son empreinte carbone en direct

Mesurer son empreinte carbone en direct, c’est ce que propose la startup Origins.earth. La ville de Paris est la première au monde à tester ce dispositif. Des capteurs installés aux quatre coins de la capitale vont permettre de savoir si les mesures prises vont dans le bon sens, et le cas échéant,...

Gilets jaunes champs elysees janvier 2019 Olivier Ortelpa Flickr

Un an après les Gilets jaunes, la taxe carbone est au point mort, mettant la transition énergétique française en péril

Un an après leur première mobilisation, les Gilets jaunes lancent un nouvel appel à manifester sur les Champs-Élysées, samedi 16 novembre, alors que tout rassemblement y est interdit depuis la mi-mars, à la suite du saccage de la célèbre avenue. Grand débat national, convention citoyenne sur le...

Manif etudiants manif climat AmisdelaTerre Twitter

[Édito] Climat et précarité, le cocktail explosif d'une jeune génération en colère

La jeunesse est dans la rue. Elle l’est pour sauver le climat, pointant du doigt l’inaction de leurs aînés en la matière. Et elle l’est pour des raisons sociales, unie sous le slogan "la précarité tue", alors qu’un étudiant s’est immolé après avoir perdu sa bourse. Ces deux combats, qui se...

Californie embouteillage CCO

En Californie, Toyota, General Motors, Fiat-Chrysler soutiennent Donald Trump plutôt que le climat

Trois grands constructeurs automobiles ont pris le parti de l’État fédéral contre la Californie, dans la bataille qui les oppose sur les normes d’émissions de gaz à effet de serre pour les véhicules. Toyota, General Motors et Fiat-Chrysler soutiennent la décision de l’administration de Donald Trump...