Publié le 15 décembre 2019

ENVIRONNEMENT

[Bonne nouvelle] L'Union européenne interdit le chlorpyrifos, pesticide dangereux très controversé

C'est une nouvelle saluée par les associations environnementales. Les États membres de l'Union européenne ont décidé de ne pas renouveler la licence du chlorpyrifos qui prend fin le 31 janvier 2020. Ce pesticide a fait l'objet de plusieurs études qui ont révélé sa nocivité sur le cerveau des fœtus et des jeunes enfants. Huit pays européens l'ont déjà interdit sur leur territoire. Dans l'Hexagone, l'interdiction est partielle, mais les citoyens mangent beaucoup de produits agricoles importés qui contiennent des résidus de cet insecticide. 

Chlorpyrifos pesticide interdit dans union europeenne
La licence de ce pesticide, interdit depuis 2016 en France dans les cultures fruits et légumes à l’exception de l’épinard, arrive à échéance dans l’Union européenne.
CC0

La Commission européenne a-t-elle tiré les leçons du fiasco provoqué par la réautorisation du glyphosate en 2017 ? Vendredi 6 décembre, les États membres de l’Union européenne ont décidé de ne pas renouveler l’autorisation de mise sur le marché du chlorpyrifos et du chlorpyrifos-méthyl, deux pesticides très controversés. Cette décision sera appliquée dès le 31 janvier 2020 avec un sursis de trois mois pour permettre d’éliminer les stocks.

Aujourd’hui, en France, l’interdiction du chlorpyrifos est partielle. Elle concerne les cultures de fruits et légumes mais l’enrobage des semences d’épinards est autorisé. Malgré cette restriction dans l’Hexagone, les Français peuvent encore trouver des résidus de ce pesticide dans leurs assiettes, notamment dans les oranges, les pommes ou les laitues qui sont importées. Une étude de l’Alliance pour la santé et l’environnement (HEAL) estime que ce pesticide fait partie des 15 principales substances actives les plus fréquemment trouvées dans les fruits et légumes en Europe alors même que huit pays européens ne l’autorisent plus dans le cadre d’un usage agricole. 

Un pesticide nocif pour le cerveau des fœtus et des jeunes enfants

Ces interdictions sont motivées par la nocivité du chlorpyrifos sur le cerveau du fœtus et des jeunes enfants. Selon une étude réalisée par un groupe de chercheurs internationaux publiée en 2015 dans la revue Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism, la famille de pesticides à laquelle appartient le chlorpyrifos ferait perdre en moyenne 2,5 points de quotient intellectuel (QI) à chaque enfant européen.

"De nombreuses études ont montré que le chlorpyrifos était un perturbateur du système endocrinien (EDC), mais qu’il était également associé à des troubles métaboliques, à des cancers du sein et du poumon et à l’infertilité masculine", ajoute l’association Générations Futures. "Il a été démontré que l’exposition au chlorpyrifos endommage l’ADN."

L'échec du lobbying des fabricants 

C’est le géant Dow, devenu Corteva depuis sa fusion avec DuPont, qui est à l’origine de ce pesticide commercialisé depuis 1965. Le Monde a relaté l’opération de lobbying orchestré par Corteva et ses compères à Bruxelles pour un renouvellement du chlorpyrifos, qui a finalement échoué.

"Aujourd'hui, nous félicitons la Commission et les États membres d'avoir placé la santé humaine, en particulier celle de nos enfants, au-dessus des intérêts de l'industrie et du profit privé", a déclaré Angeliki Lyssimachou, responsable de la politique scientifique du PAN (Pesticide Action Network). "Il a fallu une quantité écrasante de preuves - montrant que les insecticides chlorpyrifos peuvent provoquer une toxicité cérébrale chez les enfants - pour que la Commission européenne propose une interdiction".

Marina Fabre, @fabre_marina


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Intoxication de l'agriculteur Paul François : Monsanto définitivement condamné après 13 ans de combat

C'est une décision qui marque la fin de plus de 13 ans de combat. La Cour de cassation vient définitivement de condamner Monsanto dans l'affaire l'opposant à l'agriculteur Paul François. Ce dernier, intoxiqué depuis 2004 après avoir inhalé les vapeurs de l'herbicide Lasso commercialisé par le géant...

Agriculture PAC

Les États européens font un premier pas vers une PAC plus verte pour orienter l'agriculture de demain

Après de longues heures de négociations, les ministres de l'Agriculture européens ont trouvé un accord sur la réforme de la PAC. Elle doit guider l'agriculture européenne pour les sept prochaines années. 20 % des aides directes seront conditionnées à des critères environnementaux et climatiques....

Betterave sucriere

Betteraves : Les députés réautorisent les néonicotinoïdes pour sauver une filière à l'avenir incertain

La filière betterave est soulagée. Elle pourra continuer à utiliser des néonicotinoïdes pour faire face à la jaunisse qui ravage les cultures. C'est ce qu'ont décidé les députés dans la nuit du 5 octobre. Reste que la crise que traverse la filière va bien au-delà du virus auquel elle fait face. Avec...

Betterave neonicotinoides pixabay 01

L’Assemblée nationale doit trancher sur la réautorisation des néonicotinoïdes sur les betteraves

C'est un sujet particulièrement explosif dont vont débattre les députés aujourd'hui. L'Assemblée va se pencher sur la réautorisation temporaire des néonicotinoïdes sur les betteraves. Les députés, divisés, devront à la fois satisfaire la filière, ravagée par la jaunisse et une perte de rendements...