Publié le 04 novembre 2019

ÉNERGIE

La voiture électrique vendue au même prix que son équivalent thermique d'ici 2024

Comment booster les ventes de voitures électriques ? Cette question va peut-être bientôt être réglée grâce à la baisse des coûts de production des batteries. Les spécialistes du cabinet AlixPartners prédisent en effet que leur prix sera équivalent à ceux d'un moteur thermique d'ici 2024, passant sous la barre des 100 dollars du kilowattheure.  

Voiture electrique nouvelle zoe renault
Le constructeur automobile Renault vient de sortir la 3e génération de sa Zoé, le modèle électrique le plus vendu en Europe.
@Jean-Brice Lemal / Renault

D’ici cinq ans, acheter une voiture électrique sera – presque – devenu accessible. Selon une étude du cabinet de conseil AlixPartners, publiée à la rentrée, les prix d’un véhicule électrique seront en effet très proches de ceux d’un modèle thermique. En cause, la baisse des coûts de production des batteries, qui représentent actuellement un tiers du prix.

Les experts estiment que grâce aux effets d’échelle et à l’amélioration des technologies, leur coût passera sous la barre des 100 dollars le kilowattheure (kWh) en 2024 contre 140 dollars aujourd’hui, soit une baisse de 35 % en moyenne. Ce seuil rendra la propulsion électrique comparable à la propulsion thermique, permettant de lever l’un des principaux freins à leur développement.

40 % du marché en 2030

"Le pari électrique se joue maintenant, avec le lancement de très nombreux véhicules, particulièrement en Chine et en Europe. Les questions liées aux batteries électriques sont donc cruciales pour le développement de ce type de véhicules : la domination chinoise, les enjeux liés à la charge rapide et à la taille des batteries sont incontournables pour le développement de ce marché", explique Laurent Petizon, du cabinet AlixPartners.

Les constructeurs automobiles mondiaux se sont ainsi engagés à investir 200 milliards de dollars dans l'électrification de leur gamme d’ici 2024. Selon les prévisions des spécialistes, l’électrique pourrait représenter 19 % du marché européen en 2025, et 40 % en 2030 contre moins de 3 % aujourd’hui. Reste toutefois une inconnue : celle du prix des matières premières comme le cobalt, le nickel ou le lithium.

30 000 bornes de recharge en France

La question des infrastructures de recharge est également mise sur la table, notamment par l'association des constructeurs européens (ACEA) et de l’ONG Tranport & Environment. Ils viennent d’interpeller les autorités européennes sur la nécessité de faciliter l'installation de bornes, et leur financement. "Il y a moins de 30 000 points de charge publics aujourd’hui en France, détaille Christian Peugeot, président du Comité des Constructeurs Français d’Automobiles (CCFA). Au rythme actuel, nous ne serons pas à 100 000 en 2022."

En attendant, le gouvernement vient de lancer avec l’Avere (Association nationale pour le développement de la voiture électrique) un portail internet "Je-roule-en-électrique.fr" afin d’impulser le changement. Les utilisateurs sont invités à répondre à un questionnaire et sont aiguillés vers plusieurs modèles de voitures électriques correspondant à leurs usages.

Concepcion Alvarez @conce1


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Mobilité durable

Le secteur des transports est le principal émetteur de CO2 en France. Pour limiter ce type de nuisance, la mobilité durable favorise l’éco mobilité avec les transports doux (vélo, marche à pied, transport fluvial ou ferroviaire) et le recours aux transports en commun sous toutes les formes (covoiturage, auto-partage, etc.)

Fret ferroviaire relance

Le gouvernement veut développer les "autoroutes ferroviaires" pour favoriser le fret

Le Premier ministre a posé ce lundi 27 juillet les jalons du plan de relance dédié au fret ferroviaire. Jean Castex a ainsi annoncé le développement de trois autoroutes ferroviaires, la gratuité des péages ou encore la relance du train des primeurs Perpignan-Rungis. 20 000 poids lourds pourraient...

Train la relance ne fait attendre

Le transport ferroviaire, devenu un symbole de la transition écologique, attend toujours son plan de relance

Alors que le train signe un retour en grâce porté par la prise de conscience écologique, l'État n'a toujours pas apporté un plan de soutien au secteur, durement touché par la crise. La nouvelle ministre, Barbara Pompili, a assuré qu'un "grand plan de relance pour le ferroviaire" était en...

Rue de rivoli

[Bonne nouvelle] Certaines coronapistes vont pouvoir être pérennisées pour favoriser la mobilité à vélo

C'est une bonne nouvelle pour ceux qui ont pris goût au vélo à la sortie du confinement et pour les cyclistes en général. Le gouvernement a annoncé le lancement d'un appel à projets pour soutenir les collectivités qui voudraient rendre pérennes leurs coronapistes. Celles-ci ont été installées de...

Velotaf mairie de paris

[Bonne nouvelle] La France triple le budget du plan vélo en raison de son succès pendant le déconfinement

Face au succès du vélo depuis le déconfinement, la ministre de la Transition écologique Elisabeth Borne a annoncé le triplement du budget du plan vélo passant de 20 à 60 millions d'euros. Elle ambitionne de faire de la France une "nation du vélo". Pour célébrer cette nouvelle dynamique elle...