Publié le 17 juillet 2020

ENVIRONNEMENT

[Les livres du changement] "Et il foula la terre avec légèreté", de Mathilde Ramadier et Laurent Bonneau

Un ingénieur part aux îles Lofoten pour tâter le terrain d’un futur forage pétrolier et change son regard sur son métier et sa relation à l’environnement. Ce voyage initiatique, magnifiquement illustré, permet à Mathilde Ramadier, philosophe, graphiste et écrivaine de faire passer le message de l’écosophie d’Arne Naess, qui remet en cause la place prédominante que l’on donne à l’Homme dans la nature. Poétique et philosophique, une BD à glisser dans votre valise de l’été !

Et il foula la terre avec legerte couv Futuropolis Bonneau Ramadier
Dans "Et il foula la terre avec légèreté, le voyage initiatique d'un ingénieur pétrolier sert de prétexte à une introduction à l'écosophie d'Arne Naess.
© Futuropolis/ Ramadier/ Bonneau

Le pitch

Jeune ingénieur pétrolier, Ethan part en repérage pour un éventuel forage dans les îles Lofoten, au nord de la Norvège. Au gré de ses rencontres avec les habitants et de ses balades dans les décors époustouflants du cercle polaire, le voyage d’acclimatation se transforme en voyage initiatique. Le business du pétrole vaut-il de prendre le risque de détruire le fragile équilibre de ces îles encore sauvages ?

Un périple que l’on suit comme un road movie nordique, grâce aux magnifiques planches de Laurent Bonneau qui transcrivent aussi bien la lumière froide du Nord et la magie des aurores boréales, que l’atmosphère cosy des cocons familiales norvégiens ou le professionnalisme feutré des bureaux de la Défense.

En nous plongeant ainsi dans les pas et les réflexions d’Ethan, Mathilde Ramadier, philosophe et autrice aux multiples talents, nous permet d’appréhender de façon très concrète le courant de "l’écosophie" du philosophe norvégien Arne Naess. Le père de "l’écologie profonde" romp avec le modèle anthropocentrique du vivant et remet en cause la place prédominante que l’on accorde à l’Homme et ses besoins de confort au sein de la biosphère. Une philosophie très populaire dans les pays nordiques mais qui commencent seulement à se diffuser au-delà des cercles d’initiés en France.

Le mot de l’auteur

"Quand j’ai commencé à écrire Et il foula la terre avec légèreté, je venais de découvrir Arne Naess, sur lequel j’ai écrit deux livres (1). J’ai imaginé l’histoire dans des conditions proches de celles de la minuscule cabane dans laquelle vivait le philosophe : je me suis isolée pendant deux semaines de résidence d’écriture dans une bergerie ardéchoise sans eau ni électricité, mise à disposition par l’association Sur le sentier des Lauzes.

J’avais envie de transcrire son message, celui de l’écologie profonde, par le début de parcours d’une quête philosophique que le personnage n’avait pas vu venir. L’idée d’un ingénieur pétrolier qui se confronte à la beauté sublime et la dure vie des îles Lofoten s’est alors imposée. D’une part parce que c’est le pays d’Arne Naess mais aussi parce que c’est une terre schizophrène, où chacun est conscient de la nature et de ce qu’elle lui apporte mais où l’on oublie parfois d’éteindre la lumière la nuit car, dans ce pays pétrolier, l’énergie ne coûte rien !

Dans le livre, il n’y a pas de héros, pas de discours manichéen, ni de réponse définitive. L’idée est d’inspirer avec des personnages avec lesquels nous pouvons facilement nous identifier et de faire son propre cheminement…"

L’extrait

Et il foula la terre avec legerte p148 149 petit Futuropolis Bonneau Ramadier

© Futuropolis/ Ramadier/ Bonneau (Cliquez ici pour agrandir)


Béatrice Héraud, @beatriceheraud

 

Et il foula la terre avec légèreté, de Mathilde Ramadier et Laurent Bonneau, éditions Futuropolis, 176 pages


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Biodiversité

Préserver la diversité des écosystèmes est indispensable pour gérer durablement les ressources de la planète. Quelles doivent être les conditions d’utilisation de ces ressources ? Peut-on breveter des plantes et pour quels usages ? Autant de questions posées au secteur cosmétique et pharmaceutique.

Mangrove 01

[Vive la biodiversité] Entre biodiversité et changement climatique, il ne faut plus choisir

La protection de la biodiversité peut jouer un rôle essentiel dans la lutte contre le changement climatique. Les écosystèmes sont en effet d'importants puits de carbone, mais ils permettent également de s'adapter aux impacts du changement climatique. Pour cela, le concept de "Solutions fondées sur...

Biodiversite nature finance iStock sarayut

[Vive la biodiversité] Des fonds pour sauvegarder la nature !

Alors que la perte de biodiversité s’accélère, il est de plus en plus nécessaire de flécher les investissements vers des pratiques de production plus respectueuses de la nature. Jusqu’à présent pourtant, ceux-ci restaient l’apanage des Institutions publiques. Cependant, entreprises et investisseurs...

Biodiversite economie bord iStock BsWei

[Vive la biodiversité] La nature, socle de l’économie

Coûteuse la protection de la nature ? Peut-être. Mais sa destruction causerait une perte inestimable, même d’un point de vue strictement économique. 40 % de notre économie repose sur les services fournis par la nature. La sauvegarder est donc une nécessité pour les entreprises. Mieux, en lui donnant...

Biodiversite alimentation iStock marilyna

[Vive la biodiversité] La nature, source d’une alimentation de qualité

La nature est à la base de notre alimentation. Plus celle-ci est variée et plus elle permet de résilience à la fois pour la santé mais aussi pour la pérennité du système alimentaire et agricole dans son ensemble. Or, face à l'uniformisation de notre alimentation et l'intensification de nos modèles...