Publié le 29 avril 2021

ENVIRONNEMENT

Exit les œufs et le porc, le groupe Avril voit son avenir en végétal

Le groupe Avril, qui ambitionne de devenir le leader des "solutions végétales" se sépare de ses œufs en coquille Matines et de son porc Abera notamment. Le groupe va adapter son portefeuille à sa nouvelle ambition et vient d'annoncer la création d'une unité de production consacrée aux protéines végétales de colza à Dieppe avec un investissement de 45 millions d'euros. 

GROUPE AVRIL VEGETAL iStock Azurita
Le groupe Avril vend ses oeufs Matines, en perte de vitesse depuis des années.
Azurita / Istock

C'est un poids lourd de l'agroalimentaire. Le groupe Avril qui a la main sur de multiples marques comme les huiles Lesieur et Puget ou les célèbres œufs Matines va réorienter son développement vers le végétal. Le groupe veut devenir le "leader des solutions végétales au service des transitions alimentaire, agricole et environnemental" a expliqué son directeur général, Jean-Philippe Puig, le 13 avril lors de la présentation de ses résultats annuels. Et cela pourrait influencer sa raison d’être, le groupe devrait d’ailleurs faire des annonces à ce sujet dans les jours qui viennent.

"Cette nouvelle ambition, portée par des orientations stratégiques, implique des adaptations de notre portefeuille d’activités industrielles, avec le renforcement de certains métiers existants au cœur de ce projet, le développement ou l’acquisition de nouveaux métiers ainsi que la cession de certaines activités", explique le groupe. Avril a donc décidé de se séparer de ses activités dans l’œuf et le porc.

Plusieurs marques et huit sites sont concernés : les œufs en coquille de Matines, l’entreprise de transformations des œufs Ovoteam, le grossiste en découpe de viande de porc Porcgros et le spécialiste de l’abattage Abera. Aucune date n’a été communiquée. "La volonté d’Avril est de donner du temps au temps", indique le groupe qui assure que les sites suscitent l'intérêt des repreneurs.

Des "investissements audacieux"

Du côté des œufs Matines, depuis des années, c’est la descente aux enfers. Après avoir tardivement annoncé la fin des œufs en cage en décalage avec l’attente des consommateurs et de la grande distribution, l’activité n’a cessé de se dégrader. "Aux difficultés historiques à la transition du mode d’élevage, est venu s’ajouter l’arrêt de la restauration hors domicile du fait de la crise sanitaire", explique le groupe Avril. Pour la filière porc, les résultats sont nettement plus performants. L’activité d’abattage et de découpe a réalisé "une année record" boosté par la Chine dont les cheptels ont été décimés par la peste porcine. Mais pour se réorienter, le groupe doit adapter son portefeuille et faire des "investissements audacieux" selon les termes de Jean-Philippe Puig.

Avril va prioriser son développement autour de quatre marchés à fort potentiel dont celui des biocarburants et des protéines végétales. Le groupe vient ainsi d’annoncer la construction d’une unité de production consacrée aux protéines végétales de colza à Dieppe (Seine-Maritime). 45 millions d’euros ont été investis avec son partenaire néerlandais Royal DSM. Les deux groupes ont décidé de créer une société dédiée baptisée Prolein.

"Notre investissement commun prend tout son sens dans le contexte des nouvelles attentes des consommateurs, et de la volonté de la France de tendre vers la souveraineté protéinique. Nous poursuivons notre mission, en assurant à l’ensemble de la filière colza des débouchés innovants et plus rémunérateurs", résume Paul-Joël, Président de Prolein et direction innovation et RSE du groupe Avril. 

Marina Fabre, @fabre_marina


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Levage vache agriculture MattKay istock

Les 20 plus grosses entreprises de viande et du lait émettent autant de CO2 que l'Allemagne

932 millions de tonnes de CO2. Cela correspond aux émissions des vingt plus grosses entreprises mondiales de la viande et du lait, sur une année seulement. L'industrie, sous pression des ONG et des investisseurs, tente de montrer patte verte mais face à l'augmentation de la consommation, difficile...

Agriculture changement climatique JEANNE MERCIER HANS LUCAS HANS LUCAS VIA AFP

2021, un avant-goût amer du changement climatique pour l’agriculture française

Épisodes dramatiques de gel sur les vignes, inondations qui retardent la moisson du blé, incendies qui ravagent les cultures... L'année agricole 2021 se place sous le signe du changement climatique. Entre une baisse des rendements et de la qualité, les agriculteurs français entrevoient les effets de...

Vigne vigoble raisin CCO

La filière viticole française présente une feuille de route pour s’adapter au réchauffement climatique

Vendanges plus précoces, degré alcoolémique plus élevé, plu grande acidité du raisin… le réchauffement climatique a déjà des conséquences concrètes sur la production de vin français. Pour en préserver la qualité et le rendement, les organisations professionnelles de la filière viticole ont présenté...

Ble dur climat meteo TatianaBuzmakova

Le climat extrême de l’été 2021 pourrait conduire à des pénuries de pâtes alimentaires

Entre les chaleurs extrêmes et les inondations monstres, les récoltes en France et dans le monde ont été considérablement affectées. À tel point que des manques et des baisses de qualité sont attendus dès cette année. Et dans les années à venir, à la faveur du changement climatique, la situation...