Publié le 25 février 2018

ENVIRONNEMENT

[Salon de l’agriculture] Nicolas Hulot évoque des "exceptions" à la sortie du glyphosate en 3 ans

Le ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot, qui s'est battu l'an dernier pour une sortie du glyphosate en trois ans, se dit prêt à envisager des "exceptions", dans un entretien au Journal du dimanche. Par ailleurs, il ne se rendra pas au salon de l’agriculture.

Nicolas Hulot est favorable à la sortie en trois ans du glyphosate mais prévoit des exceptions.
François Mori/AFP

"On est en train de recenser les alternatives qui existent et de leur donner les moyens de faire leurs preuves. Mais je ne suis pas buté et personne ne doit être enfermé dans une impasse : si dans un secteur particulier ou une zone géographique, certains agriculteurs ne sont pas prêts en trois ans, on envisagera des exceptions", a indiqué le ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot.

"Mais si on arrive à se passer du glyphosate à 95 %, on aura réussi", a-t-il ajouté. Après la décision de l'Union européenne en novembre de renouveler pour cinq ans la licence de l'herbicide controversé, Emmanuel Macron avait promis que la substance, principe actif du fameux Roundup de Monsanto, serait interdite en France "au plus tard dans trois ans".

Mais fin janvier, le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert avait déclaré que la France allait "essayer de sortir" dans les trois ans. "Le Président a rappelé que tant qu'il n'y a pas de substitution, il n'y a pas de suppression", avait souligné le ministre, qui doit présenter à l'issue du Salon de l'agriculture un "plan d'action" en la matière, en collaboration avec les autres ministres concernés.

Nicolas Hulot évoque également pour la première fois la création "d'un fonds assurantiel" destiné aux agriculteurs qui se convertissent à l'agriculture biologique, et "qui couvrirait certains risques et indemniserait les producteurs en difficulté". "Mais attention : considérer que l'agriculture bio à vocation à être aidée durablement, c'est considérer qu'elle ne peut pas être rentable. Or elle va l'être !", a-t-il ajouté.

L’Accord avec le Mercosur inacceptable

Le JDD indique d'autre part que Nicolas Hulot ne se rendra pas au Salon de l'agriculture, alors que l'ancienne ministre de l'Environnement Ségolène Royal y avait fait une visite l'an dernier. Le ministère de la Transition écologique a confirmé cette information à l'AFP, précisant que Nicolas Hulot "privilégie le dialogue direct avec les parties prenantes dans de bonnes conditions d'échange".

"Je préfère dialoguer loin des regards et des caméras, c’est ma méthode", a expliqué le ministre au JDD, précisant qu'il avait reçu "tous les acteurs de la filière agricole et de l’alimentation". Ses deux secrétaires d'État, Sébastien Lecornu et Brune Poirson, doivent, eux, se rendre au Salon dans la semaine.

Alors que les agriculteurs ont manifesté cette semaine partout en France contre l'accord de libre-échange en cours de négociations entre l'UE et les pays du Mercosur, Nicolas Hulot a également estimé qu'"en l'état, ce traité n'est pas acceptable".

"Il serait trop préjudiciable, notamment pour nos agriculteurs, et la France a des lignes rouges très claires", a ajouté le ministre, qui avait déjà critiqué l'accord de libre-échange UE-Canada (Ceta) entré en vigueur partiellement en septembre.

La Rédaction avec AFP


© 2023 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Distribution alimentation viande iStock

Leclerc, Intermarché, Auchan… Le classement des supermarchés accusés de freiner la transition alimentaire

Ce sont les rois de l'alimentation. Les supermarchés ont un rôle clé dans la transition vers une alimentation durable. Or, selon un nouveau rapport du Réseau Action Climat, ces derniers freinent cette transition plutôt que de la porter. En cause notamment, les multiples offres promotionnelles sur...

Neonicotinoides abeilles pixabay

Néonicotinoïdes : la France se résigne à ne plus autoriser ces pesticides "tueurs d'abeilles"

C'est une victoire de taille pour les associations écologistes. Par la voix de son ministre de l'Agriculture, le gouvernement a annoncé qu'il renonçait à prolonger, pour la troisième année consécutive, les dérogations d'utilisations des néonicotinoïdes pour la filière betterave. Le gouvernement a dû...

Chlordecone manifestation avril 2021 LIONEL CHAMOISEAU AFP

Non-lieu dans le scandale sanitaire du chlordécone : "On est en colère, on veut des coupables"

La justice vient d'ordonner un non-lieu dans l'affaire du chlordécone, cet insecticide qui a empoisonné le sol de Guadeloupe et Martinique pendant des décennies. Alors que le taux de cancer de la prostate est parmi le plus élevé au monde dans ces îles, les juges ont reconnu un "scandale sanitaire"...

Elevage poules pixabay stux

La grippe aviaire dévaste les élevages de volailles, sans que le modèle intensif ne soit remis en cause

L’année 2022 aura connu l’épidémie de grippe aviaire la plus dévastatrice de l’histoire, selon un rapport de trois autorités européennes. Plus de 50 millions de volailles ont été abattues pour tenter d’endiguer le virus, sans succès. Les stratégies publiques consistant à abattre les animaux infectés...