Publié le 18 février 2020

ÉNERGIE

En rachetant Bombardier, Alstom peut-il vraiment devenir un champion de la mobilité durable ?

Après avoir voulu fusionner avec Siemens, Alstom vient de signer un protocole d’accord pour racheter Bombardier Transport et ainsi devenir le numéro 2 mondial du train. Si son PDG, Henri Poupart-Lagarde, vante un moyen de devenir un champion de la mobilité durable, les syndicats craignent des suppressions de postes. Surtout, la Commission européenne pourrait faire dérailler le projet en dénonçant une situation de monopole.

Coradia Continental Alstom DesignStyling
Bombardier, en difficultés financières, compte affecter le produit de la vente à la réduction de sa dette, qui s'élevait fin 2019 à 9,3 milliards de dollars.
CC0

La création d’un géant du rail pour booster la mobilité durable

C’est un moment "historique" selon les mots du PDG d’Alstom, Henri Poupart-Lagarde. Le constructeur ferroviaire français vient en effet de signer un protocole d’accord pour racheter Bombardier Transport, la branche ferroviaire du conglomérat canadien. La facture, qui doit atteindre six milliards d’euros, va permettre de créer un géant mondial du train. "Cette acquisition renforcera (…) notre capacité à répondre à la demande toujours plus importante de solutions de mobilité durable", a commenté le PDG d'Alstom qui met en avant la bonne croissance du ferroviaire en Europe. Des chiffres qui "vont être amplifiés via le Green deal", croit-il sur les ondes de France Inter. Les deux entreprises travaillent déjà sur des gros chantiers comme celui du renouvellement des métros à Paris et le changement de 410 rames au total.

Une fusion qui pourrait dérailler au nom de la concurrence

Avec un chiffre d'affaires cumulé de plus de 15 milliards d'euros et un carnet de commandes dépassant les 75 milliards, un mariage Alstom-Bombardier doit créer un groupe puissant pour affronter le mastodonte chinois CRRC. Les ventes de ce dernier dépassaient 28 milliards d'euros en 2018. Mais Alstom doit encore recevoir l’approbation de la Commission européenne. Or, en février 2019, cette dernière a bloqué la fusion Siemens-Alstom estimant qu’elle générerait une position trop dominante en Europe dans la signalisation ferroviaire et les trains à grande vitesse. Si le PDG d’Alstom s’est dit confiant, la vice-présidente de la Commission, Margrete Vestager a indiqué qu’elle ne voulait pas de champions industriels "chouchoutés par l’Europe". Le ministre de l’Économie Bruno Le Maire s’est entretenu avec elle ce 18 février dans la matinée.

 

Un risque social non négligeable

C’est une crainte très forte chez les syndicats. Le rachat de Bombardier Transport par Alstom va-t-il menacer les emplois des usines en France ? "Il n'y a pas du tout d'idée de restructurations ou de menace sur l'emploi dans cette acquisition, bien au contraire", a assuré Henri Poupart-Lafarge à des journalistes. "Ce n'est pas une fusion défensive dans laquelle nous essaierions de gagner des synergies de coûts par des restructurations, c'est une fusion offensive dans un marché en croissance", a-t-il souligné. Un argument qui ne rassure pas les syndicats qui craignent des doublons et de possibles suppressions de postes. Comme l’indique France Bleu, à Valenciennes par exemple, deux usines Alstom et Bombardier fabriquent le même produit, du matériel roulant. "Après une fusion ou un rachat, on redoute forcément une restructuration. Et ça passe forcément par des réductions d’effectifs", indique à la radio Gilles Buhler, délégué CFDT à l’usine Alstom d’Ornans. 

Marina Fabre, @fabre_marina avec AFP


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Mobilité durable

Le secteur des transports est le principal émetteur de CO2 en France. Pour limiter ce type de nuisance, la mobilité durable favorise l’éco mobilité avec les transports doux (vélo, marche à pied, transport fluvial ou ferroviaire) et le recours aux transports en commun sous toutes les formes (covoiturage, auto-partage, etc.)

Velotaf mairie de paris

[Bonne nouvelle] La France triple le budget du plan vélo en raison de son succès pendant le déconfinement

Face au succès du vélo depuis le déconfinement, la ministre de la Transition écologique Elisabeth Borne a annoncé le triplement du budget du plan vélo passant de 20 à 60 millions d'euros. Elle ambitionne de faire de la France une "nation du vélo". Pour célébrer cette nouvelle dynamique elle...

Emmanuel Macron Automibile Valeo LudovicMatin AFP

Le pari à huit milliards d’euros d’Emmanuel Macron pour sauver la filière auto en grand danger

Passer d’un modèle mondialisé à flux tendu de véhicules thermiques à bas coût, vers un modèle relocalisé de véhicules électriques et hybrides à haute valeur ajoutée… Tel est le plan d’Emmanuel Macron pour sauver la filière automobile française mise à mal par la crise du Covid-19, mais aussi par sa...

Velo mairie de paris

Vélo, covoiturage, trottinette… Les entreprises sont invitées à verser un forfait mobilités durables à leurs salariés

Pour éviter la congestion routière et la pollution de l'air liée aux voitures, les entreprises peuvent inciter leurs salariés à utiliser des modes de transports durables comme le vélo, la trottinette ou encore le covoiturage. Pour cela, elles ont la possibilité de mettre en place un "forfait...

Velo villes deconfinement

Le gouvernement mise sur le vélo pour la sortie du confinement avec un plan à 20 millions d'euros

Des pistes temporaires, un forfait réparation de 50 euros ou encore des formations gratuites : le gouvernement lance un plan vélo de 20 millions d'euros afin de mettre les Français en selle à la sortie du confinement. Le vélo constitue en effet une solution alternative à la voiture afin d'éviter à...