Publié le 30 janvier 2023

ÉNERGIE

Interdiction à la location des passoires thermiques : pourquoi ça ne suffira pas à booster la rénovation énergétique des bâtiments

Depuis le 1er janvier, les passoires thermiques les plus énergivores ne peuvent plus être mises à la location. L'objectif est de booster la rénovation énergétique des bâtiments, un dossier qui patine depuis une quinzaine d'années, chaque acteur se renvoyant la balle. Cette nouvelle mesure est très décriée. Elle est pourtant loin d'être suffisante pour insuffler un véritable élan. 

Renovation thermique CCO
En 2022, 670 000 rénovations énergétiques ont été réalisées, 3,1 milliards d’euros d’aides attribués, mais seules 66 000 rénovations globales ont été comptabilisées.
CCO

Depuis le 1er janvier 2023, les logements les plus énergivores, dont la consommation d'énergie dépasse les 450 kWh/m2 (logements G), ne pourront plus être proposés à la location. Cela devrait concerner 90 000 logements. Progressivement, cette interdiction va s’étendre à l’ensemble des passoires thermiques, environ 5 millions de logements. De quoi dynamiser enfin la rénovation énergétique des bâtiments et atteindre nos objectifs ? En théorie oui, mais sur le terrain, comme à chaque changement majeur, la colère monte.

Seuils de consommation énergétique pour un logement @CC0

Seuils de consommation énergétique pour un logement, en kilowattheures par m2 et par an.

"Comment transformer une bonne idée en catastrophe industrielle ? Le calendrier est intenable", lance à Novethic Christophe Demerson, le président de l’Union nationale des propriétaires immobiliers (UNPI), inquiet des nombreux biens qui vont être retirés du marché locatif. Et d’énumérer "le manque de fiabilité" du Diagnostic de performance énergétique (DPE), pourtant récemment réformé, "les pénuries de matériaux, l’explosion de leurs prix ou encore l’indisponibilité des artisans". Du côté des professionnels du bâtiment, on met aussi en avant la complexité des démarches pour obtenir les agréments et les aides.

Des exceptions pour les logements pas isolables

"Tout le monde à son niveau a raison, mais cela fait quinze ans que nous faisons du surplace en matière de rénovation énergétique et les justifications sont toujours les mêmes. Si nous avions respecté les objectifs du Grenelle de l’environnement de 2008, nous aurions pu totalement nous passer de gaz russe dès 2020", rappelle auprès de Novethic Andreas Rüdinger, chercheur associé à l'IDDRI, spécialisé dans les politiques énergétiques et climatiques et auteur d’une étude sur le sujet, publiée en mai 2022. 

Des rapports qui se suivent et se ressemblent. Cour des comptes, Assemblée nationale, Comité d’évaluation du Plan France Relance… tous déplorent l’échec des politiques publiques en matière de rénovation énergétique. Car celles-ci continuent de privilégier les mono-gestes aux rénovations globales, et changent les règles du jeu tous les ans, voire tous les six mois pour Ma Prime Rénov’, dernier dispositif à avoir vu le jour. Selon les dernières données, en 2022, 670 000 rénovations énergétiques ont été réalisées, 3,1 milliards d’euros d’aides attribués, mais seules 66 000 rénovations globales ont été comptabilisées.

"Aujourd’hui, nous devons bouger, l’échéancier mis en place sur les passoires thermiques est donc très important sinon on n’y arrivera jamais. Par contre, il faut reconnaître qu’on ne pourra pas tout isoler, notamment les petites surfaces dans les immeubles haussmanniens qui ne peuvent pas être isolées par l’extérieur. Pour ces cas-là, il faut créer des exceptions", propose Thierry Marchand, diagnostiqueur DPE en Bretagne, interrogé par Novethic.

Créer un choc de la demande

Reste que l’interdiction progressive des passoires thermiques à la location n’est que symbolique puisque, pour les logements occupés, c’est au locataire d'engager la démarche pour obliger son propriétaire à faire des travaux. Or, dans un marché très tendu, en particulier dans les grandes villes, sur les petites surfaces, qui sont souvent les plus mal isolées, il y a peu de chances que le locataire se retourne contre son propriétaire. "C’est surtout un signal pour ceux qui voudraient investir et qui vont éviter de prendre des logements mal notés', commente Andreas Ruddinger.

Pour le chercheur, si cette mesure est toutefois utile, il faut qu’elle soit accompagnée d’une feuille de route opérationnelle à court terme qui déclinerait les objectifs globaux en termes d’aides, de formations d'artisans, etc… année par année. "Et il faut surtout un choc de la demande afin de créer un marché qui n’existe pas comme on l’a fait pour le solaire. Il ne faut pas hésiter à débloquer des aides très importantes au début, y compris pour les ménages les plus riches, ceux qui ont les capacités de faire des travaux, pour envoyer un signal fort à la filière et accepter les effets d'aubaine", explique-t-il.

Ce n’est pas la voie choisie par le gouvernement. En novembre dernier, il avait écarté deux amendements votés par les députés pour débloquer près de 12 milliards d'euros en faveur de la rénovation thermique des logements. "On ne peut pas multiplier par sept, du jour au lendemain, les travaux de rénovation thermique", avait déclaré la Première ministre Elisabeth Borne. Le Budget 2023 a pourtant trouvé 45 milliards d’euros pour le bouclier tarifaire, qui s’applique sans distinction de revenus et de consommation à tous les Français, contre 2,5 milliards d’euros pour Ma Prime Rénov’, soit 18 fois moins.               

Concepcion Alvarez @conce1


© 2023 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Transition énergetique

La transition énergétique désigne le passage de l’utilisation massive d’énergies fossiles, épuisables et émettrices de gaz à effet de serre (pétrole, charbon, gaz), vers un bouquet énergétique donnant la part belle aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique.

Transition energetique nucleaire renouvelable solaire eolien vencavolrab istock

La France publie sa stratégie pour sortir des énergies fossiles d’ici 2050, une "révolution industrielle"

Les grands axes étaient connus, mais le document était particulièrement attendu. Le gouvernement met en consultation à partir de ce mercredi 22 novembre sa stratégie pour l'énergie et le climat (SFEC). Celle-ci doit déboucher en 2024, avec un an de retard, sur une loi de programmation (LPEC)...

Pompe a chaleur istock welcomia

Un million de pompes à chaleur en 2027 : un objectif inutile sans un plan massif de rénovation des bâtiments

Les pompes à chaleur, solution miracle pour verdir nos bâtiments ? Ce mode de chauffage bas-carbone vanté par Emmanuel Macron fait en effet partie de la palette d'outils à développer pour réduire nos émissions de gaz à effet de serre, mais il présente aussi toute une série de limites à commencer par...

Shell neutralite carbone 2050 01

Les salariés de Shell se rebellent contre le recul environnemental du pétrolier

C'est la révolte en interne. Plusieurs salariés ont contesté dans une lettre ouverte le rétropédalage de Shell sur sa politique environnementale. En juin dernier, le PDG avait annoncé renoncer à baisser sa production de pétrole pour miser sur la rentabilité. Des employés, dont un trader, avaient...

Passoires thermiques isolation istock

Report de l'interdiction de louer des passoires thermiques : "La transition écologique nécessite de garder le cap"

C'est un rétropédalage en bonne et due forme. Dans une interview au Parisien, le ministre de l'Économie Bruno Le Maire a émis l'hypothèse d'un recul de l'interdiction de la location des passoires thermiques. Pour les associations de la lutte contre la précarité énergétique, c'est la douche froide.