Publié le 22 novembre 2017

ENVIRONNEMENT

Les industriels et distributeurs s'engagent à mieux rémunérer les agriculteurs

Les producteurs, distributeurs et industriels ont signé mi-novembre une charte qui les engage à fixer le prix de vente à partir du coût de production des agriculteurs. Un moyen de revaloriser la rémunération de ces derniers mais ce point d'étape n'est pas contraignant. Il faudra pour cela attendre la loi promise par Emmanuel Macron.

Les acteurs de l'agroalimentaire sont parvenus à un consensus autour du prix.

Sur le papier, c’est fait. Les producteurs, distributeurs et industriels ont tous apposé leur signature sur une charte d’engagement venue clôturer le premier chantier des États généraux de l’alimentation. Les signataires s’engagent à "fonder la construction du prix à partir de l’amont", en prenant en compte "la volatilité des marchés agricoles" et en veillant à une "meilleure transparence".

Une charte non contraignante 

Des engagements très attendus par les agriculteurs. Il faut dire que le temps pressait : les négociations commerciales ont débuté le 1er novembre et la FNSEA, premier syndicat agricole, souhaitait que ces grands principes encadrent les négociations. "C’est une étape et un outil pour tous les acteurs de la production à la distribution", s’est ainsi réjoui Stéphane Travert, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation.

Même Michel-Edouard Leclerc, président du groupe éponyme; a signé la charte ! Lui qui avait joué les agitateurs tout au long du premier chantier des États généraux de l’Alimentation notamment sur la proposition du seuil de vente à perte. Ce seuil fixe en effet le prix en dessous duquel un distributeur ne peut vendre un produit. Or plusieurs parties prenantes ont estimé qu'il participait à la guerre des prix, et que son augmentation permettrait de mieux rémunérer les agriculteurs. Un "deal complètement irresponsable" pour Michel-Edouard Leclerc. Au final, la charte y fait à peine mention.

Bientôt une loi promise par Emmanuel Macron

Limite du système, cette charte n’est pas contraignante. C’est en quelque sorte l’esprit des États généraux de l’alimentation qu’on voulut faire respecter les ministres. Mais ce texte pourrait servir de base à une nouvelle législation. C’est en tout cas ce qu’a promis Emmanuel Macron. "Nous modifierons la loi pour inverser la formation du prix qui partira du coût de production", avait en effet déclaré le Président au début des États généraux. Il avait alors daté ses ordonnances au "premier semestre 2018". 

Pour l’instant, personne ne veut briser la dynamique. Toutes les parties prenantes se réjouissent de cette nouvelle charte. Mais elle ne fera pas oublier les tensions actuelles, notamment la crise du beurre, pour laquelle la responsabilité grande distribution est largement pointée du doigt.

Marina Fabre @fabre_marina


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Filiere lait artemtation de Pixabay

L’essoufflement du marché bio, un risque de taille pour la transition agroalimentaire

Le marché bio aurait-il atteint ses limites ? Sur deux filières emblématiques, le lait et les œufs, les résultats ne sont plus au rendez-vous. La demande se tarie au point de créer une vraie crise. Certains éleveurs sont même obligés de se "déconvertir" pour retourner au conventionnel face à une...

Levage vache agriculture MattKay istock

Les 20 plus grosses entreprises de viande et du lait émettent autant de CO2 que l'Allemagne

932 millions de tonnes de CO2. Cela correspond aux émissions des vingt plus grosses entreprises mondiales de la viande et du lait, sur une année seulement. L'industrie, sous pression des ONG et des investisseurs, tente de montrer patte verte mais face à l'augmentation de la consommation, difficile...

Agriculture changement climatique JEANNE MERCIER HANS LUCAS HANS LUCAS VIA AFP

2021, un avant-goût amer du changement climatique pour l’agriculture française

Épisodes dramatiques de gel sur les vignes, inondations qui retardent la moisson du blé, incendies qui ravagent les cultures... L'année agricole 2021 se place sous le signe du changement climatique. Entre une baisse des rendements et de la qualité, les agriculteurs français entrevoient les effets de...

Vigne vigoble raisin CCO

La filière viticole française présente une feuille de route pour s’adapter au réchauffement climatique

Vendanges plus précoces, degré alcoolémique plus élevé, plu grande acidité du raisin… le réchauffement climatique a déjà des conséquences concrètes sur la production de vin français. Pour en préserver la qualité et le rendement, les organisations professionnelles de la filière viticole ont présenté...