Publié le 26 mai 2019

ÉNERGIE

[Bonne Nouvelle] Airbus et la RATP se penchent sur les véhicules volants dans le transport urbain

Les transports urbains volants redeviennent à la mode chez les constructeurs automobiles et les opérateurs de mobilités depuis quelques années. La disponibilité de solutions techniques, comme le véhicule autonome, rendent cette possibilité crédible. Airbus et RATP viennent de s’entendre pour développer des solutions ensemble.

Pour l'instant, aucun pays au monde n'autorise les transports urbains volants.
@Italdesign/Airbus

En l’an 2000, nous devions tous avoir des voitures volantes capables de sillonner le ciel de nos villes désengorgées des bons vieux véhicules roulants. Cette prédiction n’est pas arrivée, mais peut-être est-elle seulement un peu en retard. Le concept apparaît chez de plus en plus de constructeurs alternatifs, jusque chez des fabricants traditionnels. Dernière nouvelle en date : Airbus et la RATP vont étudier ensemble la possibilité d'intégrer des véhicules volants dans le transport urbain avec comme objectif de proposer des services point à point aux voyageurs.

"Airbus et le groupe RATP vont s'attacher à analyser les conditions d'un développement de cette offre de service à coût maîtrisé, et travailler sur l'intermobilité et l'insertion urbaine afin de rendre le véhicule volant accessible au plus grand nombre", ont-ils indiqué dans un communiqué. Ce partenariat doit leur permettre d'"explorer la faisabilité de services de mobilité aérienne urbaine en Île-de-France", ont-ils précisé.

Le projet des deux groupes doit permettre à terme "de proposer des services point à point aux voyageurs, en les faisant bénéficier des meilleurs innovations servicielles (de service, NDLR) des deux groupes en matière de mobilité durable et partagée, comme le véhicule autonome et électrique." "Airbus développe actuellement des démonstrateurs technologiques autonomes et sans pilote pour permettre de connecter plus rapidement les populations", a expliqué Guillaume Faury, le président exécutif d'Airbus.

Des briques technologiques déjà prêtes

"Ce n'est plus de la science-fiction. C'est un fait. Aujourd'hui, nous disposons de toutes les briques techniques. Mais il faut les harmoniser afin de les intégrer dans la vie quotidienne sans remettre en cause notre priorité qu'est la sécurité", a-t-il poursuivi. Selon lui, la RATP, grâce à "sa connaissance de l'usager, de ses besoins et des services associés en fait le partenaire idéal pour Airbus".

"Au-delà du transport de masse qui reste notre cœur de métier, il est important pour le groupe RATP de valoriser ses savoir-faire humains et techniques afin de développer de nouvelles mobilités et de nouveaux services en faveur de la ville intelligente de demain", a complété Catherine Guillouard, la présidente-directrice générale du groupe RATP. "Nous sommes heureux d'y travailler avec Airbus, le leader mondial de l'aéronautique, qui va nous apporter ses connaissances uniques dans le domaine de l'aérien".

Airbus s'est engagé depuis quelques années dans la mobilité urbaine à propulsion électrique, avec deux projets qu'il mène en parallèle, le taxi volant "Vahana" et "CityAirbus", à décollage et atterrissage vertical (VTOL, vertical take-off and landing) autonome. De tels projets sont technologiquement viables et le principal obstacle est l'insertion d'aéronefs autonomes dans l'espace aérien urbain, qu'aucun pays au monde n'autorise pour l'instant.

Ludovic Dupin avec AFP


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Mobilité durable

Le secteur des transports est le principal émetteur de CO2 en France. Pour limiter ce type de nuisance, la mobilité durable favorise l’éco mobilité avec les transports doux (vélo, marche à pied, transport fluvial ou ferroviaire) et le recours aux transports en commun sous toutes les formes (covoiturage, auto-partage, etc.)

Mobilite futur Volvo 360c Interior Office

[Le monde en 2050] Fini les conducteurs, demain tous passagers !

Nous sommes en 2050. Les moyens de transports pour aller travailler, partir en week-end ou en vacances ont radicalement changé par rapport au début des années 2000, remplacés en grande partie par des véhicules sans conducteur. Les constructeurs de voitures et autres véhicules, tout-puissants au 20e...

[Bonne Nouvelle] La SNCF veut des trains zéro déchet et zéro émission pour 2035

Au moment où le secteur aérien est pointé du doigt pour son impact environnemental, la SNCF surfe sur la vague en faveur du train pour annoncer deux nouveaux objectifs. L’un vise à neutraliser les émissions de microparticules et l’autre à ne plus produire de déchets d’ici 15 ans.

La fin des véhicules thermiques en 2040 : un objectif à 500 milliards d'euros

La loi Mobilités durables, adoptée à l’Assemblée nationale le 18 juin en première lecture, a entériné la fin des véhicules thermiques en 2040. Selon un rapport parlementaire, cet objectif est tout à fait réalisable mais va s’avérer très coûteux. De l’ordre de plusieurs centaines de milliards d’euros...

Salon du Bourget : le secteur aéronautique face au défi de la transition énergétique

La 53ème édition du salon du Bourget va réunir les grands acteurs de l'industrie aéronautique, de défense et de l'espace, du 17 au 23 juin. Cette messe mondiale de l'aviation est marquée par un contexte de forte croissance et de questionnements face à son impact sur l'environnement.