Publié le 07 décembre 2018

ÉNERGIE

Les ménages sont les premiers contributeurs financiers de la transition énergétique devant les pouvoirs publics

La colère des gilets jaunes a mis sur le devant de la scène l’injustice ressentie devant leur contribution fiscale et financière, notamment à la transition énergétique. Une étude, publiée par I4CE, met de fait en lumière que les ménages sont les premiers porteurs de projets concernant les bâtiments et les transports principalement.

Renovation energetique financement menage istock Andreas Steidlinger
Les ménages sont les principaux porteurs de projets de transition énergétique, notamment du fait des travaux liés à leur logement.
@Andreas Steidlinger

Avec 16,6 milliards d’euros dépensés en 2017, les ménages sont les principaux porteurs de projets de la transition énergétique. Ils réalisent 40 % des investissements dans la construction de logements bas carbone, la rénovation énergique de l’habitat ou, dans une moindre mesure, dans l’achat de véhicules. Ils devancent ainsi les entreprises (10,5 milliards) et les porteurs de projets publics (État, collectivités, bailleurs sociaux et gestionnaires d’infrastructures) qui cumulent 14,1 milliards d’euros. Et leur part augmente depuis 2014.

Ces chiffres sont issus de la dernière édition du Panorama des financements climats (1) réalisé depuis trois ans par le think tank I4CE. Ils ont été présentés le 29 novembre à l’assemblée nationale, à l’initiative du nouveau collectif parlementaire transpartisan "Accélerons", dédié à la transition énergétique. Ils donnent un éclairage sur le mouvement des gilets jaunes.

Les projets des ménages financés en grande partie sur fonds propres

Pour financer ces projets, les ménages se financent en grande partie sur leurs fonds propres (7,7 milliards), plus que par crédits bancaires, subventions publiques ou crédits d’impôts. Cette part importante des ménages dans le financement de la transition énergétique est "frappante" selon le député (Modem, Finistère) Erwan Balanant. Qui appelle à une plus grande mobilisation de l’État, les collectivités et les banques et plus généralement les acteurs de proximité sur le financement de la transition énergétique.

Menages principaux porteurs de projets

Les pouvoirs publics "interviennent de plus en plus dans le financement des investissements climat", souligne pourtant les auteurs du panorama. Ils aident notamment les ménages via des subventions, de prêts à taux préférentiels via les banques publiques ou des dispositifs comme les certificats d'énergie et l'éco-PTZ proposé par les banques commerciales.

Mais l'État entend impliquer davantage les acteurs privés. Fin novembre, le ministre de la Transition écologique et solidaire, François de Rugy, annonçait vouloir réunir les acteurs du bâtiment et de l’énergie, avec les banques, pour élaborer des "packages" permettant de mieux financer la rénovation des habitations. Et les banques elles-mêmes annonçaient travailler à une amélioration de leurs offres de crédits pour favoriser le financement des véhicules verts, un objectif mis en avant par Emmanuel Macron dans son discours sur le programme énergétique du pays.

Repenser le financement

Reste la question la question de la fiscalité écologique. Elle n’est pas en soi à bannir. Mais elle ne pourra être acceptée et acceptable que si elle est accompagnée de mesures pour les plus modestes. La colère des gilets jaunes montre d'ailleurs à quel point il y a urgence à repenser ce modèle pour le rendre plus juste et équilibrée.

D’autant plus que ce financement reste largement insuffisant face à l’ampleur du défi climatique. Selon I4CE, il manque actuellement chaque année entre 10 et 40 milliards d’euros pour financer la transition française… Alors que les investissements climat réalisés sont estimés à 40 milliards d’euros par an, près de "70 milliards d’euros sont investis annuellement dans des véhicules (souvent) ou des chaudières (parfois) qui consomment trop d’énergies fossiles", relève le panorama des financements.

Béatrice Héraud @beatriceheraud

(1)    Panorama des financements climat, édition 2018, I4CE 


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Transition énergetique

La transition énergétique désigne le passage de l’utilisation massive d’énergies fossiles, épuisables et émettrices de gaz à effet de serre (pétrole, charbon, gaz), vers un bouquet énergétique donnant la part belle aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique.

Eoliennes petrole transition energetique pixabay

Climat : Oxfam appelle le gouvernement à contraindre les banques à se désengager des énergies fossiles

L'ONG Oxfam appelle le gouvernement à prendre des mesures contraignant les banques à ne plus investir dans les énergies fossiles (charbon, pétrole, gaz) pour respecter l'Accord de Paris sur le climat. Selon l’ONG, sur la période 2016-2017, les six plus grandes banques françaises ont consacré la...

Mine de charbon McArthur australie BHPBilliton BHP

La plus grande entreprise minière au monde BHP va tourner le dos au charbon

Le charbon est loin d’être mort mais il perd de plus en plus d’alliés. Après les investisseurs qui s’éloignent de ce secteur, ce sont désormais les entreprises minières qui montrent leur désamour. À la suite de Rio Tinto et Glencore, c’est au tour de BHP d’annoncer une stratégie de retrait du...

Turbine gaz a Belfort general Electric SebastienBozon AFP

GE met les suppressions d’emplois annoncées en France sur le dos d’une transition énergétique mal anticipée

Les difficultés globales rencontrées par GE pèsent lourdement sur la France. Confronté à un marché énergétique qui s’est montré peu favorable au gaz, le groupe continue de couper dans ses capacités de production, en particulier à Belfort. Pour le PDG, il s’agit de s’adapter sa production à la...

La sortie du charbon va couter 40 milliards d euros a l allemagne

L'Allemagne va débourser 40 milliards d'euros pour accompagner socialement sa transition énergétique

40 milliards d’euros. C’est le prix à payer pour reconvertir les quatre principales régions allemandes dépendantes des mines et centrales à charbon, le gouvernement souhaitant abandonner cette énergie polluante d'ici 2038. Et l’enjeu est de taille, il s’agit de "créer de nouveaux empois avant que...