Publié le 25 juillet 2018

ENVIRONNEMENT

Les ONG s’inquiètent d’un nouveau programme de "gestion durable" des forêts en RDC

La France pourrait financer, avec la Norvège, un nouveau projet de gestion forestière durable en République démocratique du Congo à hauteur de 18 millions d’euros. Une gabegie pour les ONG qui appellent à stopper les robinets d’aide internationale car ils ne bénéficient pas aux populations locales. Le seul moyen de préserver le second poumon vert de la planète, assure au contraire l’Agence française du développement, maître d’œuvre du projet.

Foret bassin du congo
La forêt du bassin du Congo est considéré comme le second poumon vert de la planète.
@EricFreyssinge

Il faut sauver la forêt du bassin du Congo, second poumon vert de la planète, tant qu’il en est encore temps. Là-dessus tous s’accordent. Comment y arriver ? C’est une autre question, qui fait largement débat.

La France, à travers l’Agence française du développement (AFD), et la Norvège travaillent sur un nouveau projet, baptisé PGDF pour Programme de gestion durable des forêts, en République démocratique du Congo (RDC). Évalué à 18 millions de dollars, celui-ci s’inscrit dans une initiative plus large, le CAFI (Initiative pour la forêt de l’Afrique centrale), lancé en 2016 par le ministère norvégien du Climat et de l'environnement, en collaboration avec l'Allemagne, la Corée du Sud, la France, l'Union européenne, les Pays-Bas et le Royaume-Uni.

"La seule façon de préserver la forêt est de lui donner une valeur économique et donc de développer l’exploitation forestière de façon encadrée, explique Christophe du Castel, chargé de projet Développement durable à l’AFD. Nous avons une expérience assez ancienne du sujet dans le bassin du Congo, et nous avons constaté que là où des concessions avec des plans d’aménagement avaient été accordées, les taux de déforestation étaient plutôt bas."

"Système véreux"

Les ONG, elles, dénoncent un énième projet en RDC qui va permettre au pays de lever son moratoire et d’accorder de nouvelles concessions forestières. "Les forêts sont dégradées et les communautés locales ne bénéficient pas des retombées attendues. Le soutien français n’a pas permis une gestion durable des forêts, bien au contraire, ils ont soutenu des entreprises travaillant dans l’illégalité", dénonce Laurence Duprat, chargée de campagne pour Global Witness. 

"En 2015, la Banque mondiale qui avait mis en place un projet pour la conservation de la nature et des forêts, avait évalué sa propre performance comme étant 'insatisfaisante' tout en mettant en cause des indicateurs de gouvernance exceptionnellement faibles", argumente encore Laurence Duprat. "Or la situation sur ce plan ne s’est pas améliorée."

Jean-Luc François, directeur du département Transition écologique & gestion des ressources naturelles à l’AFD, rétorque : "Il est évident que la gouvernance en RDC est imparfaite, mais si nous attendons qu’elle soit aux standards français, on ne va plus avoir de forêtsSi le PGDF ne se fait, ce sera pire car il continuera à y avoir de la déforestation sauvage et illégale. La carotte du financement nous permet d’avoir un dialogue exigeant et d’avancer petit à petit."

Violation du moratoire

Le projet est pour l’instant en attente d’obtenir le feu vert des bailleurs de fond. Mais les relations sont tendues avec le gouvernement congolais. Ce-dernier a illégalement accordé de nouvelles licences d'exploitation forestière, violant le moratoire mis en place en 2002. L'attribution de fonds par CAFI a donc été suspendue le temps que ces concessions illégales soient annulées.

L’été dernier, dans une lettre ouverte, 30 scientifiques avaient appelé le ministre de l’Environnement norvégien à rejeter le PGDF afin de préserver les tourbières du bassin du Congo qui sont les plus grandes tourbières tropicales du monde, pour un stock d'environ 30 milliards de tonnes de carbone. "Couper les arbres ou modifier le drainage peut facilement conduire ces tourbières à relâcher dans l’atmosphère le carbone stocké, comme nous l’avons constaté en Indonésie", alertaient-t-ils.

Récemment, la RDC a par ailleurs officialisé son projet d'exploiter du pétrole dans les parcs naturels des Virunga (nord-est), le plus ancien d'Afrique, et de la Salonga (centre) alors qu’ils abritent 40 % de la population mondiale de Bonobos et des espèces protégées comme le gorille des montagnes.

Concepcion Alvarez, @conce1   


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

En République Démocratique du Congo, les promesses envolées de l’exploitation forestière

 

Au Congo-Kinshasa, la faiblesse de l’Etat empêche toute gestion contrôlée et durable des forêts du pays. Résultat, les exploitants forestiers en profitent et la loi qui protège la forêt est couramment bafouée. Intimidations et arrestations sommaires font la loi et les promesses de...

Deux parcs naturels protégés menacés par des forages pétroliers en RDC

La République démocratique du Congo (RDC) a officialisé son projet d'exploiter du pétrole dans les parcs naturels des Virunga (nord-est), le plus ancien d'Afrique, et de la Salonga (centre). Ces parcs abritent 40 % de la population mondiale de Bonobos et des espèces protégées comme le...

Désormais au cœur de la transition énergétique mondiale, la République démocratique du Congo doit repenser son économie

La République Démocratique, qui fournit 50 % de la demande mondiale de cobalt, est un acteur clé pour d’autres métaux, essentiels à la transition énergétique et numérique. Mais la crise politique dans le pays, associée à la prolifération de mines illégales, entrave le développement...

République Démocratique du Congo: la France, destination finale de bois illégaux ?

Juin 2014, port de La Rochelle. Greenpeace bloque l’accostage d’un bateau transportant du bois en provenance de République démocratique du Congo. L’ONG exige alors du gouvernement français que le règlement européen sur le bois  (RBUE) soit appliqué sans restriction. Cette décision change...

République Démocratique du Congo : l'impossible traçabilité des bois tropicaux

90% de la province de l’Equateur sont couverts par la forêt. Un millier d’essences y ont été recensées, une trentaine sont exploitées et quelques-unes sont protégées. Mais comment contrôler la légalité des coupes sur ce territoire de la République démocratique du Congo qui fait plus de 4...

REDD +: les attentes de l'industrie forestière dans le bassin du Congo

Alors que REDD+ apporte la possibilité de rémunérer la gestion forestière durable, les industries du bois commencent à regarder comment ce mécanisme pourrait leur profiter. C'est notamment le cas pour les industries qui opèrent dans le bassin du Congo qui n'abrite pour l'instant que très...

ENVIRONNEMENT

Biodiversité

Préserver la diversité des écosystèmes est indispensable pour gérer durablement les ressources de la planète. Quelles doivent être les conditions d’utilisation de ces ressources ? Peut-on breveter des plantes et pour quels usages ? Autant de questions posées au secteur cosmétique et pharmaceutique.

D ici 100 ans les insectes pourraient avoir disparu signe de la fin du monde

[Science] D’ici cent ans, les insectes pourraient avoir disparu... un vrai signe de la fin du monde

Si rien ne change, d'ici cinquante ans, la moitié des insectes seront morts, et d'ici cent ans, il n'y en aura plus. Voilà la principale conclusion d'une étude publiée dans la revue Biological Conservation fin janvier. Une extinction massive qui mènera à l'effondrement des écosystèmes naturels et...

Abeilles

L'Anses veut renforcer la législation pour réduire l'exposition des abeilles aux pesticides

Alors que la France interdit depuis 2003 la pulvérisation d'insecticides et acaricides pendant la période de floraison, les données montrent que d'autres pesticides (fongicides, herbicides) sont retrouvés dans les ruches, contribuant au déclin des abeilles. Pour les préserver, l'Agence nationale de...

Deforestation biodiversite Hawk Williamson

Disparition de la biodiversité : un risque systémique pour l’économie encore peu évalué

La disparition du capital naturel est le second risque majeur auquel nous allons être confrontés dans les dix ans à venir, selon le rapport annuel du Forum de Davos sur les risques planétaires. Pourtant à l’heure où la biodiversité est en grand péril, la finance durable a les yeux braqués sur le...

Ours brun Europe biodiversite LuCaAr

[Infographie] Plus d’un quart de la biodiversité française est menacé

La France et ses territoires ultramarins sont des havres de biodiversité avec près de 20 000 espèces et près de 10 % des récifs coralliens de la planète. Mais aujourd’hui un quart de cette vie est plus ou moins à risque.