Publié le 26 novembre 2018

ÉNERGIE

Covoiturage, voitures autonomes, forfait vélo… les 12 principales mesures de la loi mobilité

Lundi 26 novembre, la ministre Élisabeth Borne a présenté sa loi mobilité en conseil des ministres la Loi d’Orientation des Mobilités. Un texte important au moment où les gilets jaunes manifestent contre la hausse du coût des carburants en raison de la fiscalité écologique.

La loi d'orientation des Mobilités fait l'impasse sur les grands projets pour favoriser les transports du quotidien.
@MTES

La ministre des Transports Elisabeth Borne compare volontiers sa Loi d'orientation des mobilités (LOM), présentée lundi 26 novembre en Conseil des ministres, à une "boîte à outils" dans laquelle élus et opérateurs de transport pourront piocher pour améliorer les déplacements.

"L'État ne se contente plus de construire des infrastructures, il assume un rôle de facilitateur qui donne à tous les outils nécessaires pour apporter les meilleures réponses, inventer, innover et améliorer les déplacements quotidiens de nos concitoyens", résume son ministère.

 

Douze mesures clés sont à noter :

1- Tout le territoire sera couvert par des "autorités organisatrices de la mobilité", communautés de communes ou régions, ces dernières ayant pour mission de coordonner les modes de déplacements sur leur territoire. Elles seront conseillées par des "comités de partenaires" comprenant des usagers et des employeurs.

2- Les collectivités locales pourront subventionner les offres de covoiturage pour en faire une solution de mobilité. La loi leur donnera là aussi la possibilité de mettre en place des voies réservées au covoiturage ou aux véhicules les moins polluants sur les grands axes, autoroutes et périphériques.

3- Les régions devront veiller à ce qu'il y ait sur tout le territoire des applications donnant toutes les informations sur son trajet et permettant de trouver le meilleur itinéraire, prix, etc. Toutes les données sur les offres disponibles devront être rendues publiques d'ici à 2021.

4- La loi prévoit un accompagnement individualisé pour les demandeurs d'emplois et donnera aux collectivités la possibilité de mettre en œuvre des services de mobilité à caractère social ou de verser des aides individuelles pour des publics ciblés (jeunes, seniors, chômeurs, etc.).

5- Un "forfait mobilités durables" – facultatif - d'un montant maximum de 400 euros par an (en franchise d'impôt et de cotisations sociales) sera créé pour que les employeurs puissent encourager les déplacements domicile-travail en vélo ou en covoiturage.

6- Le "plan vélo", présenté en septembre, est intégré dans la LOM. Il prévoit entre autres un fonds de 350 millions d'euros pour aménager des itinéraires cyclables et des mesures contre le vol.

7- L'usage des nouveaux engins de déplacements, comme les trottinettes électriques, va être enfin encadré.

8- L'essor des véhicules autonomes va également être encadré, les navettes collectives devant être autorisées en 2020 et les véhicules particuliers deux ans plus tard.

9- Pour favoriser les voitures électriques, la LOM rendra obligatoire le pré-équipement de bornes de recharge électrique dans tous les parkings de plus de 10 places des bâtiments neufs ou rénovés, et l'équipement de tous les parkings de plus de 20 places des bâtiments non résidentiels d'ici à 2025.

10- Les agglomérations de plus de 100 000 habitants pourront mettre en place des "zones à faible émission" (ZFE) interdisant la circulation de certains véhicules polluants dans certaines zones et à certaines heures, selon des modalités de leur choix. Quinze métropoles se sont déjà montrées intéressées.

11- La LOM comprend également les dispositions législatives nécessaires à la réforme du permis de conduire promise par le Président Emmanuel Macron le 9 novembre, afin de réduire les délais et d'en baisser le coût.

12- Le texte de loi, enfin, couche sur le papier les orientations du gouvernement depuis son arrivée aux affaires à la mi-2017 : la priorité en matière d'infrastructures est donnée aux transports du quotidien et à l'entretien des réseaux existants, tant ferroviaire que routier. Un effort particulier est mis sur le désenclavement des territoires, avec une enveloppe d'un milliard d'euros pour achever certains axes routiers. L'État entend aussi agir sur la désaturation des grands nœuds ferroviaires et aider les transports en commun.

Pas de grands projets

En revanche, le gouvernement a préféré exclure du projet de loi l'encadrement du péage urbain, faute de villes candidates et pour ne pas "accentuer les fractures entre territoires". De même que la vignette poids lourds qui est repoussée afin d’éviter que les transporteurs ne rejoignent la grogne des gilets jaunes. Enfin, le gouvernement fait l’impasse sur les grands projets.

Si les ONG environnementales saluent globalement un texte qui va dans le bon sens. Mais le Réseau Action Climat (RAC) regrette par exemple que "Le gouvernement ait renoncé à traduire son engagement de mettre fin à la vente des véhicules diesel et essence dans la loi". Le WWF aurait aimé y voir inscrit " les caps de la neutralité carbone". Greenpeace attendait de son côté une trajectoire claire de "sortie du tout-voiture".

Ludovic Dupin avec AFP


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Mobilité durable

Le secteur des transports est le principal émetteur de CO2 en France. Pour limiter ce type de nuisance, la mobilité durable favorise l’éco mobilité avec les transports doux (vélo, marche à pied, transport fluvial ou ferroviaire) et le recours aux transports en commun sous toutes les formes (covoiturage, auto-partage, etc.)

Fret ferroviaire relance

Le gouvernement veut développer les "autoroutes ferroviaires" pour favoriser le fret

Le Premier ministre a posé ce lundi 27 juillet les jalons du plan de relance dédié au fret ferroviaire. Jean Castex a ainsi annoncé le développement de trois autoroutes ferroviaires, la gratuité des péages ou encore la relance du train des primeurs Perpignan-Rungis. 20 000 poids lourds pourraient...

Train la relance ne fait attendre

Le transport ferroviaire, devenu un symbole de la transition écologique, attend toujours son plan de relance

Alors que le train signe un retour en grâce porté par la prise de conscience écologique, l'État n'a toujours pas apporté un plan de soutien au secteur, durement touché par la crise. La nouvelle ministre, Barbara Pompili, a assuré qu'un "grand plan de relance pour le ferroviaire" était en...

Rue de rivoli

[Bonne nouvelle] Certaines coronapistes vont pouvoir être pérennisées pour favoriser la mobilité à vélo

C'est une bonne nouvelle pour ceux qui ont pris goût au vélo à la sortie du confinement et pour les cyclistes en général. Le gouvernement a annoncé le lancement d'un appel à projets pour soutenir les collectivités qui voudraient rendre pérennes leurs coronapistes. Celles-ci ont été installées de...

Velotaf mairie de paris

[Bonne nouvelle] La France triple le budget du plan vélo en raison de son succès pendant le déconfinement

Face au succès du vélo depuis le déconfinement, la ministre de la Transition écologique Elisabeth Borne a annoncé le triplement du budget du plan vélo passant de 20 à 60 millions d'euros. Elle ambitionne de faire de la France une "nation du vélo". Pour célébrer cette nouvelle dynamique elle...