Publié le 17 janvier 2019

ENVIRONNEMENT

[Vidéo] Le Sikkim, cet État indien où toutes les terres agricoles sont bio

Il est situé au pied de l'Himalaya. L'État indien de Sikkim est devenu en quelques années le symbole de la transition agricole. La totalité de ses terres cultivées sont désormais converties à l'agriculture bio. Une volonté du gouvernement qui souhaite préserver la biodiversité, la qualité de l'eau et la fertilité des sols mais qui n'est pas sans poser problème aux populations locales pour qui les aliments bio sont souvent trop chers. 

L'utilisation de pesticides chimiques est interdite par la loi, sous peine de prison.
Istock

Le Sikkim. Ce petit État du nord de l’Inde, situé entre le Népal et le Bhoutan ne vous évoque peut-être rien. Il est pourtant devenu, en une quinzaine d’années, le premier État indien entièrement bio. Concrètement, toutes les terres agricoles de l’État, soit 750 km², sont converties à l’agriculture bio.

Les intrants chimiques et autres pesticides sont totalement bannis du territoire. Depuis 2016, l’utilisation de ces produits est même devenue une infraction pénale pouvant entraîner une lourde amende et une peine allant jusqu’à trois mois de prison.

L'Oscar de la meilleure politique 

Cette révolution verte a été impulsée par le gouvernement."Cela a été possible grâce à notre forte volonté politique, notre dévouement et notre travail", s’est félicité Pawan Kumar Chamling, le ministre en chef, dont le mandat a été renouvelé cinq fois. Cette politique écologique a été récompensée, le 15 octobre dernier par l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

L’État a ainsi reçu l'"Oscar de la meilleure politique", récompensant ses efforts pour un système agricole plus durable. "Le Sikkim donne un excellent exemple de la manière dont d’autres États indiens ou pays du monde entier peuvent réussir avec succès leur transition vers l’agroécologie", a réagi la Marie Helena Semedo, directrice générale adjointe de la FAO.

Des denrées trop chères pour les habitants

Au total, plus de 66 000 fermiers ont été embarqués dans le mouvement. Avec, au début, quelques réticences. "Les premières années ont été désastreuses" raconte au Guardian Pradhan, agriculteur de la région, "Toute ma récolte a échoué. Même maintenant, en 2016, nous enregistrons toujours des pertes. Mais le gouvernement nous avait avertis que nous pourrions en souffrir au début, mais pas à long terme car l’agriculture biologique est meilleure pour le sol et les fermes. Je soutiens donc le gouvernement".

À partir des années soixante, l’Inde s’est largement tournée vers une agriculture productiviste et conventionnelle pour prévenir la famine. Il faudra donc attendre plusieurs années avant que le sol se régénère et devienne plus fertile. À long terme, cette conversion aura un impact bénéfique sur l’eau et la biodiversité. En attendant, le gouvernement a organisé des formations agricoles pour aider au mieux les agriculteurs.

Hausse du tourisme 

Pour l’instant cependant les habitants de la région ne sont pas totalement convaincu. En cause, les prix des récoltes bio, trop élevés par rapport au conventionnel. "Le gouvernement doit faire plus pour expliquer les avantages des fruits et légumes bio", réclame Pradhan. Le gouvernement a lancé plusieurs campagnes sur le sujet et même ouvert des marchés dédiés à l’agriculture bio.

Si l’acceptation sociale se fait attendre, les paysages préservés de cet État attirent de plus en plus de touristes. Entre 2014 et 2017, le nombre de visiteurs a augmenté de 50 % grâce à la politique environnementale du gouvernement. En 1997, le Sikkim est devenu le premier État indien à avoir interdit les sacs en plastique. Depuis deux ans, tous les plastiques base de polystyrène, comme les couverts ou assiettes jetables sont bannis.

Marina Fabre @fabre_marina


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Coronavirus crise alimentaire mondiale FAO FIDA PAM Michael Tewelde 01

Flambée des matières premières agricoles : la crise qui monte dans l’ombre de la pandémie

Blé, soja, maïs, colza... les prix des matières premières agricoles ont flambé en 2020 et la hausse se poursuit cette année. Si l'appétit de la Chine, qui reconstitue ses stocks à prix fort, explique en partie cette envolée, la pandémie de Covid-19 déstabilise le système alimentaire mondial au...

Grippe aviaire Alain Pitton NurPhoto NurPhoto via AFP

Grippe aviaire transmis à l’humain en Russie : comment l’élevage industriel favorise les pandémies

Pour la première fois, la souche H5N8 de la grippe aviaire a franchi la barrière interespèce en contaminant plusieurs hommes en Russie. Si la France, qui a abattu trois millions de volailles pour limiter la propagation du virus, affirme qu'il n'y a "pas de risque de transmission à l'Homme" sur le...

Legumes pixabay

Repas sans viande dans les cantines de Lyon : une polémique sans fondement

Le maire écologiste de Lyon a imposé un seul plat, sans viande, aux enfants de la cantine créant une vive polémique. Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin s'est ainsi ému d'une mesure "excluant les classes populaires" dont les enfants mangeraient moins de viande. De nombreuses études montrent...

Petit cochon pixabay

Comment le bien-être animal est devenu un enjeu économique pour l’agroalimentaire

Face à la pression des consommateurs et des associations, les entreprises cherchent à améliorer les conditions d'élevage, de transport ou encore d'abattage des animaux. Plusieurs expérimentations sur la castration des porcs ou le pâturage des vaches liant éleveurs, distributeurs et chercheurs ont...