Publié le 15 décembre 2017

ÉNERGIE

Désenclavement, plan vélo, Open data... Les premières pistes issues des Assises de la mobilité

Clap de fin pour les Assises de la mobilité. Cette grande concertation a permis de faire émerger plusieurs pistes en amont de la loi d’orientation des mobilités qui sera présentée en février prochain. Le désenclavement des territoires, l’ouverture des données à tous, un plan vélo, des voies privilégiées pour le covoiturage… Autant de mesures sur lesquelles le Parlement devra trancher. 

Le vélo est le sujet qui a été le plus abordé pendant les Assises de la mobilité.

Après trois mois de débats, plus de 400 réunions, 600 spécialistes, 2 500 propositions et 25 000 votes, les Assises de la mobilité touchent à leur fin. "Je ne m’attendais pas à une telle mobilisation", a lâché Elisabeth Borne, la ministre des Transports, dans son discours de clôture mercredi 13 décembre. Cette mobilisation doit permettre de rédiger le projet de loi sur l’orientation des mobilités qui sera présenté en février 2018.

Parmi les priorités fixées par le gouvernement, il y a le "désenclavement complet de la France", précise la ministre, "à l’échelle d’une décennie". Elle demande ainsi des "investissements vitaux pour les routes nationales mal entretenues et non achevées" grâce à une remise à niveau du réseau routier national. Cela représente selon elle une centaine d’opérations essentielles, trop longtemps repoussées de contrats de plan en contrats de plan.  L’urgence sera aussi de mettre en place "les infrastructures ferroviaires vitales pour relier les petites et moyennes villes à la métropole la plus proche".

Elisabeth Borne souhaite par ailleurs que 100 % du territoire national soit couvert par une autorité organisatrice, contre seulement 20 % aujourd’hui. "La politique de mobilité que nous préparons, je la conçois d'abord comme une réponse à cette réalité implacable, à cette assignation à résidence de trop nombreux citoyens et à l'enfermement de trop nombreux territoires", a-t-elle souligné.

Un plan vélo très attendu

La ministre prévoit également un plan vélo, un des sujets les plus abordés lors des réunions publiques. Elle a rappelé que la prime pour les vélos à assistance électrique avait été rétablie dans la Loi de finances. Sont également évoqués des aides pour sécuriser les vélos avec des garages, une sensibilisation à sa pratique auprès de la population ou encore la mise en place du calcul des indemnités kilométriques pour les frais de déplacements.

Une attention particulière sera également portée à l’ouverture des données sur l’ensemble des modes de transport, publics et privés, à l’instar de l’autopartage, des VTC, ou encore des vélos en libre-service afin de favoriser l'émergence de nouveaux services, et notamment l'apparition "d'offres pleinement intégrées, proposant en un clic l'ensemble des combinaisons possibles pour un trajet". Et la ministre mentionne une simplification des normes avec "des voies dédiées au covoiturage", mais aussi "des péages urbains".

Le retour de l’écotaxe ?

Parmi les sujets qui fâchent, l’écotaxe en tant que telle n’est pas remise sur le tapis mais une contribution des poids lourds transitant par la France n’est pas exclue. Par ailleurs, dans le cadre du "grand plan d’investissements", lancé par Emmanuel Macron, 500 millions d’euros vont financer des projets d’organisation territoriale et plus de 150 millions d’euros seront mobilisés pour soutenir l’innovation.

La future loi sera présentée en février 2018 à l’issue de plusieurs rapports qui doivent être rendus à la rentrée sur la voiture autonome ou encore le modèle ferroviaire. Le Conseil d’orientation des infrastructures remettra également ses propositions complètes au gouvernement fin janvier 2018.

Concepcion Alvarez @conce1


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Mobilité durable

Le secteur des transports est le principal émetteur de CO2 en France. Pour limiter ce type de nuisance, la mobilité durable favorise l’éco mobilité avec les transports doux (vélo, marche à pied, transport fluvial ou ferroviaire) et le recours aux transports en commun sous toutes les formes (covoiturage, auto-partage, etc.)

[Bonne Nouvelle] La SNCF veut des trains zéro déchet et zéro émission pour 2035

Au moment où le secteur aérien est pointé du doigt pour son impact environnemental, la SNCF surfe sur la vague en faveur du train pour annoncer deux nouveaux objectifs. L’un vise à neutraliser les émissions de microparticules et l’autre à ne plus produire de déchets d’ici 15 ans.

La fin des véhicules thermiques en 2040 : un objectif à 500 milliards d'euros

La loi Mobilités durables, adoptée à l’Assemblée nationale le 18 juin en première lecture, a entériné la fin des véhicules thermiques en 2040. Selon un rapport parlementaire, cet objectif est tout à fait réalisable mais va s’avérer très coûteux. De l’ordre de plusieurs centaines de milliards d’euros...

Salon du Bourget : le secteur aéronautique face au défi de la transition énergétique

La 53ème édition du salon du Bourget va réunir les grands acteurs de l'industrie aéronautique, de défense et de l'espace, du 17 au 23 juin. Cette messe mondiale de l'aviation est marquée par un contexte de forte croissance et de questionnements face à son impact sur l'environnement.

Loi Mobilités : le forfait mobilités durables reste optionnel

[Mise à jour le 12 juin] Dans la nuit de mardi à mercredi, les députés ont donné leur feu vert au "forfait mobilités durables", l'une des mesures phares du projet de loi Mobilités. Il va permettre aux salariés d'être indemnisés jusqu'à 400 euros par an par leur entreprise s'ils viennent au travail...