Publié le 17 janvier 2020

ÉNERGIE

Émissions de CO2 : les constructeurs automobiles européens exposés à des milliards d'euros d'amendes en 2020

C’est l’année fatale pour les constructeurs automobiles. Les émissions moyennes de CO2 des véhicules vendus en Union européenne ne peuvent plus dépasser les 95 grammes par kilomètre à partir de 2020, sous peine de fortes amendes. Sous l’effet conjugué des baisses de ventes de véhicules diesel et de l’engouement pour les SUV, presque aucun constructeur n’atteint l’objectif.

Voitures diesel pollution ssuaphoto istock
Les émissions moyennes de gaz a effet de serre ont progressé ces dernières années.
DR

L’année 2020 s’annonce rude pour les constructeurs automobiles. La réglementation européenne "Clean Air for Europe" leur impose une norme maximale d’émissions de 95 grammes de CO2 par kilomètre en moyenne, faute de quoi ils subiront de lourdes amendes. Un seuil que presqu’aucun constructeur présent sur le marché européen n’a encore réussi à atteindre.

Au contraire, même. Alors que les émissions moyennes des véhicules vendus en Union européenne ne cessaient de baisser jusqu’en 2016 pour atteindre 118 grammes de CO2/km, contre près de 180 grammes en 2000, elles ont entamé une nouvelle ascension à partir de 2017 à 120 grammes de CO2/km. La chute des ventes de véhicules diesels suite au Dieselgate (les moteurs diesel consommant moins de carburant, donc émettant moins de CO2) et l’appétit des automobilistes pour les SUV, plus lourds et plus consommateurs que les autres modèles, en sont la cause.

Sévères amendes en vue

Les constructeurs présents sur le marché européen risquent donc de devoir payer de sévères amendes en 2021, en fonction de leurs ventes de 2020. Le législateur prendra en compte les véhicules effectivement vendus et non les gammes proposées pour calculer ces émissions moyennes. Une précaution importante alors que les industriels ont tendance à promouvoir leurs plus gros véhicules, aux marges plus juteuses, plutôt que les petites citadines moins polluantes. Puis, pour chaque gramme de CO2 dépassant la limite autorisée, une amende de 95 euros par véhicule vendu sera infligée. Multipliée par le nombre de voitures vendues, l’addition grimpe vite. 

La firme américaine MSCI a fait les calculs en se basant sur la moyenne d’émissions entre 2015 et 2017. Ainsi, Volkswagen, qui dépasse de 26 grammes de CO2/km ses émissions autorisées, serait exposé à près de six milliards d’euros d’amendes. Renault, Fiat ou Ford à près de 2,5 milliards d’euros. Le groupe PSA (Peugeot-Citroën-Opel) à un peu moins de 1,5 milliard d’euros. Seul Toyota devrait passer entre les gouttes, du fait de son historique dans le véhicule hybride.

Les réactions des constructeurs automobiles, bien que tardive, sont là. Le groupe PSA, par exemple, prévoit de lancer des versions hybrides ou électriques de tous ses nouveaux modèles et atteindre une électrification de 100 % de sa gamme en 2025. Renault, de son côté, prévoit huit modèles électriques et 12 hybrides d’ici 2022.

Convaincre les acheteurs

En attendant, c’est l’automobiliste qu’il faudra convaincre. Les constructeurs l’ont mal habitué ces dernières années, à grands coups de campagnes promotionnelles pour des véhicules très consommateurs. Pour réduire les émissions moyennes de leurs ventes, les constructeurs vont devoir orienter une partie de leur clientèle vers des modèles électriques ou hybrides-rechargeables, dont les émissions moyennes sont bien inférieures à 95 grammes de CO2/km.

Selon une note du centre de recherche de la banque HSBC, la part des ventes de véhicules électriques et hybrides devrait atteindre entre 15 et 20 % des ventes totales pour permettre aux constructeurs d’atteindre les objectifs européens. Bonne nouvelle, la demande pour ces motorisations alternatives est en progression. Mais cette progression est lente… En 2019, la part de marché des véhicules hybrides et électriques n’était que de 9 %.

Arnaud Dumas, @ADumas5


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Le gouvernement lance l’assaut contre les grosses cylindrées

Alors que la polémique enfle sur l'impact environnemental des SUV, le gouvernement déplafonne le malus automobile et crée un supermalus. Celui-ci pourra atteindre jusqu'à 20 000 euros. Pour le WWF, cette mesure est avant tout symbolique. Par ailleurs, le bonus écologique sera réduit pour...

Les SUV sont les deuxièmes contributeurs à la hausse des émissions de CO2 devant les avions ou les navires

L'Agence internationale de l'énergie (AIE) alerte sur l'impact carbone des SUV. Les ventes de ces 4x4 urbains ont explosé depuis 2010 à tel point qu'ils sont les deuxièmes contributeurs à la hausse des émissions de CO2 ces dernières années, derrière le secteur de l'énergie mais devant les...

La voiture électrique vendue au même prix que son équivalent thermique d'ici 2024

Comment booster les ventes de voitures électriques ? Cette question va peut-être bientôt être réglée grâce à la baisse des coûts de production des batteries. Les spécialistes du cabinet AlixPartners prédisent en effet que leur prix sera équivalent à ceux d'un moteur thermique d'ici 2024,...

Les constructeurs automobiles avancent vers une économie bas carbone les deux pieds sur le frein

Peugeot et Renault font figure de bons élèves dans la transition vers des véhicules moins émetteurs. Mais l’étude de la World Benchmarking Alliance sur les constructeurs automobiles mondiaux montre une filière encore très en retard pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris. Les...

ÉNERGIE

Mobilité durable

Le secteur des transports est le principal émetteur de CO2 en France. Pour limiter ce type de nuisance, la mobilité durable favorise l’éco mobilité avec les transports doux (vélo, marche à pied, transport fluvial ou ferroviaire) et le recours aux transports en commun sous toutes les formes (covoiturage, auto-partage, etc.)

SUV diesel voitures polluantes Pixabay

Le gouvernement instaure un malus sur le poids des véhicules et exclut le diesel de la prime à la conversion

La confrontation durait depuis plusieurs semaines entre Bercy et le ministère de la Transition. Finalement, c'est le second qui aura eu raison sur deux mesures. La première est l'introduction d'un malus sur le poids des voitures, qui devrait (un peu) pénaliser les SUV. La seconde est la sortie des...

Fret ferroviaire relance

Le gouvernement veut développer les "autoroutes ferroviaires" pour favoriser le fret

Le Premier ministre a posé ce lundi 27 juillet les jalons du plan de relance dédié au fret ferroviaire. Jean Castex a ainsi annoncé le développement de trois autoroutes ferroviaires, la gratuité des péages ou encore la relance du train des primeurs Perpignan-Rungis. 20 000 poids lourds pourraient...

Train la relance ne fait attendre

Le transport ferroviaire, devenu un symbole de la transition écologique, attend toujours son plan de relance

Alors que le train signe un retour en grâce porté par la prise de conscience écologique, l'État n'a toujours pas apporté un plan de soutien au secteur, durement touché par la crise. La nouvelle ministre, Barbara Pompili, a assuré qu'un "grand plan de relance pour le ferroviaire" était en...

Rue de rivoli

[Bonne nouvelle] Certaines coronapistes vont pouvoir être pérennisées pour favoriser la mobilité à vélo

C'est une bonne nouvelle pour ceux qui ont pris goût au vélo à la sortie du confinement et pour les cyclistes en général. Le gouvernement a annoncé le lancement d'un appel à projets pour soutenir les collectivités qui voudraient rendre pérennes leurs coronapistes. Celles-ci ont été installées de...