Publié le 29 novembre 2018

ENVIRONNEMENT

L'Émission politique : l'agricultrice accusée d'être pro-glyphosate revient sur sa rencontre avec Nicolas Hulot

C’était le 22 novembre dernier. Céline Imart*, agricultrice du Tarn, faisait face à Nicolas Hulot dans l’Émission politique. Entre le glyphosate, la concurrence déloyale, la crise agricole… la productrice a voulu mettre l’ancien ministre de l’Environnement face à ses contradictions. Elle le juge à l'écoute mais dénonce une politique hors sol qui interdit des pesticides en France mais importe des produits étrangers fortement traités. 

Nicolas Hulot agricultrice emission politique
Le 22 novembre, dans l'Émission politique, Céline Imart, agricultrice du Tarn a interrogé Nicolas Hulot sur la politique agricole qu'il a menée au gouvernement.
© Capture d’écran France 2

Qu’est-ce que vous attendiez de Nicolas Hulot et vous a-t-il convaincu ?

J’attendais des éclaircissements sur les incohérences de la politique gouvernementale concernant l’agriculture. Sur la forme, j’ai trouvé que Nicolas Hulot était à l’écoute, c’était un débat constructif. Mais il a botté en touche sur de multiples sujets notamment sur l’interdiction du glyphosate. Le gouvernement a décidé d’interdire ce pesticide sous trois ans sans nous proposer d’alternative. Il n’a rien anticipé et nous n’avons pas eu voix au chapitre alors qu’on est les premiers concernés.

On vous décrit comme pro-glyphosate et anti-ONG, n'y a-t-il pas un fossé entre vos positions et celles des consommateurs ?

Aujourd’hui, on cède au sensationnalisme, à l’émotion. Quand une agricultrice comme moi vient sur un plateau, en parlant avec pragmatisme, en nuançant, c’est forcément moins vendeur que d’affirmer qu’on a trouvé du glyphosate dans les urines (selon une étude de Générations futures, ndr). On me décrit comme anti-ONG et pro-OGM parce qu’on a besoin de cataloguer les individus. Moi, ça ne m’intéresse pas. Je ne suis pas allée dans cette émission pour "casser Hulot" mais pour pointer des incohérences et mettre en lumière notre quotidien.

Pourquoi ne pouvez-vous pas vous passer du glyphosate ?

On peut mais il faut des alternatives ! Aujourd’hui on l’utilise sur des intercultures, c’est-à-dire une période comprise entre deux cultures principales, quand il y a des repousses et seulement entre un litre et un litre et demi par hectare. Au Canada, c’est plutôt quatre litres et directement sur le blé avant la moisson. On en a déjà une utilisation raisonnée. Les chercheurs eux-mêmes commencent seulement à enquêter sur des alternatives, on n’en aura pas de viable avant 10 ans. Pourquoi on se précipite pour l’agriculture alors qu’on laisse le temps au secteur du nucléaire, par exemple, pour changer de modèle ?

Vous vous sentez stigmatisée ?

On a l’impression d’être considérés comme des empoisonneurs. Si on veut une agriculture moins pesticidée, dans ce cas, il faut fermer les frontières. L’État français a interdit le diméthoate, un pesticide qui permet de lutter contre les maladies des cerisiers. Résultat, en France, 40 % des cerisiers ont dû être coupés parce qu’ils étaient attaqués par des larves. La France a donc importé des cerises espagnoles, italiennes ou turques qui sont largement imprégnées de ce pesticide. Quel est l’intérêt pour les agriculteurs et les consommateurs français ? On nous demande tout à la fois, d’avoir des produits de toutes les saisons, de vendre à des prix bas et en même temps de réduire les pesticides mais personne n’est prêt à financer cette transition. Il n’y a pas de cohérence, surtout dans les actes d’achats.

Propos recueillis par Marina Fabre @fabre_marina 

*Céline Imart est à la tête d'une exploitation céréalière dans le Tarn, elle est vice-présidente du syndicat des Jeunes Agriculteurs. 


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Les agriculteurs savent ce qu ils doivent a l europe pixabay

[Europe] "Les agriculteurs savent ce qu’ils doivent à l’Europe"

La politique agricole commune (PAC) de l'Union européenne est très décriée. Elle a pourtant su, à sa création, définir un cap commun pour subvenir aux besoins alimentaires des États membres et créer un marché unique, symbole d'une zone unie. Elle doit aujourd'hui se renouveler pour répondre à une...

La sncf ne trouve pas d alternative miracle au glyphosate

La SNCF, gros consommateur de glyphosate, ne trouve pas d'alternative miracle

En 2021, la France va interdire le glyphosate sur le territoire. C'est en tout cas la promesse d'Emmanuel Macron. Et les agriculteurs ne sont pas les seuls concernés par cette mesure, la SNCF, qui consomme 0,4 % du désherbant en France, cherche des alternatives. Or "aujourd'hui, on n'est pas capable...

Artificialisation des sols betons

Artificialisation des sols : en France, on bétonne même quand ce n'est pas nécessaire

L'artificialisation des terres progresse plus vite que la croissance démographique et économique. Autrement dit, en France, même quand il n'y a pas de besoin spécifique, les sols sont bétonnés. À ce rythme d'ici la fin du siècle, 18 % du territoire sera artificialisé, prévient l'Iddri. Une situation...

Agriculture bio plainte etat pixabay

Les agriculteurs bio attaquent l'État après un retard considérable dans le paiement des aides

Depuis quelques années, la situation est chaotique. L'État accumule le retard de paiement des aides aux agriculteurs bio censées compenser les surcoûts pendant les cinq années de transition. Face à l'ampleur du retard, trois agriculteurs ont décidé de porter plainte contre l'État. Et leur plainte...