Publié le 22 novembre 2017

ENVIRONNEMENT

Les industriels et distributeurs s'engagent à mieux rémunérer les agriculteurs

Les producteurs, distributeurs et industriels ont signé mi-novembre une charte qui les engage à fixer le prix de vente à partir du coût de production des agriculteurs. Un moyen de revaloriser la rémunération de ces derniers mais ce point d'étape n'est pas contraignant. Il faudra pour cela attendre la loi promise par Emmanuel Macron.

Etats generaux de l alimentation agriculture prid
Les acteurs de l'agroalimentaire sont parvenus à un consensus autour du prix.

Sur le papier, c’est fait. Les producteurs, distributeurs et industriels ont tous apposé leur signature sur une charte d’engagement venue clôturer le premier chantier des États généraux de l’alimentation. Les signataires s’engagent à "fonder la construction du prix à partir de l’amont", en prenant en compte "la volatilité des marchés agricoles" et en veillant à une "meilleure transparence".

Une charte non contraignante 

Des engagements très attendus par les agriculteurs. Il faut dire que le temps pressait : les négociations commerciales ont débuté le 1er novembre et la FNSEA, premier syndicat agricole, souhaitait que ces grands principes encadrent les négociations. "C’est une étape et un outil pour tous les acteurs de la production à la distribution", s’est ainsi réjoui Stéphane Travert, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation.

Même Michel-Edouard Leclerc, président du groupe éponyme; a signé la charte ! Lui qui avait joué les agitateurs tout au long du premier chantier des États généraux de l’Alimentation notamment sur la proposition du seuil de vente à perte. Ce seuil fixe en effet le prix en dessous duquel un distributeur ne peut vendre un produit. Or plusieurs parties prenantes ont estimé qu'il participait à la guerre des prix, et que son augmentation permettrait de mieux rémunérer les agriculteurs. Un "deal complètement irresponsable" pour Michel-Edouard Leclerc. Au final, la charte y fait à peine mention.

Bientôt une loi promise par Emmanuel Macron

Limite du système, cette charte n’est pas contraignante. C’est en quelque sorte l’esprit des États généraux de l’alimentation qu’on voulut faire respecter les ministres. Mais ce texte pourrait servir de base à une nouvelle législation. C’est en tout cas ce qu’a promis Emmanuel Macron. "Nous modifierons la loi pour inverser la formation du prix qui partira du coût de production", avait en effet déclaré le Président au début des États généraux. Il avait alors daté ses ordonnances au "premier semestre 2018". 

Pour l’instant, personne ne veut briser la dynamique. Toutes les parties prenantes se réjouissent de cette nouvelle charte. Mais elle ne fera pas oublier les tensions actuelles, notamment la crise du beurre, pour laquelle la responsabilité grande distribution est largement pointée du doigt.

Marina Fabre @fabre_marina


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Inondation champs de mais Nebraska ScottOlson GettyImage NorthAmerica AFP

Le manque de maïs attendu mondialement dès 2020 illustre l’impact systémique du changement climatique

Le Midwest américain a les pieds dans l’eau. Ces inondations, qui risquent de devenir la norme face au réchauffement, empêchent les agriculteurs de semer le maïs. D’ores et déjà, le gouvernement américain prévoit une production en recul de presque 10 % cette année. Un impact considérable sur l’offre...

Catherine geslain Laneelle FAO agriculture Xavier Remongin agriculture

La candidate française à la présidence de la FAO envisage toutes les solutions pour lutter contre la faim, y compris les OGM

La candidate de l'Union européenne à la présidence de l'organisation pour l'alimentation et l'agriculture des Nations unies (FAO), la Française Catherine Geslain-Lanéelle, souhaite que "toutes les solutions" soient envisagées pour éradiquer la faim sur la planète, y compris l’utilisation des OGM et...

Tomates bio sous serres en hiver symbole industrialisation de la filiere

Des tomates sous serre en hiver, symbole de la dérive du bio

Des tomates cultivées sous serres chauffées au mois de mars peuvent-elles être labellisées bio ? Pour l'instant oui, mais les acteurs historiques du bio veulent faire interdire cette pratique qui va à l'encontre des valeurs environnementales et sociales qu'ils portent. Un combat contre...

Record de surface agricole bio en france

Il n'y a jamais eu autant de terres agricoles bio en France

C'est un record. Selon les derniers chiffres de l'Agence bio, le cap des 2 millions d'hectares cultivés en bio a été franchi. C'est désormais un agriculteur sur dix qui travaillent en bio. Une croissance nécessaire pour répondre à la demande des consommateurs mais qui semble encore insuffisante pour...