Publié le 25 février 2018

ENVIRONNEMENT

[Salon de l’agriculture] Nicolas Hulot évoque des "exceptions" à la sortie du glyphosate en 3 ans

Le ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot, qui s'est battu l'an dernier pour une sortie du glyphosate en trois ans, se dit prêt à envisager des "exceptions", dans un entretien au Journal du dimanche. Par ailleurs, il ne se rendra pas au salon de l’agriculture.

Nicolas Hulot est favorable à la sortie en trois ans du glyphosate mais prévoit des exceptions.
François Mori/AFP

"On est en train de recenser les alternatives qui existent et de leur donner les moyens de faire leurs preuves. Mais je ne suis pas buté et personne ne doit être enfermé dans une impasse : si dans un secteur particulier ou une zone géographique, certains agriculteurs ne sont pas prêts en trois ans, on envisagera des exceptions", a indiqué le ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot.

"Mais si on arrive à se passer du glyphosate à 95 %, on aura réussi", a-t-il ajouté. Après la décision de l'Union européenne en novembre de renouveler pour cinq ans la licence de l'herbicide controversé, Emmanuel Macron avait promis que la substance, principe actif du fameux Roundup de Monsanto, serait interdite en France "au plus tard dans trois ans".

Mais fin janvier, le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert avait déclaré que la France allait "essayer de sortir" dans les trois ans. "Le Président a rappelé que tant qu'il n'y a pas de substitution, il n'y a pas de suppression", avait souligné le ministre, qui doit présenter à l'issue du Salon de l'agriculture un "plan d'action" en la matière, en collaboration avec les autres ministres concernés.

Nicolas Hulot évoque également pour la première fois la création "d'un fonds assurantiel" destiné aux agriculteurs qui se convertissent à l'agriculture biologique, et "qui couvrirait certains risques et indemniserait les producteurs en difficulté". "Mais attention : considérer que l'agriculture bio à vocation à être aidée durablement, c'est considérer qu'elle ne peut pas être rentable. Or elle va l'être !", a-t-il ajouté.

L’Accord avec le Mercosur inacceptable

Le JDD indique d'autre part que Nicolas Hulot ne se rendra pas au Salon de l'agriculture, alors que l'ancienne ministre de l'Environnement Ségolène Royal y avait fait une visite l'an dernier. Le ministère de la Transition écologique a confirmé cette information à l'AFP, précisant que Nicolas Hulot "privilégie le dialogue direct avec les parties prenantes dans de bonnes conditions d'échange".

"Je préfère dialoguer loin des regards et des caméras, c’est ma méthode", a expliqué le ministre au JDD, précisant qu'il avait reçu "tous les acteurs de la filière agricole et de l’alimentation". Ses deux secrétaires d'État, Sébastien Lecornu et Brune Poirson, doivent, eux, se rendre au Salon dans la semaine.

Alors que les agriculteurs ont manifesté cette semaine partout en France contre l'accord de libre-échange en cours de négociations entre l'UE et les pays du Mercosur, Nicolas Hulot a également estimé qu'"en l'état, ce traité n'est pas acceptable".

"Il serait trop préjudiciable, notamment pour nos agriculteurs, et la France a des lignes rouges très claires", a ajouté le ministre, qui avait déjà critiqué l'accord de libre-échange UE-Canada (Ceta) entré en vigueur partiellement en septembre.

La Rédaction avec AFP


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

OGM caches reglementation mais

Victoire des ONG : le conseil d’Etat encadre les "OGM cachés"

C'est une bataille de longue haleine qui prend fin entre les ONG environnementales et paysannes et les gros semenciers. Le Conseil d'État vient de reconnaître que les nouvelles techniques de mutagenèse comme CRISPR étaient soumises à la même réglementation que les OGM. Un coup dur pour les...

Daniel Cueff revolte maire pesticide AFP SEBASTIEN SALOM GOMIS

[Municipales] Entre les maires et les agriculteurs, le fossé se creuse

C'est une histoire de fusion et de désamour. Alors que dans les années 50, un maire sur deux était agriculteur, aujourd'hui, la relation entre ces élus locaux et les paysans est de plus en plus tendue. Symbole de ce fossé, l'affaire des zones d'épandage de pesticides. En plein salon de...

Vache Ideale Egerie salon de l ariculture 2020 SIA2020

Salon de l'agriculture : entre financiarisation des terres et bas revenu, le métier d’agriculteur en voie de disparition

Le Salon de l'agriculture vient d'ouvrir ses portes à Paris. Cette grande fête de la ruralité cache toutefois une préoccupante réalité. Les agriculteurs sont de moins en moins nombreux en France. En 30 ans, leur nombre a été réduit de moitié. Et la situation devrait s’aggraver avec un nombre massif...

Salon de l agriculture 1964

[À l’origine] Le salon de l’Agriculture, un héritage du XIXe siècle

Devenu un rendez-vous incontournable des femmes et hommes politiques, le Salon de l’Agriculture a été créé en 1964 sous la présidence du Général de Gaulle par le ministre Édgard Pisani. Mais son origine est bien plus lointaine. Le Salon est l’héritage des concours "des animaux gras" de 1844 dont le...