Publié le 20 mars 2020

ÉNERGIE

[Coronavirus, le jour d’après] Faire redécoller le secteur aérien avec des ailes plus vertes

De nombreuses compagnies aériennes vont faire faillite ou s’en approcher de très près. Elles sont mises à genoux par la crise du coronavirus. Le secteur appelle à des aides d'État pour être sauvé. Pour beaucoup, ces aides doivent être données en contrepartie d'un virage environnemental une fois la crise passée. Toute la semaine, Novethic se penche sur la fragilité de nos modèles économiques, secteur par secteur, mis en lumière par la crise sanitaire actuelle. 

Toutes les compagnies aériennes européennes ont vu baisser leurs activités de 70 à 90 %.
DR

Il y a encore quelques mois, le secteur aérien était visé par un vaste mouvement écologique. Il s’agissait du Flygskam, "la honte de prendre l’avion"  en raison de ses émissions de CO2. Le secteur avait taché de convaincre de sa vertu, et au final avait plutôt bien résisté à ces attaques. Aujourd’hui la filière fait face à une nouvelle crise, beaucoup plus brutale, qui réussit là où les militants "anti-avion" ont échoué.

De tous les secteurs économiques, l’aérien est l’un des plus touchés par le Covid-19. Peu à peu toutes les frontières se sont fermées, partout. Lors de ses résultats annuels le 19 mars, le Président de l’allemand Lufthansa, Carsten Spohr, décrit : "Depuis quelques jours, plus personne ne veut prendre l'avion. Depuis quelques jours, plus personne n'a le droit de prendre l'avion". En conséquence, 80 % de son personnel est au chômage.

Ryanair et Easyjet ont diminué leur vol de 70 à 90 %. Les deux géants du secteur, American Airlines et Delta Airlines, ont déjà diminué leur activité de 20 à 30 % et la situation va s’aggraver avec l’essor du virus aux États-Unis. Du côté d’Air France-KLM, dont l’activité a chuté de 80 à 90 %, le gouvernement en est venu à évoquer une nationalisation de l’entreprise. Mais l’opération complexe et qui ne changera pas le problème pourrait plutôt laisser place à des aides publiques directes, exceptionnellement autorisées par l’Union européenne.

Pire que le 11 septembre

Le coronavirus est "une crise d'une ampleur mondiale comme nous n'en avons jamais connue (…) pire qu'après le 11 Septembre", déplore Alex Cruz, Président de British Airways. "Plus la crise dure, moins il est probable que l’avenir de l’aviation puisse être garanti sans aides publiques", prévient Carsten Spohr. Selon l'Association internationale du transport aérien (IATA), il faudra 200 milliards de dollars aux transporteurs pour s'en sortir, précise l’IATA.

Ces aides seront indispensables, mais des voix s’élèvent pour qu’il ne s’agisse pas d’un chèque en blanc. "L'industrie aéronautique emploie des dizaines de milliers de personnes à travers l'UE, et le soutien financier doit être priorisé pour (soutenir ces) emplois en danger", explique l’influente ONG européenne Transport & Environnement (T&E). Elle ajoute : "Mais les aides d'État aux compagnies aériennes ne devraient être approuvées que si les pays s'assurent que (les compagnies) commenceront plus tard à payer des impôts ".

En effet, les transporteurs aériens sont entre autres exonérés de la taxe sur les carburants en Europe, un manque à gagner de 27 milliards d’euros selon l’ONG. Andrew Murphy, directeur de l'aviation chez T&E, lance un appel : "Les compagnies aériennes appelant au soutien du public en période de crise devraient accepter de payer leurs impôts dans les temps sereins". De plus, "les États devraient également exiger que les compagnies aériennes commencent à utiliser des carburants à faible émission de carbone. L'argent public doit soutenir les technologies du futur et ne pas renforcer les erreurs du passé", ajoute-t-il.

8 % de la consommation

Le Président de l’Agence International de l’énergie a très précocement alerté sur l’impact de la crise du Coronavirus sur la transition énergétique. Il juge que la situation actuelle ne doit pas faire oublier la crise climatique profonde. "Je parle avec plusieurs gouvernements et dirigeants d'institutions financières internationales parce qu'ils sont tous occupés à concevoir des programmes de relance pour l'économie (…) je leur dis que nous pouvons utiliser la situation actuelle pour renforcer notre ambition de lutter contre le changement climatique".

Aussi, il rappelle que "l'aviation représente 1 % de l'économie mondiale, mais elle représente 8 % de la consommation mondiale de pétrole". "Je comprends que lorsque je parle aux gouvernements, ils sont très préoccupés par la crise économique actuelle", dit-il. Mais il insiste sur la nécessité de garder l'œil rivé sur le coup d'après, pour bien prendre en compte le changement climatique.

Ludovic Dupin @LudovicDupin


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Transition énergetique

La transition énergétique désigne le passage de l’utilisation massive d’énergies fossiles, épuisables et émettrices de gaz à effet de serre (pétrole, charbon, gaz), vers un bouquet énergétique donnant la part belle aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique.

Bill Gates Breakthrough Energy CCO

Bill Gates déroule son plan pour réduire à zéro les émissions de gaz à effet de serre

Il reste optimiste. Mais dans son nouveau livre "Climat : comment éviter un désastre", le fondateur de Microsoft s’inquiète de l’immense marche à franchir pour réduire nos émissions de gaz à effet de serre à zéro. Pragmatique, Bill Gates propose une feuille de route pour lutter contre le...

Pour la première fois, en 2020, le monde a plus investi dans les énergies vertes que dans les fossiles

Cela pourrait ressembler à un point de bascule. Tandis que les énergies renouvelables ont dépassé les 500 milliards de dollars d’investissements en 2020, ceux dans la production de pétrole et de gaz se sont effondrés à moins de 400 milliards de dollars. C’est la première fois que les premiers...

Transition energetique tirelire traite charte energie recours investisseurs istock

La France appelle l’Union européenne à sortir du Traité sur la charte de l’énergie, un texte à haut risque pour la transition

La France appelle l'Union européenne à envisager une sortie du Traité sur la charte de l'énergie (TCE) d'ici la fin de l'année, si le processus de modernisation du texte n'aboutit pas. L'accord, signé en 1994 par l'Europe et les pays de l'ancien bloc soviétique, donne aux investisseurs la...

Kstar Coree du sud fusion nucleaire NationalFusionResearch Institute

[Science] La Corée du Sud fait un pas de géant vers la fusion nucléaire

La fusion nucléaire est un Graal énergétique. Produire une énergie massive et propre, à partir d’une matière première illimitée. Mais cela demande de maintenir en place un nuage de particules, un plasma, à plus de 100 millions de degrés. Alors que le précédent record se limitait à huit secondes, des...