Publié le 25 février 2018

ENVIRONNEMENT

[Salon de l’agriculture] Nicolas Hulot évoque des "exceptions" à la sortie du glyphosate en 3 ans

Le ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot, qui s'est battu l'an dernier pour une sortie du glyphosate en trois ans, se dit prêt à envisager des "exceptions", dans un entretien au Journal du dimanche. Par ailleurs, il ne se rendra pas au salon de l’agriculture.

Nicolas Hulot est favorable à la sortie en trois ans du glyphosate mais prévoit des exceptions.
François Mori/AFP

"On est en train de recenser les alternatives qui existent et de leur donner les moyens de faire leurs preuves. Mais je ne suis pas buté et personne ne doit être enfermé dans une impasse : si dans un secteur particulier ou une zone géographique, certains agriculteurs ne sont pas prêts en trois ans, on envisagera des exceptions", a indiqué le ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot.

"Mais si on arrive à se passer du glyphosate à 95 %, on aura réussi", a-t-il ajouté. Après la décision de l'Union européenne en novembre de renouveler pour cinq ans la licence de l'herbicide controversé, Emmanuel Macron avait promis que la substance, principe actif du fameux Roundup de Monsanto, serait interdite en France "au plus tard dans trois ans".

Mais fin janvier, le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert avait déclaré que la France allait "essayer de sortir" dans les trois ans. "Le Président a rappelé que tant qu'il n'y a pas de substitution, il n'y a pas de suppression", avait souligné le ministre, qui doit présenter à l'issue du Salon de l'agriculture un "plan d'action" en la matière, en collaboration avec les autres ministres concernés.

Nicolas Hulot évoque également pour la première fois la création "d'un fonds assurantiel" destiné aux agriculteurs qui se convertissent à l'agriculture biologique, et "qui couvrirait certains risques et indemniserait les producteurs en difficulté". "Mais attention : considérer que l'agriculture bio à vocation à être aidée durablement, c'est considérer qu'elle ne peut pas être rentable. Or elle va l'être !", a-t-il ajouté.

L’Accord avec le Mercosur inacceptable

Le JDD indique d'autre part que Nicolas Hulot ne se rendra pas au Salon de l'agriculture, alors que l'ancienne ministre de l'Environnement Ségolène Royal y avait fait une visite l'an dernier. Le ministère de la Transition écologique a confirmé cette information à l'AFP, précisant que Nicolas Hulot "privilégie le dialogue direct avec les parties prenantes dans de bonnes conditions d'échange".

"Je préfère dialoguer loin des regards et des caméras, c’est ma méthode", a expliqué le ministre au JDD, précisant qu'il avait reçu "tous les acteurs de la filière agricole et de l’alimentation". Ses deux secrétaires d'État, Sébastien Lecornu et Brune Poirson, doivent, eux, se rendre au Salon dans la semaine.

Alors que les agriculteurs ont manifesté cette semaine partout en France contre l'accord de libre-échange en cours de négociations entre l'UE et les pays du Mercosur, Nicolas Hulot a également estimé qu'"en l'état, ce traité n'est pas acceptable".

"Il serait trop préjudiciable, notamment pour nos agriculteurs, et la France a des lignes rouges très claires", a ajouté le ministre, qui avait déjà critiqué l'accord de libre-échange UE-Canada (Ceta) entré en vigueur partiellement en septembre.

La Rédaction avec AFP


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Agriculture pac climat bence balla schottner unsplash 01

La nouvelle PAC, censée verdir l'agriculture européenne, fait polémique

Le Parlement européen a validé la réforme de la Politique agricole commune (PAC) qui fixe les grandes orientations agricoles à partir de 2023 pour quatre années. Dotée d'un budget de 387 milliards d'euros, ce pilier de l’Union européenne a été conçu pour "verdir" l'agriculture. Mais ses détracteurs...

Déforestation Amazonie istock

Malgré les promesses de Jair Bolsonaro, la déforestation en Amazonie n'a pas cessé d'augmenter

La déforestation en Amazonie brésilienne progresse pour la troisième année consécutive, une conséquence directe des politiques menées par le président Jair Bolsonaro. L'observatoire du climat accuse le Brésil d'avoir dissimulé ces conclusions avant la COP26 sur le climat, au cours de laquelle le...

Manifestation agriculture inde Xavier Galiana AFP

La révolte des paysans indiens a payé : le gouvernement annonce le retrait de la très controversée réforme agricole

C’est un moment rare. Le Premier ministre Narendra Modi s’est incliné face à la mobilisation, qui dure depuis plus d’un an, des paysans indiens. Il a annoncé le retrait de sa réforme agricole qui risquait d’obliger les agriculteurs à brader leurs marchandises aux grandes entreprises pour les...

Nora Dollet grignon agroparistech

Face à la fronde, l’État suspend la privatisation de Grignon, le campus d’AgroParisTech

C'est un soulagement pour les élus, étudiants et associations qui militaient contre la privatisation du domaine de Grignon, haut-lieu de l'agronomie française et campus des ingénieurs d'AgroParisTech. L'État vient de suspendre sa vente au promoteur immobilier Altarea Cogedim pour "tenir compte du...