Publié le 26 février 2018

ENVIRONNEMENT

[VIDEO] La FNSEA va présenter "250 solutions" pour réduire l'usage des produits phytosanitaires comme le glyphosate

Le premier syndicat agricole, la FNSEA, a présenté lundi 26 février au salon de l'Agriculture un "contrat de solutions" visant à réduire l'utilisation de produits phytosanitaires et à supprimer le glyphosate, mais dans un délai supérieur à trois ans, selon sa présidente.

La FNSEA propose 200 solutions pour abaisser l'usage des produits phytosanitaires.
FNSEA

Les 35 partenaires réunis autour de la FNSEA pour mettre en œuvre la baisse de l'usage des produits phytosanitaires dans l'agriculture française signeront, avant la fin du semestre, un contrat de solutions qui les engagera tant auprès des autorités que de la société civile, ont-il indiqué lundi 26 février au Salon de l'Agriculture.

"Nous avons souhaité dire que les agriculteurs ont entendu les sollicitations et vont répondre aux attentes sociétales fortement exprimées, même violemment parfois, en direction des agriculteurs et de leurs partenaires", a indiqué la présidente de la FNSEA, Christiane Lambert, lors d'une conférence de presse. "Dire qu'on est addicts aux phytos est blessant", a-t-elle poursuivi.

La présidente du premier syndicat agricole français a assuré que les agriculteurs sont conscients que "les inquiétudes autour de la chimie existent", mais a prévenu qu'ils ne sont "pas magiciens": "Zéro phyto pour l'agriculture n'est pas possible, comme zéro médicament n'est pas possible non plus pour la population".

"Les agriculteurs ont besoin de solutions disponibles efficaces et compatibles avec l'économie de leur exploitation", et ils veulent en finir avec l'approche d'interdiction, explique Christiane Lambert. Ils ont donc choisi de s'inscrire collectivement dans une "trajectoire de progrès".

Numérique, robotique, biocontrôle...

Parmi les partenaires associés à la démarche, il y a une quinzaine de partenaires techniques, dont l'Institut de recherche agronomique (INRA) ou l'Union française des semenciers, dont le but est "d'identifier les solutions existantes et les solutions d'avenir", explique Éric Thirouin, président de la commission environnement de la FNSEA. "Il y aura des échanges avec les producteurs et avec les acteurs des territoires car on n'a pas les mêmes problématiques selon les régions", souligne-t-il.

"Chacun a ouvert sa banque de données, son imagination, et l'ensemble des acteurs a identifié 250 pistes de solutions d'avenir" jouant sur tous les ressorts possibles, a expliqué le syndicat : pratiques agronomiques, amélioration des plantes et innovations variétales, agriculture numérique, robotique et agroéquipement, biocontrôle, produits de protection des plantes innovants, démarches de filières et de territoire, conseil formation et diffusion.

Des exceptions sur le glyphosate

Les organismes de formation et de conseil, tels le réseau des chambres d'agriculture travailleront à diffuser ces bonnes pratiques chez les agriculteurs. "Il y aura également un travail pour tendre la main aux ONG et aux associations de consommateurs pour présenter notre travail dans le détail", a assuré Christiane Lambert.

Éric Thirouin, secrétaire général adjoint de la FNSEA, prévient toutefois que le monde agricole n’agira pas seul : "Le contrat de solutions a vocation à élargir  son cercle pour progresser encore dans les solutions ! Il faut que l'Etat y prenne sa part y compris à travers son grand plan d'innovation de 5 milliards !"

De son côté, le ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot, qui a renoncé à venir au Salon de l'Agriculture, assure que l'interdiction du glyphosate sous trois ans sera maintenue mais il précise : "Je ne suis pas buté et personne ne doit être enfermé dans une impasse : si dans un secteur particulier ou une zone géographique, certains agriculteurs ne sont pas prêts en trois ans, on envisagera des exceptions".  

Ludovic Dupin avec AFP


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Betteraves sucrieres

Betteraves : les sénateurs réautorisent les néonicotinoïdes pour sauver une filière à l'avenir incertain

[Mise à jour le 28 octobre] Après les députés, les sénateurs viennent de donner leur feu vert à la réutilisation des néonicotinoïdes sur les betteraves pour faire face à la jaunisse qui ravage les cultures. Si la filière est soulagée, ce virus n'est pas le seul responsable à la crise qu'elle...

Intoxication de l'agriculteur Paul François : Monsanto définitivement condamné après 13 ans de combat

C'est une décision qui marque la fin de plus de 13 ans de combat. La Cour de cassation vient définitivement de condamner Monsanto dans l'affaire l'opposant à l'agriculteur Paul François. Ce dernier, intoxiqué depuis 2004 après avoir inhalé les vapeurs de l'herbicide Lasso commercialisé par le géant...

Agriculture PAC

Les États européens font un premier pas vers une PAC plus verte pour orienter l'agriculture de demain

Après de longues heures de négociations, les ministres de l'Agriculture européens ont trouvé un accord sur la réforme de la PAC. Elle doit guider l'agriculture européenne pour les sept prochaines années. 20 % des aides directes seront conditionnées à des critères environnementaux et climatiques....

Betterave neonicotinoides pixabay 01

L’Assemblée nationale doit trancher sur la réautorisation des néonicotinoïdes sur les betteraves

C'est un sujet particulièrement explosif dont vont débattre les députés aujourd'hui. L'Assemblée va se pencher sur la réautorisation temporaire des néonicotinoïdes sur les betteraves. Les députés, divisés, devront à la fois satisfaire la filière, ravagée par la jaunisse et une perte de rendements...